La société pharmaceutique Pfizer a déclaré que l’analyse finale des essais cliniques de son traitement antiviral contre le Covid-19, Paxlovid, a confirmé qu’il est efficace à 89 % pour prévenir les hospitalisations et les décès chez les patients à haut risque si son comprimé est pris dans les trois jours suivant l’apparition des symptômes.


 

« Cette nouvelle confirme que l’antiviral oral, s’il est autorisé ou approuvé, pourrait avoir un impact significatif sur la vie de nombreuses personnes », a déclaré Albert Bourla, PDG de Pfizer, dans un communiqué.

Paxlovid est un type de médicament antiviral appelé inhibiteur de protéase. Cette classe de médicaments a été déployée avec succès contre des maladies telles que le VIH et l’hépatite C. Le médicament agit en empêchant le SRAS-CoV-2, le virus responsable du Covid-19, de produire les protéines dont il a besoin pour se répliquer. Cela permet de réduire la quantité de virus chez le patient, ce qui contribue à prévenir une maladie grave.

Pfizer affirme également que les résultats de son étude, qui n’ont pas encore été examinés par des pairs, ont permis d’éviter des hospitalisations et des décès dans 88 % des cas chez les patients qui ont pris le médicament dans les 5 jours suivant l’apparition des symptômes. Cette étude, qui a porté sur 2 246 patients, était une étude contrôlée randomisée dans laquelle certains patients ont reçu le médicament antiviral tandis que d’autres ont reçu un placebo.

La société a également publié une analyse intermédiaire d’une étude toujours en cours sur le médicament chez des patients qui présentaient soit un risque standard (plutôt que élevé) de Covid-19, soit étaient vaccinés mais présentaient un ou plusieurs facteurs de risque de maladie grave. L’analyse intermédiaire a révélé que le médicament était efficace à 70 % pour prévenir les hospitalisations dans cette population, mais n’a pas atteint l’un des principaux objectifs de l’étude, qui était de voir si le médicament pouvait soulager les symptômes de la maladie pendant quatre jours consécutifs.

En plus de l’analyse des essais cliniques, Pfizer a également déclaré que les études en laboratoire de son médicament antiviral ont déterminé qu’il devrait toujours fonctionner pour empêcher la réplication virale dans le variant Omicron du coronavirus, ce qui signifie qu’il devrait toujours fonctionner contre les personnes infectées par ce virus.

Pfizer a soumis une demande d’autorisation d’urgence du Paxlovid à la FDA le 16 novembre. Un panel de la FDA a recommandé de justesse l’autorisation d’un autre antiviral, co-développé par Merck et Ridgeback therapeutics, le 30 novembre, mais ce médicament n’a pas encore été autorisé par l’agence. Les deux sociétés ont signé un accord avec la Communauté de brevets sur les médicaments des Nations unies pour permettre aux fabricants de médicaments génériques dans les pays à faible revenu de fabriquer le médicament sans payer de droits de licence tant que la pandémie de Covid-19 est en cours.

Ces nouvelles données sur l’efficacité du Paxlovid, a déclaré le PDG Albert Bourla dans un communiqué, « soulignent le potentiel du traitement candidat pour sauver la vie de patients dans le monde entier, qu’ils aient été vaccinés ou non ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Alex Knapp

<<< À lire également : Covid-19 : Le Royaume-Uni approuve le traitement par anticorps développé par GSK >>>