Vous êtes à la recherche d’une « étoile de Noël » cette année ? Il va falloir vous armer d’un peu de patience, mais rassurez-vous, comme tout ce qui concerne l’observation des étoiles, votre patience sera récompensée.


 

L’année dernière à Noël, un fait astronomique rare a eu lieu : une conjonction de Jupiter et de Saturne dans le ciel nocturne dans les jours précédents le 25 décembre 2020. Ce type d’évènement n’arrive qu’une fois sur dix dans une vie.

La comète Léonard sera visible dans le ciel nocturne après le coucher du soleil, mais elle ne sera pas assez lumineuse pour mériter le qualificatif d’« étoile de Noël ». Néanmoins, l’année 2022 sera particulièrement riche en évènements astronomiques spectaculaires, et un de ces évènements pourrait aisément être qualifié d’« étoile de Noël ».

 

« L’étoile de Noël » : mythe et réalité

Selon l’Évangile de Mathieu, une étoile brillante s’est levée dans le ciel après la naissance de Jésus-Christ et les mages ont suivi cette étoile pour trouver le divin enfant.

S’agissait-il d’une comète ou d’une supernova ? Aurait-il pu s’agir de la conjonction de deux planètes ? Ou bien s’agissait-il simplement d’un détail fictif qu’il ne fallait pas prendre au sérieux ?

 

Y aura-t-il une « étoile de Noël » cette année ?

En quelque sorte. La comète Léonard est actuellement visible dans le ciel du sud-ouest juste après le coucher du soleil. Cependant, la comète est basse par rapport à l’horizon et elle n’est pas assez lumineuse. Donc, bien qu’elle puisse être visible à l’œil nu (il est plus probable que vous puissiez l’observer avec une paire de jumelles), elle n’éblouira pas le monde comme l’a fait la conjonction de Jupiter et Saturne l’année dernière.

 

Une « étoile de Noël » plus brillante est à venir

Bien que les astronomes ne puissent pas encore prévoir quand se produira la prochaine supernova, ils peuvent prévoir quand aura lieu la prochaine conjonction de planète. Lundi 21 décembre 2020, les planètes Jupiter et Saturne sont apparues plus proches l’une de l’autre, un fait inédit depuis près de 400 ans. En 2022, il aura des évènements similaires :

  • Une conjonction entre Mars et Saturne, le 5 avril 2022.
  • Une conjonction entre Jupiter et Neptune, le 12 avril 2022.
  • Une conjonction entre Vénus et Neptune, le 27 avril 2022.
  • Une conjonction entre Jupiter et Vénus, le 30 avril et le 1ermai 2022.
  • Une conjonction entre Mars et Neptune, le 18 mai 2022.
  • Une conjonction entre Jupiter et Mars, le 29 mai 2022.

Seulement trois de ces phénomènes astronomiques seront visibles à l’œil nu, et un seul sera spectaculaire !

 

Conjonction Mars et Saturne

Dans le ciel du sud-est, avant le coucher du soleil, le 5 avril 2022, les planètes Mars et Saturne seront à seulement 19 minutes d’arc (0°19’) l’une de l’autre. Cela devrait permettre une belle observation à l’œil nu ou avec des jumelles.

 

Conjonction Jupiter et Vénus

C’est le phénomène astronomique qu’il faudra observer en 2022 ! Il ne s’agira pas d’une « Grande conjonction », étant donné que cette appellation est réservée aux conjonctions de Jupiter et de Saturne, les deux plus grosses planètes du système solaire. Néanmoins, cette conjonction de Jupiter et Vénus sera plus lumineuse et sans doute plus spectaculaire qu’une « Grande conjonction ». Entre le 30 avril et le 1er mai 2022, les deux planètes ne seront distantes que de 14 minutes d’arc (0°14’).

À l’œil nu, elles ne ressembleront pas à une seule étoile brillante, mais Vénus et Jupiter sont de loin les deux planètes les plus brillantes, leur proximité rendra le phénomène encore plus brillant.

 

Conjonction Mars et Jupiter

Le troisième phénomène astronomique visible à l’œil nu en 2022 est la conjonction entre Mars et Jupiter. Le 29 mai 2022, les deux planètes apparaîtront à seulement 38 minutes d’arc (0°38’) l’une de l’autre.

Ces passages rapprochés apparents de planète dans le ciel nocturne sont appelés des conjonctions, mais le terme technique pour ces phénomènes est « appulse ». Une appulse est définie comme étant la plus petite distance apparente entre deux objets célestes, observée depuis un troisième corps céleste, dans le cas présent, la Terre.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jamie Carter

<<< À lire également : La NASA « touche » le Soleil pour la première fois ! >>>