Airbnb encourage fortement ses hôtes à sécuriser leur logement, suite aux multiples histoires d’espionnage et de mauvais comportement des utilisateurs de la plateforme. Autrement dit, à détecter les problèmes en temps réel.

Dernièrement, beaucoup d’histoires à propos des mauvais comportements des utilisateurs de l’application ont fait surface : des fêtes dérangeant le voisinage, des propriétés saccagées, et même l’utilisation des locaux pour filmer des vidéos pornographiques. Dorénavant, Airbnb vous propose une solution.

La plateforme met à disposition trois appareils de préventions de fêtes. Ils sont tous faciles à installer, et peuvent être fixés au mur ou au plafond. Avec des prix autour de 100 euros, et un abonnement mensuel pouvant aller jusqu’à 10 euros par mois, dépendant de l’appareil et du nombre de propriétés à équiper.

Les fonctionnalités sont multiples : Le Minut, « contrôle le bruit, la température, les mouvements et l’humidité et passe en mode alarme lorsque votre propriété n’est pas occupée. » Le NoiseAware, un capteur intérieur, « vous alerte lorsqu’un bruit élevé à une certaine fréquence et constance est détecté. » Ils sont vendus sur le marché comme « le meilleur moyen de protéger votre maison, vos voisins, et votre réputation. » D’autre part, Airbnb dit ne pas produire ces outils, mais ils encouragent leur utilisation. Un acheteur a déclaré à la plateforme « acheter NoiseAware a été un vrai miracle pour nous — nous sommes tranquilles et nos voisins aussi. Merci d’avoir développé ce système. »

Nils Mattison, PDG de Minut, a répondu : « le respect de la vie privée est primordial pour nous et nous sommes content de voir que cela touche de plus en plus de personnes. Nous pensons d’ailleurs que la meilleure façon de protéger la vie privée de nos clients est de ne pas collecter de données personnelles. Ainsi nous ne collectons ni ne transmettons de données sensibles sur notre réseau. C’est la seule façon pour nous de garantir la protection de la vie privée de nos clients lorsqu’ils louent leur propriété, tout en protégeant leurs voisins. »

Ces appareils sont sur le marché depuis longtemps, mais c’est la première fois que Airbnb encourage leur utilisation. Ils sont même vendus avec une réduction limitée dans le temps pour décider les plus réticents. La plateforme déclare qu’ils ont déjà protégé plus de 700 000 réservations. 

Cependant, pour certaines personnes, la frontière est mince entre la protection et la mise en danger. Le gourou de la cybersécurité, Ian Thornton-Trump, lance un avertissement : « le contrôle du comportement des gens par la surveillance caméra rappelle beaucoup la façon de faire du système carcéral. » Airbnb doit faire en sorte que ce genre de démarche reste sans risque pour ses utilisateurs, incluant la surveillance des réseaux sociaux des clients les plus prompts à utiliser des locaux pour faire des fêtes qui vont déranger le voisinage. 

« Peut-être que nous avons trouvé une faille dans le système commercial de Airbnb », déclare Thornton-Trump. « Le comportement d’une minorité compromet l’expérience de tous sur l’application. La location d’un bien comporte des risques. Dans ce cas, il faut soigneusement choisir ses invités ou bien considérer la location comme un business et l’assurer correctement. C’est pour les mêmes raisons que les règlements évoluent avec le temps. »

Airbnn a prévenu ses utilisateurs en décembre : « notre règlement a été mis à jour pour proscrire les fêtes ouvertes à tous, ainsi que les comportements nuisibles au voisinage… Nous mettrons à disposition une douzaine d’agents spécialisés dans ce domaine et un service téléphonique estdisponible pour les plaintes de voisins. »

Mais ces appareils soulèvent de nouvelles questions à propos de la vie privée de ses utilisateurs. En effet, ils permettent la protection de leurs biens et n’ont pas la possibilité d’enregistrer ou de diffuser le contenu audio et vidéo capturé par l’appareil. Mais d’un autre côté, toute surveillance de ce type sera une preuve d’un empiétement de la sécurité pour chaque société de surveillance. Sans oublier le risque d’encourager les individus à équiper leur maison de leur propre technologie de surveillance sans assurance de transparence.

D’après Airbnb, ces appareils sont accompagnés d’un règlement très strict : ils ne sont pas faits pour être dissimulés à la vue de tous. Les locataires doivent savoir où ils se trouvent et toute trace de surveillance doit être révélée et indiquée. Aucune surveillance n’est admise dans les chambres et salle de bains et aucun enregistrement audio ou vidéo ne doit être effectué.