Le Consumer Electronics Show (CES) 2021 commence ce lundi 11 janvier et, en raison de la pandémie de Covid-19, il sera cette année quelque peu différent des années précédentes. Chacun sera chez soi pour profiter virtuellement de l’événement annuel, et non à Las Vegas.

Mais que pouvons-nous attendre du premier salon virtuel de l’électronique grand public ? Quels secteurs seront les stars de 2021 ? Le programme de cette année est encore plus impressionnant que d’habitudes, avec des interventions prévues par le PDG de Verizon, General Motors, AMD et Microsoft, ainsi que des entretiens avec Best Buy, MasterCard, Accenture et Walmart.


Les constructeurs automobiles évoquent une mobilité nouvelle

Une fois de plus, l’industrie automobile se retrouve au centre du CES, mais il ne s’agit pas seulement de technologie automobile pure. Le secteur tente de se frayer un chemin à travers la transformation de la mobilité, et la voiture n’est qu’un facteur de cette équation. Mary Barra, PDG de General Motors, prononcera le discours d’ouverture, dans lequel elle présentera la stratégie de transformation de son entreprise pour faire progresser la mobilité des communautés dans le monde entier. Dès lors, poser les bases d’un avenir 100 % électrique n’est qu’un début.

L’industrie automobile a été l’étoile montante du CES ces dix dernières années. En réalité, le salon de Las Vegas est devenu un élément clef du calendrier pour les constructeurs, qui font régulièrement appel au salon pour lancer de nouveaux produits et surtout proposer de nouvelles solutions. Le secteur est confronté à de nombreux défis dynamiques, et le passage à l’électrique avec de nouveaux acteurs comme Tesla et Rivian ne représente qu’une partie des difficultés. La mobilité multimodale, la conduite autonome, la propriété partagée et les villes intelligentes sont autant d’éléments qui modifient le rôle des constructeurs automobiles, et ceux-ci recherchent tous des solutions transformatrices afin de rester pertinents.


La 5 G au cœur des discussions

Depuis quelques années déjà, l’enthousiasme autour de la 5 G est renouvelé lors des éditions successives du CES. On le décrit en effet comme un facteur de changement pour la grande majorité des secteurs d’activité. Les hauts débits, la capacité gigantesque et la latence zéro ont été présentés comme des réponses aux besoins de connectivité de chacun. Hans Vestberg est président et directeur général de Verizon Communications, et il a apporté un fervent soutien à la 5 G lors de chacune de ses participations au CES ces trois ou quatre dernières années. Comme beaucoup d’autres, il estime que ce type de connectivité fiable accélérera l’adoption des technologies qui dépendent de l’informatique de pointe et des communications cloud to everything quasi instantanées.


Tout est une question d’écosystème

Une tendance claire des récentes éditions du CES a été le potentiel et le défi de l’écosystème. Peu importe que ce soit pour une usine intelligente, une ville intelligente, une maison intelligente ou une chaîne d’approvisionnement intelligente, les éléments ne peuvent vraiment ajouter de la valeur que s’ils font partie d’un écosystème numérique qui partage des données, communique en temps réel et permet à l’utilisateur de prendre des décisions plus éclairées et plus rapides.

Les écosystèmes sont le ciment qui maintient les machines intelligentes dans une usine intelligente, et les fabricants intelligents dans un écosystème de fabrication numérique intelligent. Si les dispositifs, produits, applications et solutions intelligentes isolés sont tous très impressionnants, ce sont les écosystèmes, l’interconnectivité et l’interopérabilité qui apportent une véritable valeur ajoutée, et qui permettent de modifier la façon dont les choses sont conçues, fabriquées et livrées à l’utilisateur final.


