RH | Avec la crise sanitaire, les exigences des recruteurs ont-elles changé ? Il semblerait qu’au-delà des compétences techniques, les qualités comportementales du candidat, les fameuses « soft skills », déjà très importantes aux yeux des recruteurs avant la crise, deviennent un enjeu capital dans une candidature.  Mode d’emploi pour les mettre en avant sur son CV et lors de l’entretien.

 

Dans un environnement professionnel bouleversé, les soft skills, ou compétences « douces », reviennent en force aux yeux des recruteurs. Ces compétences qui relèvent plutôt du « savoir être » (capacité à travailler en équipe, gérer son temps, résoudre des problèmes, affronter les conflits, s’adapter à de nouveaux projets…) sont au cœur des préoccupations des managers.
La vie de bureau étant plus qu’ébranlée, le contact humain est réduit à des visioconférences et le port du masque fait disparaître les sourires. Il est donc essentiel de s’adapter et de démontrer au recruteur que l’on est aligné sur ces nouveaux modes de travail !
Pour Pauline Lahary, fondatrice de myCVfactory, « alors qu’avant, il pouvait être mal vu d’aimer travailler seul, on craignait des personnalités trop introverties. Aujourd’hui, cela devient un atout pour le candidat, il doit valoriser cette capacité à travailler seul à la maison, il doit insister sur le fait que cela ne lui fait pas peur ».

Et la fondatrice de MyCV factory, la nouvelle boîte à outils digitale du candidat, de citer un autre exemple : « Avant la crise sanitaire, il pouvait être mal interprété de valoriser l’hyper-discipline et la rigueur, au risque de passer pour une personne trop rigide. Aujourd’hui, valoriser sa faculté à s’autodiscipliner en télétravail, sans se laisser distraire par les éléments du quotidien est un atout ! »
« De même, la mise en avant d’une pratique sportive devient un réel avantage. Elle montre que le candidat prend soin de sa santé et qu’il ne se laisse pas abattre par le manque de lien social et culturel. »
Il est très difficile de mentir sur ses soft skills, ces compétences font partie intégrante de notre personnalité. Il est également important de verbaliser ses soft skills et de les contextualiser : le recruteur pourra ainsi mieux les évaluer et juger la compatibilité entre le profil du candidat et le type de poste à pourvoir. « En amont de l’entretien, je recommande d’identifier 3 ou 4 soft skills en les rattachant à une ou plusieurs situations professionnelles concrètes, » conclut Pauline Lahary.

Les 10 soft skills devenus indispensables depuis la crise sanitaire :

  • Sens de l’organisation
  • Fiabilité
  • Autodiscipline
  • Rigueur
  • Esprit d’équipe « virtuel »
  • Adaptabilité
  • Gestion du stress
  • A l’aise la visioconférence
  • Prise d’initiative
  • Empathie / écoute

 

<<< À lire également : Palmarès Employeurs : Ce que les entreprises préférées des Français ont en commun >>>