Grâce à la meilleure performance boursière depuis plus de cinquante ans entre le jour de l’élection et celui de l’investiture, le nouveau président américain Joe Biden devrait hériter du plus grand marché boursier américain jamais enregistré lorsqu’il prendra ses fonctions.

 

Alors que Joe Biden prête serment aujourd’hui en tant que 46ème président des États-Unis, voici un aperçu de la croissance record de la bourse depuis sa dernière visite à la Maison Blanche en 2017.

 

40 000 milliards de dollars (33 000 milliards d’euros)

C’est la valeur marchande de toutes les actions américaines la veille de l’entrée en fonction de Joe Biden, selon l’indice Wilshire 5000. Ce chiffre a atteint un sommet historique, avec plus de 16 000 milliards de dollars (13 000 milliards d’euros) supplémentaires depuis l’investiture du président Donald Trump en janvier 2017.

 

2,1 billions de dollars (1,7 billion d’euros)

C’est la valeur actuelle d’Apple, l’entreprise la plus importante au monde. Sa capitalisation boursière a augmenté de 230 % depuis l’investiture de Donald Trump. « Toutes les actions ne sont pas créées égales », fait remarquer Nigel Green, le PDG du groupe consultatif DeVere, dont la valeur s’élève à 12 milliards de dollars (9,9 milliards d’euros), à propos de la concentration croissante de la bourse sur les valeurs technologiques en plein essor. En fait, les cinq actions FAANG : Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Google, ainsi que Microsoft représentent une valeur marchande d’environ 7 500 milliards de dollars (6 200 milliards d’euros) ; soit près de 20 % de l’ensemble du marché boursier américain.

 

183 milliards de dollars (151 milliards d’euros)

Il s’agit de la fortune actuelle du fondateur et PDG d’Amazon, Jeff Bezos, l’homme le plus riche de la planète, selon Forbes. Alimenté dernièrement par la ferveur des millions d’Américains contraints de rester chez eux pendant la pandémie, le stock du géant du commerce électronique a bondi de près de 300 % depuis l’investiture de Donald Trump, catapultant en parallèle la fortune de Jeff Bezos. Sa fortune était estimée à environ 73 milliards de dollars (60 milliards d’euros) il y a quatre ans, lorsque le cofondateur de Microsoft, Bill Gates, avait la plus grosse fortune du monde, avec environ 86 milliards de dollars (71 milliards d’euros). Le PDG de Tesla, Elon Musk, est maintenant juste derrière Jeff Bezos, avec une valeur nette de 182 milliards de dollars (150 milliards d’euros), soit 13 fois plus que début 2017.

 

31 113

L’indice Dow Jones dépasse actuellement les 30 000 points. Lorsque Donald Trump avait pris ses fonctions, l’indice était légèrement en-dessous des 20 000 points. L’indice historique a atteint le seuil des 30 000 points fin novembre, et il a atteint de nouveaux sommets depuis lors. Il a atteint son sommet actuel d’environ 31 223 points jeudi dernier. Amgen, Honeywell, Salesforce et Walgreens sont parmi les sociétés qui ont été ajoutées au Dow Jones pendant le mandat de Donald Trump. General Electric, Pfizer, Exxon Mobil et Raytheon Technologies sont quelques noms qui ont été mis à l’honneur.

 

140%

Le Nasdaq a connu une montée en flèche depuis le dernier Inauguration Day. Celui-ci a grimpé de 140%, en grande partie grâce à la croissance explosive des « chouchous de la technologie » comme Apple, Microsoft et Amazon.

 

68% 

Il s’agit de la croissance du S&P 500 sur quatre ans. Cet indice dépasse même le rendement du Dow Jones sur la même période. Le S&P 500 a atteint son dernier sommet historique le 8 janvier.

 

Alors, quelles sont les prochaines étapes pour le marché boursier ? « L’histoire nous enseigne que nous pouvons nous attendre à ce que les marchés réagissent favorablement à l’investiture d’un nouveau président, et cette fois-ci, il est fort probable qu’il n’en sera pas autrement », note M. Green, ajoutant que le déménagement de Joe Biden à la Maison-Blanche « pourrait entraîner les marchés dans une phase haussière plus marquée que les précédentes investitures » en raison des mesures de relance budgétaire massives qu’il promet et de la fin de l’incertitude politique découlant d’une élection âprement disputée.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jonathan Ponciano

<<< À lire également : USA “Spéciale Investiture” : Joe Biden : quels seront ses principaux défis ? >>>