Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, pourrait faire l’objet de poursuites pénales et d’une arrestation si une enquête sur une plainte sexuelle déposée jeudi apporte des preuves qui confirment les allégations, a déclaré samedi le shérif du comté de la capitale de l’État.

 

Principaux faits

  • Si des poursuites sont engagées, Andrew Cuomo devra faire face à « probablement un délit, peut-être deux », a déclaré le shérif du comté d’Albany, Craig Apple, aux journalistes lors d’une conférence de presse.
  • L’enquête « pourrait conduire à une arrestation », a confirmé Craig Apple, mais il est trop tôt pour le savoir car « nous en sommes aux premiers stades » de l’enquête.
  • La plainte de la femme allègue que Andrew Cuomo l’a pelotée, a mis la main sous sa chemise et lui a demandé des photos, selon Spectrum news.
  • Craig Apple a rejeté l’idée que la femme puisse être motivée par des raisons politiques, la félicitant, ainsi que les autres femmes qui ont parlé au procureur général, « pour s’être manifestées » malgré le « stress et la pression » qu’elles subissaient.
  • La procureure générale de New York, Letitia James, partagera avec le shérif les éléments de son enquête sur Andrew Cuomo, a déclaré son bureau dans un communiqué à l’issue de la conférence de presse.

 

Citation importante

« Je suis très à l’aise et en sécurité pour dire qu’elle est une victime », a déclaré Craig Apple, niant que cela soit présomptueux. « Je pense que nous avons tous lu le rapport de la procureure générale », a-t-il dit. « Je pense que nous savons ce qu’il contient ».

 

Le contexte

Letitia James a publié mardi les résultats d’une enquête qui a révélé que Andrew Cuomo avait harcelé sexuellement 11 femmes, dont neuf employées actuelles ou anciennes, depuis 2013 en « les tripotant, les embrassant et les serrant dans ses bras, et en faisant des commentaires inappropriés ». Lorsque l’ancienne conseillère Lindsey Boylan a déclaré avoir été touchée, embrassée et soumise à des commentaires obscènes de la part du gouverneur, son bureau a divulgué des informations préjudiciables à son sujet aux médias et a planifié un article d’opinion pour la dénigrer davantage, démontrant que les « craintes de représailles » des autres femmes étaient justifiées. En réponse à l’enquête, d’éminents démocrates, dont les sénateurs de l’État de New York et le président Joe Biden, ont soit répété, soit nouvellement appelé à sa démission. Andrew Cuomo a nié les allégations, affirmant que ses actions avaient été mal interprétées ; ses avocats ont attaqué l’enquête de Letitia James. « Il n’y a pas eu d’enquête ouverte sur les faits ici », a déclaré l’avocate Rita Glavin lors d’une conférence de presse vendredi. « C’était à sens unique et il a été pris en embuscade ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Graison Dangor

 

<<< À lire également : L’ancien chef de l’opération Warp Speed est renvoyé du conseil d’administration de Galvani après des allégations de harcèlement sexuel >>>