Moncef Slaoui, l’ancien conseiller en chef de l’opération Warp Speed qui a dirigé les efforts des États-Unis en matière de vaccin contre le coronavirus, a été licencié de son poste de président du conseil d’administration de Galvani Bioelectronics à la suite d’allégations « fondées » de harcèlement sexuel remontant à plusieurs années, a annoncé mercredi le propriétaire majoritaire de la société.

 

Principaux faits

  • GlaxoSmithKline, l’actionnaire majoritaire de Galvani, a déclaré que le renvoi de Moncef Slaoui du conseil d’administration est intervenu après que la société a reçu une lettre « contenant des allégations de harcèlement sexuel et de conduite inappropriée envers une employée de GSK par le Dr Slaoui ».
  • La lettre alléguait que la conduite inappropriée avait eu lieu « il y a plusieurs années » alors que Moncef Slaoui était encore un employé de GlaxoSmithKline, où il a travaillé pendant 30 ans, dirigeant le développement de vaccins, avant de partir en 2017.
  • GlaxoSmithKline a déclaré qu’une enquête sur le contenu de la lettre menée par un cabinet d’avocats engagé dès sa réception « corroborait » les allégations, et que l’enquête était toujours « en cours ».
  • Moncef Slaoui, dont le licenciement prend effet immédiatement, n’a pas pu être contacté immédiatement pour un commentaire et n’a pas encore abordé publiquement les allégations.

 

Citation importante

« Les comportements du Dr Slaoui sont totalement inacceptables », a déclaré le conseil d’administration dans son communiqué. « Ils représentent un abus de sa position de leader, violent les politiques de l’entreprise et sont contraires aux valeurs fortes qui définissent la culture de GSK ».

 

Le contexte

Moncef Slaoui a été engagé par l’ancien président Donald Trump en mai de l’année dernière pour diriger son programme de développement de vaccins contre le coronavirus, l’opération Warp Speed. Après avoir supervisé l’approbation d’urgence de plusieurs vaccins, Moncef Slaoui a démissionné de son poste à la tête de l’opération Warp Speed en janvier à la demande de l’équipe du président Joe Biden. Il a rejoint la nouvelle société pharmaceutique Centessa Pharmaceuticals en tant que directeur scientifique.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Jemima McEvoy

 

<<< À lire également : Harcèlement sexuel : l’impact de la Covid-19 >>>