Dans une transcription reconstituée, publiée mercredi matin par la Maison-Blanche, d’un appel téléphonique entre le président Trump et le président ukrainien Volodymyr Zelensky, Trump a demandé « une faveur » à Zelensky : « savoir ce qu’il advient de toute cette situation en Ukraine », en finissant par mentionner CrowdStrike, une entreprise de cybersécurité basée sur le cloud.

On ne sait pas ce que Trump voulait que le président ukrainien fasse concernant la société de Silicon Valley, mais celle-ci a joué un rôle dans la politique américaine ces dernières années. CrowdStrike a été engagée par le Comité national démocrate en 2016 pour enquêter sur la manière dont des hackers – ensuite identifiés comme étant des groupes russes – ont déjoué un réseau du DNC (Comité national démocrate), puis publié des emails volés de la campagne du DNC et d’Hillary Clinton pour Wikileaks, quelques mois seulement avant les élections législatives américaines.

Dans son appel, le 25 juillet, Trump a commencé par féliciter Zelensky pour sa récente victoire à l’élection présidentielle ukrainienne, mais très rapidement ensuite, il lui a demandé son aide pour une enquête sur l’ancien vice-président et actuel candidat démocrate à la présidence, Joe Biden, et son fils Hunter. Trump a également demandé à Zelensky d’enquêter sur CrowdStrike, ainsi que sur l’enquête américaine sur l’ingérence de la Russie dans les élections américaines de 2016, menée par l’avocat spécial Robert Mueller.

Selon Andrew Nowinski, analyste en cybersécurité, Trump a mentionné la société en raison de rumeurs selon lesquelles le serveur de messagerie d’Hillary Clinton aurait été mal géré au cours de l’enquête de CrowdStrike, et ce serveur est apparemment maintenant en Ukraine. Le Washington Post a également rapporté que Trump avait mis en doute le rôle de la firme de cybersécurité dans l’enquête du DNC, en demandant aux médias nationaux pourquoi le DNC avait engagé CrowdStrike, au lieu de s’adresser au FBI.

« En ce qui concerne notre enquête sur le piratage de la DNC en 2016, nous avons fourni toutes les preuves scientifiques et analyses judiciaires au FBI », a déclaré CrowdStrike dans un communiqué à Forbes. « Comme nous l’avons déjà indiqué, nous maintenons nos constatations et nos conclusions qui ont été pleinement approuvées par la communauté du renseignement des États-Unis ».

Depuis que CrowdStrike a découvert les piratages russes, la société basée à Sunnyvale en Californie, et qui vend des logiciels d’abonnement utilisant la technologie de l’intelligence artificielle pour détecter les anomalies et déterminer le plan de défense, connaît une croissance fulgurante. Parmi ses clients figurent Sony, Hyatt et la ville de San Diego.

Lors de son introduction en bourse en juin, son action a grimpé de 70% le jour de son ouverture, faisant de son PDG, George Kurtz, un milliardaire. Le titre a culminé en août, de même que la valeur nette de Kurtz, qui a atteint 1,7 milliard de dollars compte tenu de sa participation de près de 10% dans la société.

Kurtz et Dmitri Alperovitch, tous deux ex-dirigeants de McAfee, ont fondé la société en 2011. Alperovitch, expatrié russe, est le directeur de la technologie de CrowdStrike. CrowdStrike a déclaré avoir été en mesure d’identifier les agents russes responsables du piratage de la DNC, car elle les connaissait déjà : elle traquait le groupe Cosy Bear, qui envoie des emails d’hameçonnage à des cibles depuis 2014, et pistait également Fancy Bear, un second groupe basé en Russie, en activité depuis 2008.

« La mission sur laquelle nous nous concentrons est de combattre les méchants et de protéger nos clients », a déclaré Kurtz à Forbes en juillet 2017. « Pouvoir identifier un adversaire étranger dans ces systèmes à l’aide de notre technologie témoigne de ce que nous avons construit ».

Le titre a chuté en septembre, bien que Shebly Seyrafi, analyste en cybersécurité chez FBN Securities, attribue cela à une correction globale des actions SaaS (logiciel en tant que service) et de cybersécurité. « Nous sommes toujours très satisfaits de CrowdStrike et nous sommes assez optimistes quant à ses principes fondamentaux », a-t-il déclaré. Kurtz vaut actuellement environ 1,1 milliard de dollars.

Voici la partie de la transcription reconstituée publiée par la Maison Blanche qui fait référence à CrowdStrike :

J’aimerais cependant que vous nous rendiez service, car notre pays a beaucoup souffert et l’Ukraine le sait bien. J’aimerais que vous vous renseigniez sur ce qui s’est passé avec toute cette situation en Ukraine, ils parlent de CrowdStrike… Je suppose que vous pouvez compter sur l’un de vos gens aisés… Le serveur, ils disent que l’Ukraine l’a. Il y a eu beaucoup de choses qui se sont passées. Je pense que vous vous entourez de certaines de ces mêmes personnes. J’aimerais que le procureur général vous appelle ou appelle votre peuple et j’aimerais que vous alliez au fond des choses, pour savoir ce qui se passe. Comme vous l’avez vu hier, cette absurdité s’est terminée par une très mauvaise performance de la part d’un certain Robert Mueller, une performance insuffisante, mais ils disent que tout a commencé avec l’Ukraine. Quoi que vous puissiez faire, il est très important que vous le fassiez si cela est possible.