Partout dans le monde, tous les dirigeants partagent actuellement le même désir : laisser la pandémie derrière nous au plus vite !
Plus d’un an de situations imprévues, d’incertitudes, de changements constants, de peur, d’instabilité et de pertes on imposé aux entreprises de s’adapter avec la plus grande agilité. Ce « tremblement de terre avec une magnitude à force 8 » pèse lourd sur les épaules de chaque dirigeant. Depuis le début de la crise j’ai couru un marathon à travers la France en tant qu’experte de l’APM (Association progrès pour management), une des plus grandes associations des dirigeants en France.

A la rencontre de centaines de dirigeants de toute sorte d’industries et tailles, j’ai clairement ressenti qu’ils sont impatients de regarder vers l’avenir, de reconstruire leur entreprise, de changer le nécessaire. Ils veulent faire preuve d’optimisme. Mais au-delà de l’optimisme, beaucoup parmi eux souhaitent déjà partager leur optimisme à travers la communication de leurs visions. Est-ce déjà le bon moment ?

Tous les grands dirigeants ont des visions. Cela fait partie de leur succès. Mais je crois qu’il est important de réfléchir soigneusement au moment opportun pour partager sa vision avec ses équipes, ses employés ou ses partenaires commerciaux.
N’est-il pas trop tôt pour parler de vision alors que tant d’incertitudes nous entourent encore, alors que nous sommes encore en pleine pandémie ?
Si la vision est encore très loin de la réalité et que trop de facteurs peuvent interférer, la vision est plutôt un souhait mais pas une stratégie solide.
Si elle est communiquée à un stade précoce afin de calmer l’esprit des collaborateurs, la vision peut facilement se transformer en tromperie. L’impatience des dirigeants peut même les entraîner dans un énorme piège. C’est alors que la déception se transforme en manque de crédibilité. Lorsque celle-ci est perdue, il est très difficile de rebondir.

Alors que faire dans la situation actuelle ?

Voici trois recommandations fondées sur mes observations, expériences en leadership et mes recherches dans la matière depuis une dizaine d’années.

1. Étape prioritaire : Reconstruire des relations
La plupart des équipes ne se sont pas vues depuis de nombreux mois, pour certaines depuis près d’un an. Même si les entreprises ont facilité le télétravail en mettant en place des réunions de zoom régulières, des groupes WhatsApp, des applications mobiles pour discuter avec les collègues ou bien des pauses café virtuelles… tout cela ne remplace pas le contact humain. Il est important de travailler côte à côte, de se réunir en physique, de ressentir des émotions à travers nos expressions non verbales, qui constituent 93% de notre communication. Beaucoup de collaborateurs se sont isolés, certains sans se rendre compte à quel point ils s’éloignaient mentalement de leur bureau. C’est pourquoi il devient prioritaire, maintenant et post-covid, de reconstituer les équipes.
C’est pourquoi le sujet que je partage le plus avec les dirigeants en ce moment est l’intelligence relationnelle, l’art de rassembler les collaborateurs et partenaires. Cela implique la nécessité de détecter et d’analyser l’état d’esprit des individus avant de les relier à nouveau.

La société Merk Vision a mené des recherches sur l’intelligence relationnelle en entreprise en interrogeant des centaines de dirigeants de plus de 50 sociétés internationales dans divers secteurs d’activité. Cette recherche a permis d’identifier 5 qualités clés que chaque dirigeant doit maîtriser et mettre en œuvre en période de transformation. Ces qualités exigent avant tout d’excellentes capacités de communication à multiples facettes, comme suit :
a) Faire preuve d’empathie par la communication de la compassion
b) Créer de la confiance par une communication rassurante
c) Partager sa passion et l’énergie grâce à une communication captivante
d) Construire une fierté authentique par une communication motivante
e) Susciter la gratitude grâce à la communication valorisante
Pour en savoir plus sur l’intelligence relationnelle, je vous invite également à consulter mon précédent article publié dans Forbes sur Le leadership post-Covid – moins de vision, plus de relation.

2. Étape suivante : Transformer pour performer
Comme disait Benjamin Franklin, un des fondateurs des états unis, déjà il y a 3 siècles, 
« Le changement est la seule constante dans la vie. La capacité d’adaptation à ces changements déterminera votre réussite dans la vie”.

La transformation devient critique lorsque les paramètres externes ont changé. Cela se produit en temps de crise et est encore plus pertinent lorsqu’une crise comme la pandémie actuelle frappe le monde entier. Dans le même temps, chaque crise offre des opportunités et les entreprises qui les identifient et les saisissent seront les grandes gagnantes. 57 % des 500 entreprises les plus fortunés sont apparues en temps de crise, comme Apple, Microsoft, IBM, McDonalds ou bien Disney. Les futurs géants économiques se construisent actuellement.
Mais pour faire partie des gagnants et non des perdants, vous devez engager un processus de transformation important. Cependant, j’observe fréquemment dans mes projets de conseil, lors d’une formation ou un coaching que les dirigeants sont impatients et veulent agir le plus rapidement possible. Ils omettent parfois une phase importante, qui est essentielle pour aller dans la bonne direction : L’analyse. Vous devez prendre le temps pour observer votre entreprise et son environnement à distance. Vous devez engager des discussions, impliquer vos équipes et vos partenaires commerciaux afin de vous assurer que tout le monde suivra. Car la transformation est irritante et peut apporter encore plus d’incertitude à une époque déjà incertaine.

3. Étape de patience : Cacher sa vision
Je sais qu’il peut être tentant de partager sa vision dès qu’elle apparait. Pourtant, la patience à cet égard est inestimable. Puisque la vision est le plus grand joker du dirigeant. La vision apporte l’espoir. La vision est liée à l’avenir. Il faut rester prudent en communiquant sa vision trop tôt. Trop vite on peut tomber dans le piège à cause de son impatience de partager enfin des idées positives. Vouloir faire un lavage de cerveau des employés du passé et leur faire oublier ce qui s’est passé peut fonctionner pendant quelques semaines. Mais si la vision ne se transforme pas assez tôt en réalité concrète, la frustration s’installe, la déception et la incrédibilité en sont la conséquence.
Il faut garder à l’esprit que la majorité des employés ne sont pas des stratèges, mais des opérationnels. Ne mettez pas trop à contribution leurs capacités visionnaires.

Mais le temps viendra où vos équipes, votre entreprise et vous-même serez prêts pour les grandes perspectives. Les grands dirigeants sentent souvent quand le moment opportun est venu.

Après une crise massive comme celle du Covid 19, il faut soigner le patient étape par étape. Vous ne pouvez pas guérir d’une maladie grave si vous n’avez pas pris le bon médicament et suivi la notice de l’ordonnance. Si vous stabilisez votre entreprise en mettant l’accent sur les relations, si vous transformez votre entreprise après une analyse minutieuse, vous serez un héros le jour où vos équipes seront prêtes à entendre votre vision. C’est là ou vous pouvez passer enfin à l’étape 4 : L’annonce de votre vision !

 

<<< À lire également : Éric Salobir : « Un dirigeant doit créer du collectif » >>>