Avec une fin de la pandémie que Stéphane Bancel ne prévoit pas avant un an, ce sont toutes les autres déclinaisons de virus à venir qu’il veut anticiper avec le laboratoire Moderna qu’il dirige : sous forme de rappel annuel, comme le vaccin contre la grippe.

 

Selon une nouvelle étude, le vaccin Moderna semble mieux résister contre l’infection au variant Delta, avec une efficacité de 76 % contre 42 % pour le vaccin Pfizer. L’étude a été menée sur 180 000 personnes vaccinées dans le Minnesota (États-Unis) entre janvier et juillet 2021, dans une période de temps où la souche dominante est passée du variant Alpha au variant Delta, ce qui a permis une comparaison entre les deux. Il n’en faut pas plus pour assister au retour en grâce de ce vaccin contre le Covid-19 mis au point par la firme américaine et dirigée par le Français Stéphane Bancel, jusqu’alors boudé par les candidats à la vaccination. Ce dernier s’est d’ailleurs très récemment exprimé sur la crise du coronavirus dans plusieurs journaux suisses où il plaide pour une dose de rappel.

 

Une seule injection contre plusieurs virus

Selon le directeur de la société biotechnologique, la pandémie a encore une année devant elle avant d’être définitivement enrayée. Avec un système en cours de développement de rappel annuel de vaccin pour « couvrir toutes les maladies respiratoires d’origine virale », l’engagement de fournir en quantité massive les doses nécessaires « pour vacciner tous les habitants de la planète » est pris par le patron de Moderna. L’adaptation aux variants à venir mais aussi aux nouveaux virus semble désormais au cœur de la stratégie du laboratoire qui ainsi « s’adaptera aux souches de l’année ». Une intention qui donne lieu à plusieurs interprétations de ce que sera notre avenir : si la Covid disparaît, d’autres virus similaires menaceront notre quotidien. « C’est un virus avec lequel nous allons devoir vivre » a déclaré Stéphane Bancel en entrevue à l’émission À vos affaires, sur les ondes de LCN. Ses chercheurs travaillent actuellement sur l’élaboration de cinq « boosters » visant à adapter le vaccin à l’émergence des variants. Rappelons que la société Moderna fut la première à démarrer les essais de vaccin (le 16 mars 2020 à Seattle), approuvé depuis pour une utilisation d’urgence en décembre 2020.

 

<<< À lire également : Reprise dans les actions de Pfizer et Moderna après l’approbation par la FDA du vaccin Covid-19 de Pfizer >>>