💡 Chaque mois, Forbes France vous fait découvrir une personnalité du monde de la musique. De ceux et celles qui font surgir les talents. Rencontre avec Paul Arnaud Pejouan.

Entretien réalisé par Florence Petros


Paul Arnaud Péjouan est le cofondateur de « Piano aux Jacobins » à Toulouse, premier festival entièrement consacré au piano en France, créé en 1980 et qui est vite devenu une référence internationale.

Il coproduit ensuite « Piano en Valois » à Angoulême en 1994, festival plus particulièrement consacré à la découverte de jeunes pianistes.

En 2010 il fonde « L’Esprit du piano » à Bordeaux, en partenariat avec l’Opéra National de Bordeaux et la Fondation BNP Paribas. Les légendes du piano ont pu découvrir à Bordeaux deux salles mythiques : le Grand Théâtre et l’Auditorium.

Parallèlement aux festivals français, Paul Arnaud Péjouan est le premier à mettre en place un cycle de concerts de piano dans plusieurs villes chinoises. Plus de 250 concerts y seront donnés depuis 2004.


 

Vous avez été consultant, professeur et aussi photographe… Comment est née votre passion pour le piano, et le désir de construire des festivals autour de cet instrument ?

Paul Arnaud Péjouan : C’est une passion depuis l’enfance.  Notre maison familiale était très proche de celle de Pablo Casals à Molitg-les-Bains et j’ai eu la chance d’assister à des répétitions extraordinaires, notamment avec le grand Wilhelm Kempff, dans sa maison.

J’ai été lié aux Jeunesses Musicales de France et la passion du piano ne m’a jamais quitté, même à l’université.

Le hasard a fait qu’étudiant à Paris j’étais ami avec la nouvelle génération de pianistes des années 1970, dont Michel Dalberto, François-René Duchâble, Marie-Catherine Giraud et tant d’autres…

Nous étions étudiants avec Catherine d’Argoubet à Toulouse et convaincus que le cloître des Jacobins serait un écrin merveilleux pour accueillir le premier festival en 1980 et tous les autres qui ont fait le rayonnement international de Piano aux Jacobins depuis.

Quinze ans après est né le festival Piano en Valois et, en 2010, l’Esprit du Piano à Bordeaux en partenariat avec l’Opéra National de Bordeaux, qui a rencontré tout de suite son public.

 

Revenons à votre actualité, celle de votre festival de Bordeaux. Quels en sont les temps forts ?

P. A. P. : Pour cette 12ème édition, nous recevons des légendes du piano : Elisabeth Leonskaja, Ivo Pogorelich et Arcadi Volodos, qui reviennent à Bordeaux.

L’école russe est toujours d’une grande vitalité et nous présentons les jeunes Dmitry Sin et Dmitry Skiskin (le 2ème prix du concours Tchaïkovski).

L’Esprit du piano est heureux d’accueillir à nouveau Alexandre Kantorov, en récital et avec Orchestre (1er prix du concours Tchaïkovski…).

Sir Andras Schiff donnera son premier récital à Bordeaux et Chucho Valdes, légende du piano cubain, son seul récital solo en France pour ses 80 ans.

 

Sir Andras Schiff


Vos opérations en Chine : comment avez-vous eu l’idée d’organiser des concerts et des échanges avec des pianistes chinois ?

P. A. P. : Notre aventure pianistique en Chine a été l’occasion de découvertes passionnantes et nous a permis de présenter au public chinois la jeune génération du piano français et européen, dont certains sont aujourd’hui reconnus internationalement comme Geoffroy Couteau, Fransceso Piemontesi ou Mu-Ye Wu

J’ai également créé avec le soutien de la Fondation BNP-Paribas, un concours de piano réservé aux jeunes pianistes chinois avec les conservatoires de Pékin et de Shangaï, qui a été interrompu par la crise du Covid en 2020.

 

Paul Arnaud Péjouan : Pour le festival l’Esprit du Piano en 2022, je présenterai Nour Ayadi, très jeune pianiste marocaine, qui m’a particulièrement impressionné.

 

Depuis 40 ans, vous partagez votre vie avec de nombreux pianistes. Avez-vous des souvenirs marquants ?

P. A. P. : Organiser des festivals permet des rencontres exceptionnelles et des amitiés aussi. Il est impossible de les citer toutes, mais des personnalités aussi fortes que Gyorgiy Sandor, Aldo Ciccolini ou Bertrand Chamayou m’ont permis de vivre des moments exceptionnels…

 

Quels sont vos coups de cœur musicaux du moment ?

P. A. P. : Jean Baptiste Fonlupt est à mes yeux un des pianistes majeurs aujourd’hui et l’Esprit du Piano a produit deux ces disques remarquables, dont un concert enregistré en live à l’Eglise Notre Dame à Bordeaux.

Marie-Ange Nguci est une personnalité hors du commun et nous sommes heureux de lui avoir donné l’occasion de jouer pour la première fois avec l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine dirigé par Paul Daniel, pour un concert capté en vidéo pendant le confinement en 2020.

Pour le festival l’Esprit du Piano en 2022, je présenterai Nour Ayadi, très jeune pianiste marocaine, qui m’a particulièrement impressionné.


http://espritdupiano.fr

Bordeaux du 8 novembre au 7 décembre 2021

 

À lire également <<< Interview : Xavier Niel : ” Le bon entrepreneur c’est vous !“>>>