Alors que de nombreux pays européens ont vu diminuer le nombre de nouveaux cas quotidiens de coronavirus, l’Espagne, la France et le Portugal, après avoir assoupli les mesures de répression en décembre, luttent contre une nouvelle vague d’infections qui amène les dirigeants à réfléchir à de nouveaux confinements et à des restrictions plus strictes pour tenir les cas à distance.

 

Principaux faits

  • Lundi, la France a enregistré son niveau le plus élevé en deux mois de nouveaux cas hebdomadaires moyens, soit 20 447, alors que les nouvelles hospitalisations ont également augmenté.
  • La France vient d’assouplir son deuxième confinement le 15 décembre, mais le président Emmanuel Macron rencontrera les autorités sanitaires mardi pour déterminer si le pays ira vers un troisième confinement, selon France 24.
  • L’Espagne a enregistré un record de 93 822 nouveaux cas d’infection samedi et dimanche, suffisamment pour faire passer le nombre de nouveaux cas détectés au cours des deux dernières semaines à 885 cas pour 100 000, soit une forte hausse par rapport aux 829 cas pour 100 000 recensés vendredi.
  • Le gouvernement espagnol a résisté aux appels à un nouveau confinement national après avoir assoupli les restrictions en décembre, malgré le nombre de nouvelles infections et d’hospitalisations qui ont affecté le système de santé du pays.
  • La semaine dernière, la recrudescence des coronavirus au Portugal avait poussé le pays à devenir la nation ayant le taux moyen hebdomadaire de nouvelles infections le plus élevé au monde, selon l’université Johns Hopkins, alors que les décès et les hospitalisations ont également augmenté.
  • À la mi-janvier, le Portugal a décrété un confinement sur l’ensemble du pays pour lutter contre la vague de nouvelles infections quotidiennes qui a commencé en décembre, quelques jours après Noël, lorsque le gouvernement a autorisé un assouplissement des restrictions pendant quatre jours.

 

Le contexte

Contrairement à d’autres pays d’Europe, l’Espagne, le Portugal et la France ont assoupli leurs mesures de répression contre les coronavirus en décembre pour Noël, ce qui, selon les experts, s’est prêté à l’augmentation des nouveaux cas. La propagation du variant britannique du coronavirus pourrait également avoir contribué à l’augmentation des infections, car on pense que la mutation est plus contagieuse. Des recherches récentes suggèrent qu’il pourrait également être plus mortel, a déclaré la semaine dernière le Premier ministre britannique Boris Johnson. Près de 200 cas de la nouvelle souche de coronavirus ont été détectés dans au moins 22 États américains, selon les Centers for Disease Control and Prevention, et devraient constituer la majorité des nouvelles infections dans le pays d’ici mars, a déclaré l’ancien directeur de la FDA Scott Gottlieb au début du mois.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Carlie Porterfield

 

<<< À lire également : Google s’engage dans la campagne de vaccination contre la Covid-19 >>>