Le prestataire de soins Whole Woman’s Health a commencé à proposer des avortements aux patientes texanes qui s’étaient vu refuser des soins auparavant. Cela intervient moins de 24 heures après qu’un juge fédéral a temporairement bloqué l’interdiction de l’avortement au Texas après six semaines de grossesse. 

 

Faits marquants

  • Whole Woman’s Health – qui exploite quatre cliniques au Texas – a proposé des avortements jeudi aux patientes qui avaient déjà respecté la période d’attente obligatoire de 24 heures imposée par le Texas, a déclaré la PDG Amy Hagstrom Miller lors d’un appel téléphonique avec les journalistes jeudi.
  • L’organisation a également entamé le processus de 24 heures avec certaines patientes jeudi matin, ce qui signifie qu’elles pourraient recevoir des soins dès vendredi, selon Mme Miller.
  • Les cliniques de Whole Woman’s Health sont restées ouvertes après l’entrée en vigueur de la loi texane début septembre, mais elles n’ont pas été en mesure de proposer des avortements à des centaines de visiteurs, a précisé Mme Miller.

 

Citation importante

« Dans ce climat, chaque avortement auquel nous pouvons contribuer est une victoire », a tweeté Whole Woman’s Health jeudi après-midi.

 

Contexte clé

La loi du Texas interdit les avortements dans les situations non urgentes si un prestataire détecte une activité cardiaque fœtale, ce qui se produit généralement vers la sixième semaine de grossesse, avant que de nombreuses personnes ne réalisent qu’elles sont enceintes. La loi confie également l’application de la loi à des citoyens privés plutôt qu’à des fonctionnaires, en permettant à quiconque de poursuivre un individu qui « aide ou encourage » un avortement et de percevoir au moins 10 000 dollars de dommages et intérêts s’il obtient gain de cause. La Cour suprême des États-Unis a refusé d’annuler la loi le mois dernier, ouvrant ainsi la voie à certaines des règles les plus strictes du pays en matière d’avortement depuis la décision Roe v. Wade rendue par la Cour en 1973. Mais mercredi, le juge fédéral Robert Pitman s’est rangé du côté du ministère américain de la Justice – qui a poursuivi le Texas – et a temporairement suspendu la loi, qu’il a qualifiée de « privation offensive » des droits constitutionnels.

 

À surveiller

Le Texas prévoit de faire appel de la décision de M. Pitman, ce qui signifie qu’il s’adressera à la cour d’appel du cinquième circuit, souvent conservatrice. Si l’injonction de Pitman est annulée, les personnes qui ont aidé des avortements conformément à sa décision pourraient faire l’objet de poursuites, car la loi texane ne permet pas aux défendeurs de faire valoir que la loi a été bloquée lorsqu’un avortement a eu lieu. Mme Miller a déclaré que certains médecins des cliniques Whole Woman’s Health sont actuellement à l’aise pour pratiquer des avortements malgré cette incertitude juridique imminente, mais qu’un « groupe plus important » prévoit d’attendre que la Cour suprême se prononce. « Le plus souvent, les bonnes choses qui nous arrivent au tribunal de district sont parfois renversées par la cour d’appel », a déclaré Mme Miller.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Joe Walsh

<<< À lire également : La nouvelle loi du Texas sur l&#8217;avortement vend l&#8217;âme de l&#8217;Amérique >>>