Le président Joe Biden a reçu un rapport confidentiel des services de renseignement sur les origines du coronavirus, qui n’aurait apparemment pas permis de déterminer de manière concluante si l’épidémie était le résultat d’un transfert de l’animal à l’homme ou d’une fuite accidentelle en laboratoire, soulignant la difficulté de déterminer la cause de la pandémie dans un contexte de réticence de la Chine à coopérer avec les enquêtes internationales.

 

Principaux faits

  • Selon le Washington Post, la communauté du renseignement cherchera à déclassifier certaines parties du rapport en vue d’une éventuelle diffusion publique dans les prochains jours.
  • Le rapport a été remis au président par Avril Haines, la directrice du renseignement national, qui avait précédemment prévenu que les agences pourraient ne pas être en mesure de trouver le « pistolet fumant » sur les origines de la pandémie.
  • Les données recueillies par l’Institut de virologie de Wuhan ont été examinées dans le cadre de l’enquête, rapporte le New York Times.
  • Malgré l’examen des renseignements existants et la recherche de nouveaux indices, la communauté du renseignement n’a pas été en mesure de parvenir à un consensus sur la source principale de l’épidémie, ajoute le rapport du Washington Post.

 

Le contexte

En mai, Joe Biden a ordonné aux agences de renseignement américaines d’examiner les origines du coronavirus et de produire un rapport préliminaire de 90 jours qui, selon lui, « pourrait nous rapprocher d’une conclusion définitive » sur la question. À l’époque, la Maison-Blanche avait noté que les agences de renseignement avaient deux théories dominantes, deux branches estimant que le virus avait été transmis par des animaux, tandis qu’une autre branche pensait qu’il avait été accidentellement divulgué par un laboratoire de Wuhan. Si de nombreux scientifiques ont d’abord rejeté la théorie de la fuite de laboratoire – estimant que le virus était probablement passé de la chauve-souris à l’homme en passant par un hôte animal intermédiaire – certains se sont montrés plus ouverts à son examen. En mars, l’Organisation mondiale de la santé et la Chine ont publié une étude conjointe qui suggérait également que l’hôte animal intermédiaire était la cause probable et qualifiait l’hypothèse de la fuite de laboratoire d’ « extrêmement improbable ». Ce rapport a toutefois été vivement critiqué par les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et plusieurs autres pays qui ont accusé la Chine de « refuser l’accès aux données et aux échantillons originaux complets ».

L’une des principales difficultés auxquelles se heurte toute enquête sur les origines du virus est la réticence de la Chine à partager davantage de données. Pékin a insisté sur le fait que la théorie de la fuite de laboratoire était fausse et est même allé jusqu’à promouvoir sa propre théorie de l’origine, selon laquelle le virus aurait été importé dans le pays par le biais d’aliments congelés. Le mois dernier, les autorités chinoises ont rejeté le plan de l’OMS pour la deuxième phase de l’enquête sur les origines du Covid-19, qui examinera également la possibilité que le virus se soit échappé d’un laboratoire de Wuhan.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

 

<<< À lire également : La Chine est « choquée » par le projet de l’OMS d’enquêter sur les origines du Covid-19 >>>