Des semaines après qu’un juge a ordonné au président Joe Biden de rétablir une politique controversée de l’ère Trump exigeant que les demandeurs d’asile attendent au Mexique leur passage devant le tribunal de l’immigration américain, le gouvernement a promis mercredi de publier un nouveau mémo mettant fin à cette politique. Cela intervient alors que le programme d’immigration de Biden est confronté à des contestations judiciaires, à l’acrimonie politique et à une augmentation des niveaux de migration.

 

Faits marquants

  • Le ministère de la Sécurité intérieure indique qu’il publiera un mémo actualisé dans les prochaines semaines pour tenter de mettre fin au programme Migrant Protection Protocols de Trump (MPP), également connu sous le nom de « Rester au Mexique ».
  • Biden avait initialement mis fin au programme MPP plus tôt cette année, mais le juge Matthew Kacsmaryk a annulé son ordonnance en août, arguant que les responsables n’avaient pas suivi les étapes correctes pour modifier une politique fédérale et qu’ils ne détenaient pas suffisamment de demandeurs d’asile après leur entrée aux États-Unis.
  • Le DHS a déclaré qu’un nouveau mémo mettant fin à la MPP « répondra aux préoccupations soulevées par les tribunaux » et qu’il n’entrera en vigueur que si la décision de Matthew Kacsmaryk – dont la Cour suprême a autorisé l’entrée en vigueur le mois dernier – est levée.
  • Le DHS affirme qu’il « travaille de bonne foi pour relancer le programme « Rester au Mexique » conformément à l’ordonnance du juge », un processus qui nécessitera la coopération du gouvernement mexicain, qui s’est montré peu enclin à autoriser la reprise complète du programme jusqu’à présent.

 

Contexte clé

À partir de 2019, l’ancien président Donald Trump a exigé que des dizaines de milliers de migrants qui tentaient de demander l’asile aux États-Unis restent temporairement du côté mexicain de la frontière – souvent dans des camps de fortune – en attendant une procédure judiciaire. Cette politique s’inscrivait dans une stratégie plus large de l’ère Trump visant à limiter les nouveaux cas d’asile, à réduire les passages non autorisés à la frontière et à dissuader les gens de faire le périlleux voyage en premier lieu. Mais le programme a fait l’objet de critiques quasi constantes et de contestations judiciaires : Les critiques ont qualifié cette politique d’inhumaine et de dangereuse, faisant état d’un grand nombre d’enlèvements et d’agressions de demandeurs d’asile contraints de rester dans les villes frontalières mexicaines, et ont averti qu’elle pourrait être contraire à l’obligation légale du gouvernement d’accorder l’asile à ceux qui craignent d’être persécutés dans leur pays d’origine. Au début de l’année, M. Biden a progressivement dénoncé l’initiative « Rester au Mexique » et a permis à un grand nombre de ses inscrits d’entrer aux États-Unis.

 

Tangente

L’incertitude concernant le programme survient dans un contexte de forte augmentation des passages de frontières. La Border Patrol a appréhendé près de 196 000 migrants à la frontière entre les États-Unis et le Mexique le mois dernier et plus de 200 000 en juillet, ce qui s’ajoute à une série de mois record depuis 20 ans. Selon le gouvernement Biden, cette hausse est due à la pauvreté et à la violence en Amérique centrale, ainsi qu’à des taux de récidive inhabituellement élevés pour les personnes qui traversent la frontière. Les républicains ont cependant mis en cause les tentatives de M. Biden de lever les règles d’immigration strictes de M. Trump. Plus récemment, des milliers de migrants haïtiens ont traversé la ville texane de Del Rio et ont campé sous un pont au début du mois, submergeant les agents de l’immigration, ce qui a conduit le gouvernement américain à augmenter de manière controversée les vols de renvoi vers Haïti.

 

Fait surprenant

Le gouvernement Biden a dû faire face à d’autres batailles judiciaires concernant ses politiques d’immigration. En janvier, un juge fédéral du Texas a mis fin au moratoire de 100 jours sur la plupart des expulsions et, en juillet, un tribunal du Texas a contraint M. Biden à cesser d’accorder de nouvelles demandes dans le cadre du programme « Deferred Action for Childhood Arrivals », une politique de l’ère Obama offrant une protection temporaire et des permis de travail aux immigrants sans papiers entrés aux États-Unis au cours de leur enfance. Un juge fédéral de Washington a également interdit à M. Biden d’expulser rapidement les familles prises en flagrant délit de franchissement de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, une pratique lancée par M. Trump mais défendue par le gouvernement Biden.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Joe Walsh

<<< À lire également : Joe Biden aurait reçu des agences de renseignement un rapport non concluant sur les origines du Covid >>>