Quelque 1 400 travailleurs de la production céréalière de la Kellogg Company dans ses quatre usines américaines se sont mis en grève mardi après plus d’un an de négociations infructueuses, selon une déclaration du syndicat et un rapport de l’Associated Press.

 

Principaux faits

  • Le Syndicat international des travailleurs de la boulangerie, de la confiserie, du tabac et de la meunerie (BCTGM) a déclaré que le travail dans les usines de céréales du Michigan, du Nebraska, de la Pennsylvanie et du Tennessee avait été interrompu en raison de différends concernant les salaires, les avantages sociaux et les soins de santé.
  • Les travailleurs en grève produisent certains des produits les plus connus de Kellogg’s, notamment les Frosted Flakes, les Rice Krispies et les Raisin Bran, selon le BCTGM.
  • Kellogg’s avait menacé d’envoyer davantage d’emplois au Mexique – où la marque est déjà présente – si les travailleurs n’acceptaient pas des « propositions scandaleuses » qui les auraient privés de toute protection, a déclaré le président du syndicat Anthony Shelton dans le communiqué de presse.
  • Les négociations, qui durent depuis plus d’un an, portent sur la perte de l’assurance maladie, des congés payés et la réduction du temps de vacances, a déclaré à l’AP le président de la section locale d’Omaha.
  • Le porte-parole de Kellogg, Kris Bahner, a déclaré dans un communiqué transmis à Forbes que l’entreprise était « déçue » par la décision de faire grève, mais qu’elle restait « prête, disposée et capable » de reprendre les négociations dans l’espoir de parvenir rapidement à un accord.

 

Le contexte

Selon Bloomberg, les actions de la Kellogg Company ont été affectées par la grève, qui s’inscrit dans une tendance plus large selon laquelle les syndicats sont responsabilisés par les pénuries de main-d’œuvre liées à la pandémie. Kris Bahner a mis l’accent sur la couverture santé « inégalée » et gratuite dont bénéficient les employés contractuels et sur l’assurance santé à faible cotisation dont bénéficient les autres membres du personnel moins expérimentés. Mais Anthony Shelton a déclaré que pendant que les employés travaillaient « de longues et dures heures, jour après jour » pendant la pandémie, les demandes de Kellogg’s ont été faites « sans tenir compte de leur bien-être ». « Le niveau auquel nous travaillions est insoutenable », a-t-il déclaré à l’AP. Il a également déclaré qu’il s’attend à ce que Kellogg’s fasse venir des travailleurs non syndiqués dans les usines de céréales pour reprendre la production plus tard cette semaine, une allégation à laquelle la société n’a pas répondu lorsque Forbes lui a demandé une réponse.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Téa Kvetenadze

 

<<< À lire également : Des salariés de Google créent un syndicat après des mois de tensions >>>