Le président russe Vladimir Poutine est en train de s’isoler à la suite d’une épidémie de Covid-19 parmi les membres de son entourage, a déclaré le Kremlin mardi, un jour après avoir participé à de nombreux événements en personne, notamment une rencontre avec les athlètes paralympiques russes et le président syrien Bashar al-Assad.

 

Principaux faits

  • Vladimir Poutine s’auto-isole après que plusieurs cas de coronavirus ont été « identifiés (…) dans son environnement », a déclaré le Kremlin dans un communiqué.
  • En conséquence, le Kremlin a déclaré qu’il éviterait les réunions en personne pendant « un certain temps » et ne fera pas le voyage prévu à Douchanbé, au Tadjikistan, pour rencontrer les dirigeants régionaux, et participera plutôt par liaison vidéo.
  • Le président de 68 ans – qui a fait face à des rumeurs selon lesquelles il aurait survécu à la pandémie dans un bunker sécurisé alors qu’il travaillait à domicile et qui a fait peu d’apparitions publiques pendant la pandémie – a déclaré avoir reçu deux doses du vaccin russe Spoutnik V au début de l’année.
  • Dmitri Peskov, porte-parole de Vladimir Poutine, a déclaré mardi aux journalistes que le président avait été testé négatif au coronavirus et qu’il était « absolument en bonne santé ».
  • Dmitri Peskov a déclaré que personne n’avait été mis en danger par la présence du président à des événements lundi – qui ont eu lieu avant que la décision d’auto-isolement ne soit prise – y compris les athlètes paralympiques qu’il a accueillis.

 

Le contexte

La Russie est l’un des pays les plus durement touchés par le Covid-19 et les autorités ont été critiquées par la communauté internationale pour avoir apparemment sous-estimé le nombre de victimes. Les données suggèrent que le nombre de morts est bien plus élevé que ce que les chiffres officiels indiquent. Le vaccin Spoutnik V, mis au point à la hâte et approuvé en Russie en août dernier, a fait l’objet de controverses après avoir été rapidement déployé sans essais cliniques solides ni données publiques. Lorsqu’elles ont été publiées quelques mois plus tard, les premières analyses évaluées par des pairs ont révélé que le vaccin était très efficace. Néanmoins, la vaccination du public russe n’a pas été une mince affaire. Les sondages mettent constamment en évidence des niveaux étonnants d’hésitation à l’égard du vaccin (un sondage Morning Consult indique que 47% des personnes interrogées ne veulent pas ou ne sont pas sûres de se faire vacciner).

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Robert Hart

 

<<< À lire également : Biden et Poutine se serrent la main lors du lancement du sommet très attendu à Genève >>>