Il n’y a rien de plus dangereux qu’un patron toxique. Il crée un environnement dans lequel les gens ont peur de s’exprimer ou de demander de l’aide. Au fil du temps, cette toxicité détruit la confiance des employés, a un impact négatif sur leur travail et entraîne une détérioration de leur santé mentale. En conséquence, les employés comptent sur leurs congés pour sauver leur santé mentale jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de donner leur préavis.

 

Une étude de la Harvard Business School a révélé que les patrons toxiques entraînent les conséquences suivantes :

– 25 % des employés reportent leurs frustrations sur les clients

– 48 % diminuent intentionnellement leurs efforts et passent moins de temps au travail

– 78 % ont déclaré que leur engagement envers leur organisation avait diminué

– 66 % déclarent que leurs performances ont diminué

Il n’est pas surprenant que 57 % des employés démissionnent à cause d’un mauvais patron. Alors que de nombreuses entreprises sont dénoncées pour leurs lieux de travail et leurs PDG toxiques, un plus grand nombre encore souffre en silence. En tant que personne ayant travaillé dans un lieu de travail toxique, j’ai été humiliée et je ne comprenais pas pourquoi j’étais la cible de mon patron des RH. Ma confiance en moi s’est détériorée et j’ai cru que j’étais le problème. En fin de compte, le lieu de travail a détérioré mon esprit et je suis restée jusqu’à n’en plus pouvoir.

 

Voici 5 raisons pour lesquelles les employés restent dans un lieu de travail toxique :

– Les avantages et le salaire sont meilleurs

– Ils se sentent obligés de rester pour garder un bon CV

– Ils aiment le travail qu’ils font

– Ils n’ont pas la confiance et la conviction qu’ils peuvent obtenir un meilleur emploi

– L’entreprise paie actuellement un programme ou des frais de scolarité qui les obligent à rester

 

Voici cinq signes révélateurs de la toxicité de votre patron : 

 

Attentes irréalistes et délais impossibles à respecter

Se sentir constamment surmené et incertain des attentes de votre patron est un signe clair que votre patron est toxique. Au lieu de respecter votre temps, il attend de vous que vous laissiez tout tomber pour mener à bien un projet dont le délai d’exécution est impossible. Lorsque vous essayez de vous exprimer, il refuse d’écouter ou considère que vous ne comprenez pas l’urgence de la situation. Cependant, ce n’est pas que l’urgence n’est pas comprise, c’est que le délai est impossible et que le projet est voué à l’échec. Ainsi, les employés sont contraints de produire un travail de moindre qualité et d’abandonner certains processus pour accomplir la tâche, ce qui leur vaut d’être réprimandés par la suite.

De même, les patrons toxiques ne s’engagent pas à répondre aux attentes. Même lorsqu’ils le font, ils changent constamment les détails. Les employés s’épuisent rapidement parce qu’ils essaient toujours d’anticiper ce qui est nouveau, ce qui a changé et ce que leur patron attend.

 

Ils utilisent leur autorité pour dicter, mais ne se tiennent pas pour responsables

Les patrons toxiques sont connus pour utiliser leur autorité afin de contourner les règles et les processus. Ils pensent que leur rôle dans l’entreprise les rend infaillibles. Plutôt que d’admettre une erreur ou d’assumer la responsabilité de quelque chose qui a mal tourné, ils l’ignorent, rejettent la faute sur quelqu’un ou trouvent des excuses. Lorsque des preuves ou des commentaires constructifs sont fournis, ils les prennent comme une attaque et cherchent souvent à se venger d’avoir été mis au défi. Les représailles peuvent prendre la forme d’un refus d’embauche, d’une exclusion des réunions ou d’un refus du congé parental, pour ne citer que quelques exemples. C’est pour cette raison que l’entourage d’un patron ou d’un manager toxique se transforme souvent en personnes qui ne lui disent jamais non par peur de ce qu’elles pourraient perdre si elles le faisaient.

Daniel Foley, directeur du marketing chez Scooter Guide, affirme que le trait de personnalité le plus évident d’un leader toxique est sans aucun doute le fait qu’il ne pratique pas ce qu’il prêche. Il explique que les employés sont « inspirés par des leaders qui vivent et respirent l’exemple qu’ils veulent voir suivre « knfd ». Or, les patrons toxiques ne se soucient pas du bien-être de leurs employés, car ils sont trop préoccupés par eux-mêmes.

 

Faible intelligence émotionnelle et prise de décision réactive

Les patrons toxiques peuvent avoir un impact négatif sur une entreprise à plus d’un titre. Non seulement ils font fuir leurs employés, mais ils font également fuir leurs clients. En conséquence, ils acquièrent une mauvaise réputation dans leur secteur d’activité en raison de leurs comportements toxiques et de leurs prises de décision réactives. Pourtant, ils ne comprennent pas comment leurs décisions, leurs paroles et leurs comportements ont un impact négatif sur les autres.

 

Une étude menée par Pearson et Porath auprès de milliers d’employés et de cadres a révélé que lorsqu’un leader doté d’une faible intelligence émotionnelle adopte un comportement négatif :

– Deux tiers des employés ont déclaré que leurs performances avaient diminué

– 12 % des employés ont démissionné en raison de son comportement 

– Plus de 75 % des employés ont déclaré que leur loyauté envers leur employeur diminuait

– Quatre employés sur cinq ont perdu du temps de travail à s’inquiéter d’un incident désagréable qui s’est produit

– 63% des employés ont perdu du temps de travail à essayer d’éviter à tout prix leur employeur

 

La prise de décision réactive crée un environnement de travail chaotique et stressant qui conduit à un épuisement accru des employés. Souvent, les patrons qui sont réactifs peuvent transformer des choses insignifiantes en véritables crises. Ils se focalisent sur les choses au point de s’immiscer dans le rôle des autres parce qu’ils ne croient pas que leurs employés travaillent assez vite. Non seulement cela démotive les employés, mais cela dévalorise leur expertise et leur position dans l’entreprise.

Daivat Dholakia, directeur des opérations chez Force by Mojio, explique : « Il est normal et sain que chaque manager soit impliqué et communique sur les décisions. Ce qui est moins sain, c’est lorsqu’un patron ressent le besoin d’intervenir dans chaque petite chose qui se passe dans l’entreprise ». Lorsque les patrons s’attendent à connaître tous les détails, c’est un signal d’alarme indiquant qu’ils sont des micro-managers. De plus, il est presque impossible de faire avancer une entreprise lorsque le manager ne fait pas confiance aux personnes qu’il a embauchées.

La triste réalité est que la plupart des patrons toxiques ne voient leurs employés que comme des producteurs de profit plutôt que comme des êtres humains. Ainsi, ils créent une culture de « travailleurs jetables », ce qui est sans aucun doute ressenti par les employés. Ainsi, leur loyauté et leur engagement envers l’entreprise se détériorent rapidement. Les entreprises dont le lieu de travail est toxique peuvent être en mesure d’embaucher les meilleurs talents, mais en réalité, elles auront du mal à les retenir. Aucune somme d’argent, promesse d’avenir ou titre de poste ne vaut l’impact sur la santé mentale d’un patron toxique.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Heidi Lynne Kurter

<<< À lire également : Que faire lorsque des employés rendent publiques des plaintes liées au travail ? >>>