Les sociaux-démocrates allemands (SPD) ont remporté une courte victoire aux élections nationales en devançant la coalition conservatrice de la chancelière sortante Angela Merkel, un résultat qui donne au bloc de centre-droit sa première défaite électorale depuis 2005.


 

Principaux faits

  • Tôt lundi, selon le dépouillement en cours des 299 circonscriptions du pays, les sociaux-démocrates ont remporté 25,9% des voix, tandis que le bloc conservateur de l’Union – composé de l’Union chrétienne-démocrate d’Allemagne et de l’Union chrétienne-sociale de Bavière – a obtenu 24,1%.
  • Avant cela, aucun parti vainqueur d’une élection allemande n’avait obtenu moins de 31% des voix et le résultat de lundi signifie qu’au moins trois partis devront s’unir pour former une coalition gouvernementale.
  • Bien qu’il soit arrivé derrière le SPD dans le décompte des voix, le bloc de l’Union a déclaré qu’il prévoyait d’entrer en contact avec les petits partis pour discuter de la formation d’un gouvernement de coalition.
  • Le chef du SPD, Olaf Scholz, a toutefois insisté sur le fait que la victoire étroite de son parti signifie qu’il a « un mandat très clair pour » former un « bon gouvernement pragmatique pour l’Allemagne ».
  • Avec respectivement 14,8% et 11,5% des voix, les Verts et le Parti démocratique libre (FDP), favorable aux entreprises, devraient jouer le rôle de faiseurs de roi.
  • Le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) a obtenu 10,3% des voix, mais il est peu probable qu’il joue un rôle dans la formation d’une coalition gouvernementale, aucun autre parti n’étant disposé à travailler avec lui.

 

Chiffre important

368. C’est le nombre total de sièges qu’un parti ou une coalition doit contrôler au Bundestag allemand pour former un gouvernement en Allemagne. Actuellement, le SPD est en tête avec 206 sièges, tandis que le bloc de l’Union en compte 196. Pour former un gouvernement, l’un ou l’autre parti aura besoin du soutien des Verts et du FDP, qui sont en tête avec 92 et 118 sièges respectivement.

 

Ce qu’il faut surveiller

Les deux principaux partis vont maintenant entamer des discussions informelles, suivies de négociations de coalition plus formelles, qui devraient prendre plusieurs mois. Cela signifie que la chancelière sortante, Angela Merkel, restera aux commandes à titre intérimaire. Les deux partis ont indiqué qu’ils prévoyaient de conclure un accord de coalition avant Noël.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

 

<<< À lire également : UE : les États membres renforcent les restrictions pour les voyageurs britanniques, tandis qu’Angela Merkel veut leur interdire l’accès au continent >>>