L’avenir est plus autonome

Les robots (de formes et de fonctions diverses) et les systèmes autonomes joueront un rôle de plus en plus important dans nos vies à mesure que le temps passe. La conduite autonome est déjà source de fantasmes, mais les systèmes autonomes vont devenir plus omniprésents : que ce soit des livraisons par drones ou des robots capables d’exécuter en toute sécurité un éventail croissant de fonctions dans les usines. Les progrès des systèmes autonomes ont le potentiel de transformer non seulement notre expérience quotidienne, mais aussi les chaînes d’approvisionnement et la fabrication. Kathy Winter, vice-présidente de la division Transports et infrastructures autonomes d’Intel, débattra de ces questions avec les principaux représentants de l’industrie robotique lors d’une session judicieusement intitulée « Robotics to the Rescue » (Les robots à la rescousse).


L’humain avant tout : le futur du travail, de l’éducation et de la formation

L’avenir du travail est un autre thème qui a connu de nombreuses évolutions pendant la pandémie. Les entreprises ont dû apprendre à gérer à distance une plus grande partie de leur main-d’œuvre, à assurer un nouveau niveau de sécurité dans leurs usines et leurs bureaux, et à former et à reconvertir les travailleurs encore plus rapidement. En parallèle, le système éducatif a dû faire des pieds et des mains pour que l’école à distance fonctionne. 

Ce CES a prévu une session consacrée aux nouvelles solutions de réalité augmentée, de réalité virtuelle et d’intelligence artificielle qui peuvent transformer la façon dont nous apprenons. Ces solutions pourraient accélérer non seulement l’apprentissage scolaire, mais aussi la formation, la reconversion et le perfectionnement en entreprise. L’un des principaux enseignements de 2020 est le suivant : même si nous progressons rapidement dans le domaine de la robotique et de l’IA, l’humain demeure au centre des préoccupations, et une main-d’œuvre qualifiée reste essentielle.


Le pouvoir caché de l’IA

Certains des projets d’intelligence artificielle les plus remarqués peuvent donner l’impression d’une surmédiatisation. Devrions-nous être impressionnés par la rapidité avec laquelle une IA peut maîtriser le jeu de Go, si cette même IA se révèle incapable de trouver un vaccin contre le Covid-19 dans un même laps de temps ? En réalité, l’IA effectue une grande partie du travail difficile et dissimulé qui permet d’utiliser certaines des technologies les plus puissantes et les plus productives, que ce soit la conduite autonome ou toute autre innovation de l’industrie 4.0. Bridget Karlin, directrice technique d’IBM, interviendra pendant le CES lors d’une session dédiée à la mise en lumière des manières dont les progrès de l’IA alimentent le progrès dans de nouvelles autres technologies.


L’évolution des chaînes d’approvisionnement

La pandémie de Covid-19 n’est qu’une des perturbations qui ont frappé les chaînes d’approvisionnement mondiales ces dernières années, s’ajoutant aux guerres commerciales, aux chocs géopolitiques et aux catastrophes naturelles. Les entreprises sont désormais douloureusement conscientes que certaines de ces perturbations vont s’installer durablement (comme certaines tensions commerciales), que d’autres peuvent malheureusement se reproduire, tandis qu’il ne faut pas en exclure de nouvelles. Gérer les chaînes d’approvisionnement de manière plus souple est devenu plus essentiel que jamais, à la fois pour apporter les produits aux consommateurs et pour assurer l’innovation. Les plateformes de fabrication peuvent jouer un rôle clef et sont déjà devenues un élément essentiel du paysage commercial. David Gold, président de Hisense USA, possède une grande expérience de la gestion des chaînes d’approvisionnement, et partagera cette dernière lors du CES 2021.


Préparez-vous au grand huit de l’innovation

Cette année, le CES est une innovation en soi : pour la première fois, l’ensemble de l’événement est organisé en ligne. Sera-t-il aussi époustouflant de cette manière, sans l’environnement de Las Vegas ? Ce qui est sûr, c’est que le monde a dû faire preuve d’innovation en 2020 pour survivre, et même prospérer face à ces temps difficiles. La pandémie a montré l’incroyable créativité des personnes impliquées dans la conception, l’ingénierie et la fabrication, et il est temps pour elles de briller.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Dave Evans

 

<<< À lire également : La Crise De La Covid A-t-Elle Freiné L’innovation En Entreprise ? >>>