Une étude menée à Hong Kong a montré que les personnes ayant reçu le vaccin Covid-19 de Pfizer-BioNTech présentaient une quantité d’anticorps dix fois supérieure à celle des personnes ayant reçu le vaccin Sinovac mis au point en Chine.

 

Faits marquants

  • Selon l’étude publiée dans The Lancet, la différence de concentration des anticorps neutralisants « pourrait se traduire par des différences substantielles dans l’efficacité du vaccin ».
  • L’étude s’est basée sur des échantillons recueillis auprès de 1 442 travailleurs de la santé travaillant dans des cliniques médicales, des hôpitaux publics et privés de Hong Kong.
  • Les personnes ayant reçu le vaccin Sinovac présentaient des taux d’anticorps « similaires ou inférieurs » à ceux des patients qui avaient été infectés par le Covid-19 et avaient réussi à combattre la maladie, rapporte l’AFP.
  • L’étude n’a porté que sur les concentrations d’anticorps neutralisants – qui ne sont pas la seule mesure de l’efficacité d’un vaccin – et n’a pas inclus de données sur les cellules T et autres marqueurs potentiels de protection.

 

Citation essentielle

L’un des auteurs du rapport, l’épidémiologiste Ben Cowling, a déclaré à l’AFP que les personnes devraient tout de même se faire vacciner avec le vaccin Sinovac si c’était leur seule option, car il offre toujours une certaine protection, ajoutant : « Ne laissez pas le parfait être l’ennemi du bien ».

 

Tangente

L’étude de Hong Kong et d’autres recherches menées dans le monde entier suggèrent que les vaccins utilisant la technologie de l’ARNm – comme Pfizer et Moderna – pourraient offrir une protection plus solide contre le coronavirus et ses variants, par rapport aux injections de virus inactivés plus traditionnelles. Toutefois, ces vaccins à vecteur viral sont considérés comme un outil essentiel pour vacciner la majeure partie du monde, car ils sont à la fois moins chers et plus faciles à produire et à stocker.

 

Nombre important

28%. C’est le pourcentage de la population de Hong Kong qui a été entièrement vaccinée contre le Covid-19 jusqu’à présent, selon le système de suivi officiel du gouvernement. Plus de 40 % de la population a reçu au moins une dose jusqu’à présent.

 

Contexte clé

Alors que Pékin a entrepris de réprimer plus sévèrement la dissidence à Hong Kong, les vaccins contre le Covid-19 sont apparus comme un point chaud politique. Au début de la campagne de vaccination, les dirigeants de la ville, soutenus par Pékin, ont publiquement choisi de recevoir le vaccin Sinovac. Les citoyens de Hong Kong, en revanche, se sont montrés beaucoup moins confiants à l’égard du vaccin développé par la Chine. Selon une enquête publiée en janvier, 56 % des personnes étaient prêtes à recevoir le vaccin Pfizer-BioNTech, tandis que 29,5 % seulement étaient prêtes à recevoir le vaccin Sinovac. Malgré un approvisionnement suffisant, seulement 1,8 million de vaccins Sinovac ont été administrés dans la ville jusqu’à présent, contre 2,6 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech, ajoute l’AFP. En mars dernier, les autorités de la ville ont exclu une clinique privée du programme de distribution de vaccins de la ville après qu’elle a recommandé aux patients le vaccin Pfizer au lieu du Sinovac.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

<<< À lire également : Pfizer et Moderna : une protection de plusieurs années contre la Covid-19 ? >>>