175 000 visiteurs attendus, un nouveau type de métro construit par Elon Musk pour 52,5 millions de dollars ou encore l’extension du principal centre d’exposition de Las Vegas (LVCC West Hall) pour pas moins de 1,4 milliards de dollars… La 54ème édition du CES, le plus grand salon mondial dédié à l’innovation technologique, s’annonçait cette année plus que jamais ambitieuse, offrant toujours plus de gigantisme aux innovations de tous bords et de toute la planète.

Mais pour cause de COVID, c’est en numérique que s’est déroulé, en janvier, ce grand raoult annuel. Résultats, deux fois moins d’exposants, de start-up et de participants qu’en 2020, pour une édition plus concentrée, notamment autour d’une thématique devenue pierre angulaire d’une grande partie des innovations présentées : la pandémie, ou du moins les problématiques sanitaires. Comment prévenir ? Comment guérir ? Comment s’organiser dans de nouveaux modes de vie et de travail ? Autant de problématiques adressées cette année par nombre de produits et services présentés. 3 tendances émergent néanmoins plus fortement et méritent un éclairage particulier : la santé à domicile, le télétravail et la sécurité globale. 

Au rendez-vous de la Covid-tech ?

Sans grande surprise, le Covid a été la star de cette édition 2021 du CES, et source d’inspirations pour de nombreuses start-up, donnant naissance à nombre d’innovations, plus ou moins sérieuses. Elles couvrent toutes les phases de la maladie avec la capacité de détecter, protéger et surveiller. Comment ? En contrôlant la qualité de l’air, par exemple, afin d’avertir des risques de transmission du virus (détecteur de risque de virus), en optimisant et systématisant la désinfection des objets du quotidien particulièrement vecteurs de virus et bactéries (désinfection par UV) tels que les portables et claviers, en proposant des masques connectés permettant de surveiller sa respiration, mais aussi en réalisant soi-même son test antigénique ou la surveillance de ses constantes vitales (autocollant de peau). Déjà très présente lors des précédentes éditions, cette tendance « santé à domicile », continue par ailleurs de voir fleurir nombre de produits destinés à autonomiser toujours davantage le grand public : le laboratoire d’analyses pour des bilans sanguins à domicile, le test de fertilité connecté, surveiller ses capacités pulmonaires (avec un appareil de la taille d’un petit inhalateur), le capteur de pollen pour anticiper ses allergies saisonnières… Une tendance pas neuve donc, mais très nettement renforcée par le contexte sanitaire actuel, qui sonne comme une opportunité pour nombre d’entre elles… 

La généralisation du télétravail : du « homework » au « work from anywhere » 

Jusqu’alors occasionnel, le télétravail, porté par les impératifs sanitaires de distanciation, devient désormais récurrent. On estime ainsi à 50% le nombre de collaborateurs qui ont eu recours au télétravail en Europe pendant la pandémie, contre 3 à 4% avant la crise. De fait, le foyer devient progressivement le cockpit de nos vies. Un nouveau paradigme amenant son lot de challenges pour garantir tout à la fois des conditions de travail confortables, mais également le maintien d’un équilibre vie pro/vie perso raisonnable, et la limitation de l’isolement et de la perte de lien social qui en découlent. Si les innovations pour le favoriser ont toujours existé, elles sont cette année très clairement tournées vers une accélération de ce mode de travail, la crise sanitaire ayant fait émerger de nouveaux irritants et besoins auxquels la technologie entend donc bien répondre : le box de travail connecté, l’hologramme 3D et les réunions en réalité virtuelle dans le salon,  jusqu’aux vans de camping prenant la forme de bureau mobile…plus qu’un mode de travail, ce sont désormais des nouveaux et futurs nouveaux modes de vie qui sont désormais adressés. 

La sécurité des populations, au cœur des nouveaux enjeux publics

Enfin, au cœur des enjeux sanitaires, la question de la sécurité était véritablement posée cette année. Du strict point de vue du contrôle des populations, sous couvert de sécurité globale, la Chine a excellé en la matière, présentant un déluge de technologies, des drones de surveillance aux robots autonomes livrant des médicaments, en passant par la prise de température des piétons via des bornes, des QR codes associés à l’identité ou encore les bracelets de traçage. Un usage de technologies qui peut interpeller…et qui ne semble pas avoir imprégné la France, du moins pour l’heure, toujours au temps des attestations papiers. Pour le meilleur ? Quoiqu’il en soit, et au-delà de cette 1ère approche sécuritaire, la question de la protection des données et donc de leur sécurisation s’est très clairement exprimée. Et pour cause, le cybercrime a explosé de +800% sur le seul mois de mai 2020, notamment du fait du recours massif au télétravail comme au e-commerce,  appelant à la nécessité de protéger le monde numérique également. Parmi les innovations les plus pertinentes en la matière : de nombreux appareils dédiés à protéger le réseau Wifi des particuliers en détectant les usages anormaux et en faisant remonter les alertes ont fait leur apparition. En bref, des dispositifs de protection de l’habitat, encore une fois au cœur des projets d’innovation de cette année, comme un écho à une année passée dans une intimité envahie de toute part… ?

Tribune rédigée par Florent Roulier, Digital Innovation Manager, Niji

<<< À lire également : CES 2021 : 7 tendances technologiques à surveiller cette année >>>