L’étude de l’OMS sur les origines du Covid-19 a déterminé que le coronavirus a très probablement été transmis de la chauve-souris à l’homme par l’intermédiaire d’un autre animal et a noté qu’il était « extrêmement improbable » que le virus ait fui d’un laboratoire, a rapporté l’Associated Press en citant une version préliminaire du rapport qui réaffirme ce que les scientifiques disent depuis un certain temps, bien que plusieurs questions restent sans réponse.

 

Principaux faits

  • L’Associated Press a obtenu une « version quasi finale » du rapport auprès d’un diplomate anonyme basé à Genève et appartenant à un pays membre de l’OMS.
  • L’étude, qui a été menée conjointement par l’OMS et la Chine, recommande de poursuivre les recherches dans tous les domaines, à l’exception de la théorie de la fuite d’un laboratoire, qui a été propagée par certaines personnalités, dont l’ancien chef du CDC, le Dr Robert Redfield.
  • Le rapport énumère les théories possibles sur les origines du coronavirus, de la plus probable à la moins probable, en commençant par la transmission à l’homme d’une chauve-souris par l’intermédiaire d’une espèce secondaire, suivie de la transmission directe par la chauve-souris.
  • La théorie avancée par la Chine, selon laquelle le virus se serait propagé par le biais de produits alimentaires de la « chaîne du froid », est considérée comme possible mais peu probable.
  • Selon l’Associated Press, le rapport note que le parent le plus proche du coronavirus a été trouvé chez les chauves-souris, mais ajoute que la « distance évolutive » entre le virus de la chauve-souris et celui qui a infecté les humains est estimée à « plusieurs décennies », ce qui suggère un « chaînon manquant » ou une espèce intermédiaire.
  • Selon le rapport, des virus similaires ont été découverts chez les pangolins, ce qui laisse penser qu’ils pourraient être le chaînon manquant.

 

Ce qu’il faut surveiller

La semaine dernière, un responsable de l’OMS a déclaré que le rapport serait prêt à être publié dans les « prochains jours », mais on ignore si le rapport final sera modifié avant d’être rendu public.

 

Critique importante

La publication du rapport a été retardée à plusieurs reprises, l’OMS ayant annulé la publication d’un rapport provisoire prévu au début du mois. Cela a suscité des inquiétudes quant à la tentative de la Chine de fausser les conclusions du rapport afin d’éviter d’être tenue responsable de la pandémie. Au début du mois, un groupe international de scientifiques a demandé, dans une lettre ouverte, une nouvelle enquête indépendante sur les origines du virus : « Nous ne pouvons pas nous permettre une enquête sur les origines de la pandémie qui ne soit pas absolument approfondie et crédible ». La lettre notait que le refus de la Chine d’accorder un accès approprié à l’OMS avait empêché « une enquête approfondie, crédible et transparente ».

 

Le contexte

Détermination les origines du coronavirus est devenu une question politique, la Chine cherchant à détourner le blâme. Le virus a été détecté pour la première fois à Wuhan, en Chine, fin 2019 – d’où beaucoup pensent qu’il est originaire. La Chine a tenté de contester cette théorie en suggérant que le virus a été importé dans le pays via des aliments surgelés. À l’autre extrême, l’ancien président américain Donald Trump et les membres de son administration – y compris l’ancien chef du CDC – ont avancé la théorie selon laquelle le virus aurait fui d’un laboratoire à Wuhan, malgré l’absence de preuves à l’appui de cette affirmation.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

 

<<< À lire également : Covid-19 | L’OMS “inquiète” pour l’Europe >>>