La femme à l’origine des allégations les plus graves contre le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, selon lesquelles il l’aurait pelotée sous sa chemise l’année dernière au siège de l’exécutif à Albany, s’est identifiée publiquement pour la première fois après avoir déposé une plainte pénale contre le démocrate en difficulté.

 

Principaux faits

  • Brittany Commisso, qui a rendu publiques ses allégations contre Andrew Cuomo en mars, a révélé son identité dimanche dans un extrait d’une interview accordée à CBS « This Morning » et à l’Albany Times Union.
  • Identifiée comme « assistante exécutive n°1 » dans le rapport choc du bureau de la procureure générale de l’État de New York la semaine dernière, Brittany Commisso a accusé Andrew Cuomo, 63 ans, d’avoir passé sa main sous sa chemise et de lui avoir peloté la poitrine après avoir été appelée au siège du gouverneur pour résoudre un problème technique mineur, ce que Andrew Cuomo a nié à plusieurs reprises et avec véhémence.
  • Dans une vidéo de 20 secondes annonçant l’interview à venir, Brittany Commisso déclare avoir déposé une plainte pénale auprès du bureau du shérif du comté d’Albany jeudi dernier parce que « c’était la bonne chose à faire » et que Andrew Cuomo « doit être tenu responsable ».
  • Brittany Commisso est mariée à Frank Commisso Jr, ancien membre du conseil communal d’Albany, qui s’est présenté sans succès à la mairie d’Albany en 2017, selon le Times Union.

 

Citation importante

« Ce qu’il m’a fait était un crime… il a enfreint la loi », a déclaré Brittany Commisso dans l’interview.

 

Le contexte

Brittany Commisso est l’une des 11 femmes dont les allégations contre Andrew Cuomo ont été jugées crédibles par la procureure générale de l’État de New York, Letitia James, après une enquête de cinq mois. Selon le rapport de 168 pages de la procureure générale, Brittany Commisso a affirmé que le gouverneur « s’est engagé dans des étreintes étroites et intimes » en 2019 et 2020, et qu’une fois, il avait « passé sa main sous son chemisier et attrapé son sein ». Elle a également affirmé que Andrew Cuomo avait « posé sa main sur ses fesses, puis les avait frottées » pendant que les deux hommes prenaient un selfie. Andrew Cuomo a nié toutes les allégations d’attouchements inappropriés, et ses avocats ont spécifiquement ciblé les allégations de pelotage, qui, selon eux, sont inventées de toutes pièces.

 

Ce qu’il faut surveiller

Le shérif du comté d’Albany, Craig Apple, a déclaré dimanche que son enquête sur les allégations de Brittany Commisso « pourrait conduire à une arrestation » et que Andrew Cuomo serait confronté « probablement à un délit mineur, peut-être à deux » si les allégations sont confirmées et que des poursuites sont engagées. Toutefois, il a souligné que son bureau n’en est qu’ « aux premiers stades » de l’enquête.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Jemima McEvoy

 

<<< À lire également : Harceler le harcèlement : Comment prévenir et résoudre les situations sensibles en entreprise ? >>>