Le président brésilien Jair Bolsonaro a suggéré que le coronavirus pourrait avoir été développé à dessein dans un laboratoire comme une nouvelle forme de guerre, une théorie du complot qui a été discréditée par les organisations internationales de santé et qui est la dernière désinformation poussée par le leader de droite.

 

Faits clés

  • « Il s’agit d’un nouveau virus. Personne ne sait s’il est né dans un laboratoire ou parce qu’un humain a mangé un animal qu’il n’aurait pas dû », a déclaré Jair Bolsonaro mercredi, selon l’agence de presse française AFP.
  • L’Organisation mondiale de la santé a déclaré le mois dernier que la théorie de la fuite en laboratoire était « extrêmement improbable » et que le virus avait très probablement été transmis à l’homme par des chauves-souris, bien que les responsables aient noté que les autorités chinoises avaient été peu transparentes pendant l’enquête.
  • « Les militaires savent tout de la guerre chimique, biologique et radiologique », a déclaré le président brésilien. « Serions-nous en train de mener une nouvelle guerre ? Je me demande. Quel est le pays dont le PIB a le plus augmenté ? »
  • Ses commentaires ont été largement interprétés comme un « coup de gueule » contre la Chine, qui voit son économie rebondir après avoir largement contrôlé son épidémie de Covid-19.
  • Jair Bolsonaro n’est pas étranger à des commentaires controversés sur la pandémie de coronavirus, et une enquête du Sénat en cours examine la réponse de son administration à la pandémie.
  • Le président a minimisé la gravité du virus et l’a qualifié de « petite grippe », a attaqué les mesures de distanciation sociale comme étant plus dangereuses que la pandémie elle-même et a poussé l’hydroxychloroquine et d’autres médicaments comme traitements contre le coronavirus, malgré un manque de recherche pour montrer qu’ils sont sûrs et efficaces.

 

Contexte clé

Jair Bolsonaro n’est pas le premier dirigeant mondial à suggérer qu’un laboratoire chinois pourrait être à l’origine de la pandémie de Covid-19. L’ancien président américain Donald Trump, un allié de Jair Bolsonaro, a lancé des théories similaires au début de la pandémie. En avril, il a déclaré, sans fournir de preuves, qu’il avait un « haut degré de confiance » dans le fait que le virus provenait d’un laboratoire de Wuhan, la ville chinoise où la première épidémie se serait déclarée.

 

<<< À lire également : Covid-19 | La France suspend les vols avec le Brésil >>>