Après avoir réalisé que l’accent mis par Instagram sur les images corporelles idéales nuisait à l’image de soi et à la santé mentale de certains utilisateurs, un groupe de chercheurs de l’entreprise a eu l’idée, en 2020, de distraire les utilisateurs avec des images de la nature et des mèmes humoristiques, entre autres mesures, selon un rapport interne qu’ils ont rédigé. Le contenu plus léger pourrait compenser les dommages, ont-ils argumenté.


 

Les chercheurs ont également suggéré qu’Instagram pourrait mettre l’accent sur les posts comportant des hashtags positifs sur la question du corps, comme #loveyourself, et des images de modèles de taille moyenne ou plus. Leurs travaux ont permis de conclure que plusieurs éléments fondamentaux d’Instagram aggravaient la situation et que, si l’entreprise voulait prendre des mesures radicales, elle pourrait envisager de limiter le nombre de likes ou de commentaires sur un post, voire de désactiver sa collection de filtres photo, qui est peut-être la fonctionnalité la plus célèbre de l’application. On ne sait pas si Instagram a adopté l’une ou l’autre de ces mesures, bien qu’elle n’ait évidemment pas pris les mesures les plus radicales, comme la suppression des filtres.

 

Si l’équipe d’Instagram semblait indécise sur la meilleure marche à suivre, elle était parvenue à des conclusions définitives sur le problème en question. « 33 % des utilisateurs d’Instagram et 11 % des utilisateurs de Facebook pensent que la plateforme aggrave leurs propres problèmes d’image corporelle », peut-on lire dans le rapport. « Des preuves substantielles suggèrent que les expériences sur Instagram ou Facebook aggravent l’insatisfaction corporelle, en particulier la visualisation d’images attrayantes d’autres personnes, la visualisation d’images filtrées, la publication de selfies et la visualisation de contenus comportant certains hashtags. »

 

Ce rapport 2020 n’a pas été signalé précédemment et provient des documents fournis par Frances Haugen, lanceuse d’alerte de Facebook, à la Securities and Exchange Commission, qui ont également été fournis au Congrès sous forme expurgée par son équipe juridique. Les versions caviardées reçues par le Congrès ont été obtenues par un consortium d’organismes de presse, dont Forbes.

 

Près de 30 % ont déclaré qu’Instagram avait aggravé la fin d’une relation, probablement parce que l’application offrait la possibilité de continuer à surveiller l’autre personne

 

Les documents de Mme Haugen, connus sous le nom de « Facebook Papers », brossent un tableau extrêmement détaillé de Facebook et de ses difficultés à équilibrer sa taille et sa croissance avec une constellation de problèmes sur ses applications. L’un des problèmes mis en évidence par ces documents est la façon dont Instagram nuit à la santé mentale de ses utilisateurs, qui voient un écosystème d’images sélectionnées et hautement modifiées, puis se désespèrent lorsque leur propre vie, leur corps et leur environnement ne ressemblent pas à ces photos. C’est particulièrement inquiétant étant donné la popularité d’Instagram auprès des adolescents, une cohorte déjà à risque de développer des problèmes d’image corporelle. (7,5 % de ses utilisateurs ont moins de 17 ans, selon les données de Statista, et plus de 40 % ont moins de 24 ans). Les politiciens se sont emparés de cette question, dans l’espoir de trouver quelque chose de facile à comprendre pour les électeurs qui pourrait peut-être conduire à une nouvelle réglementation autour des médias sociaux. Une sous-commission du Sénat a déjà entendu les témoignages d’Antigone Davis, responsable de la sécurité chez Facebook, et de Mme Haugen, la dénonciatrice. Mardi, elle a élargi son enquête en accueillant des responsables de TikTok, YouTube et Snap, trois autres applications appréciées des adolescents.

 

Le rapport 2020 sur l’image corporelle correspond aux premiers rapports du Wall Street Journal, qui a publié les premiers articles basés sur les documents de Haugen. Le Journal a fait état de rapports internes supplémentaires montrant que 32 % des adolescentes ont déclaré qu’Instagram les faisait se sentir moins bien dans leur corps. Dans l’ensemble, 20 % des adolescents ont déclaré aux chercheurs d’Instagram que l’application les faisait se sentir plus mal dans leur peau. Facebook a rejeté la quasi-totalité des rapports qui ont émergé des fuites de Frances Haugen, les qualifiant de trop sensationnels et d’une mauvaise compréhension des efforts de Facebook. S’adressant aux analystes de Wall Street lors de la conférence téléphonique sur les résultats de l’entreprise hier soir, le PDG Mark Zuckerberg a déclaré : « Mon point de vue sur ce que nous voyons est un effort coordonné pour utiliser sélectivement les documents divulgués afin de créer une fausse image de notre entreprise. »

 

Ce rapport 2020 sur l’image corporelle contient plusieurs autres chiffres étonnants. Il cite une étude antérieure qui a révélé que 33 % des personnes interrogées pensaient qu’Instagram avait aggravé leur image corporelle personnelle. Près d’un quart des personnes interrogées ont déclaré avoir été victimes de brimades sur Instagram et avoir été confrontées à un certain type de discrimination sur l’application. Près de 30 % ont déclaré qu’Instagram avait aggravé la fin d’une relation, probablement parce que l’application offrait la possibilité de continuer à surveiller l’autre personne.

 

Tout en proposant quelques solutions possibles au problème, le rapport en a profité pour mettre en lumière plusieurs idées qui, selon les chercheurs, ne permettraient pas de résoudre les problèmes. Par exemple, les chercheurs ont conclu que la promotion de légendes positives n’était pas particulièrement constructive. Cela permettait à certains utilisateurs de taille moyenne de se sentir mieux, mais avait peu d’impact sur les utilisateurs en surpoids ou minces. Ils ont également conclu que l’apposition d’étiquettes d’avertissement sur les contenus nuisibles à l’image corporelle n’était pas utile. Cela soulève des questions quant à l’efficacité des étiquettes apposées sur le contenu d’autres applications Facebook, une pratique à laquelle l’entreprise a eu de plus en plus recours au cours des deux dernières années. Elle a apposé des étiquettes sur des contenus dangereux liés à l’élection américaine de 2020, à la pandémie et aux vaccins à coronavirus, dirigeant généralement les utilisateurs vers un portail d’informations vérifiées sur le sujet.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Abram Brown

<<< À lire également : Méga panne mondiale de Facebook, Instagram et WhatsApp : Mark Zuckerberg perd près de 6 milliards en 24 heures ! >>>