CHESS | Le succès de la série Le Jeu de La Dame a donné une nouvelle jeunesse aux échecs. Les ventes de jeux d’échecs explosent et la stratégie a soudain le vent en poupe. Mais cette fiction ne peut surpasser la crise bien réelle que nous avons vécue en 2020 avec la Covid-19 et dont nous sommes loin d’être sortis en 2021 : une pandémie mondiale, des confinements nationaux, une perturbation de toutes les activités, un passage au télétravail du jour au lendemain et un grand point d’interrogation sur notre avenir : allons-nous retrouver un jour une vie plus facile, plus prévisible, et quand ?

Je dirige une entreprise de technologie, et j’ai autrefois participé à des tournois d’échecs. Ces deux expériences m’ont appris une chose essentielle : pour faire face à de nouveaux défis et à l’imprévisible, le meilleur coup à jouer peut être de repenser complètement sa stratégie.

C’est mon père, un excellent joueur d’échecs, qui m’a enseigné cette leçon dès mon plus jeune âge. Partie après partie, il prenait l’avantage, plaçant ses pièces pour gagner facilement, jusqu’à ce que ma défaite semble inévitable. Et puis il retournait l’échiquier, se plaçant lui-même dans une position défensive, vulnérable, pour me forcer à repenser chaque coup. Et presque à chaque fois, même si la partie semblait perdue d’avance, il reprenait la main. Ces parties m’ont appris l’humilité, tout en étant très instructives. Elles m’ont appris l’importance de pouvoir se réinventer, et c’est là une compétence essentielle pour survivre et réussir dans le monde économique.

 

Au bout de quelques mois d’interminables conversations par Zoom, l’épuisement professionnel en guettait beaucoup. Cela nous a obligé à réfléchir de manière plus stratégique au nombre de réunions, au but de ces réunions et même à la nécessité de les organiser !

 

Nous sommes en 2021, mais la pandémie continue de faire des ravages : elle affecte les marchés et comment les entreprises abordent ces marchés, en les forçant à revoir leurs activités sous presque tous les angles. Notre entreprise n’est pas différente des autres. La plupart des pays où nos bureaux sont situés ayant décidé d’un confinement total, nous avons dû nous adapter immédiatement, et basculer d’un mode de travail en présentiel à une approche presque entièrement à distance. Finies les réunions avec la direction, les collègues, les clients et les prospects. Terminés les points quotidiens et les activités renforçant la cohésion d’équipe. Plus de présentations en face à face ni de poignées de main pour conclure des contrats. Tout a dû se faire en ligne. Puisque nous sommes une entreprise technologique, nos collaborateurs étaient équipés du matériel et des logiciels nécessaires pour télétravailler, mais notre manière de travailler a dû changer.

Au bout de quelques mois d’interminables conversations par Zoom, l’épuisement professionnel en guettait beaucoup. Cela nous a obligé à réfléchir de manière plus stratégique au nombre de réunions, au but de ces réunions et même à la nécessité de les organiser ! Cette réflexion nous a permis de simplifier nos communications en interne et, finalement, de gagner en efficacité lors des interactions avec nos clients. Prenons un exemple. Nous savions que notre grande conférence annuelle, le PegaWorld iNspire, ne pourrait pas avoir lieu en présentiel. Nous avons donc dressé une liste des points positifs et négatifs de nos expériences de télétravail, et en avons tenu compte pour organiser notre tout premier événement entièrement virtuel. Alors que d’autres entreprises se sont contentées de basculer leurs événements de plusieurs jours en distanciel, nous avons transformé une conférence de 5 jours en une expérience en ligne compacte et interactive de 2 heures et demie. Résultat : nous n’avons jamais enregistré autant d’inscriptions, et notre approche, conception et exécution de l’événement nous ont même valu des éloges. Nous avons complètement repensé notre stratégie et en avons tiré le meilleur parti.

Je n’aurais jamais pensé que nous pourrions entrer en contact avec des clients, vendre, conclure des contrats et mettre en place des systèmes entièrement nouveaux exclusivement en ligne, du début à la fin, mais nous y sommes parvenus à maintes reprises en 2020. Chacun, ou presque, étant confiné à domicile, les dirigeants sont devenus plus disponibles et prenaient le temps de discuter, puisqu’il n’y avait plus de temps perdu dans les transports. Avant la pandémie, si un dirigeant n’allait pas à la rencontre des clients en personne, cela passait presque pour une insulte. Mais cette culture a évolué. Les communications virtuelles sont désormais considérées comme tout aussi essentielles que les rencontres physiques, et je suis convaincu que nous ne reviendrons jamais complètement au modèle traditionnel du commercial itinérant.

Dans les affaires comme dans la vie, les changements se produisent parfois plus vite que prévu. Le jeu auquel nous jouons prend soudain une tournure que nous n’avions ni imaginée ni anticipée, et les résultats peuvent être surprenants ou inattendus. Ne laissez pas ces moments vous déstabiliser. Repenser sa position et revoir intégralement sa stratégie n’est pas une marque de faiblesse. Au contraire, ce sera peut-être un coup de maître.

<<< À lire également : Le piège des dirigeants impatients : quand vision se transforme en déception >>>