Un clic sur Amazon et en vingt-quatre heures votre colis est chez vous ! Une promesse qui peut avoir un prix… Le site de commerce aux Etats-Unis est à nouveau dans l’œil du cyclone médiatique avec un nombre d’accidents du travail  en entrepôt deux fois plus élevé que la moyenne du pays.

 


Alors qu’Amazon vient d’inaugurer en France son sixième centre de distribution de 152 000 m2 à Brétigny-sur-Orge (Essonne), et que son PDG Jeff Bezos a officialisé un don de 98,5 millions de dollars pour les sans-abri (32 organisations à but non lucratif ), l’entreprise est au cœur d’une polémique aux Etats-Unis. En cause ? Le nombre anormal d’accidents de travail au sein de ses entrepôts. Intitulée « Derrière le sourire », l’enquête du site éditorial Reveal News du Center for Investigative Reporting, publiée le 25 novembre dernier, dresse un constat sans appel : 9,6 accidents sérieux pour 100 employés à plein temps ont été signalés en 2018 dans le secteur de l’entreposage chez Amazon. Un nombre largement au-dessus de la moyenne aux États-Unis qui est de 4. Amazon mauvais employeur ? Voire dangereux ? La réputation de rapidité et d’efficacité dans le traitement des commandes est mise en cause par Reveal qui pointe du doigt la politique d’un groupe qui contraint ses salariés à accélérer leur rythme de travail s’ils ne veulent pas perdre leur emploi, avec « certains anciens employés qui confient avoir dû enfreindre des règles de sécurité pour maintenir la cadence, notamment en soulevant des objets lourds sans prendre les précautions d’usage. » Avec les fêtes de Noël qui approchent, le site fait le rapprochement entre les pics d’achat qui augmentent l’activité des entrepôts et la multiplication des accidents de travail.

Sur twitter, le démocrate Bernie Sanders s’interroge sur une quête de profit absolue qui met en danger ses salariés  : «Vous vous demandez pourquoi Amazon s’en tire en blessant ses employés d’entrepôt et en payant 0 $ d’impôt fédéral ?».

Amazon bashing ?

Suite à la publication de l’article à charge, Amazon dans son communiqué ne réfute pas le nombre d’accidents, mais parle au contraire de transparence avec un chiffre résolument « agressif » qui correspondrait à la réalité qui ne serait pas celle de la moyenne générale – largement sous-évaluée –  de référence du pays. 

“La vitesse et l’innovation technologique d’Amazon ont conduit à son incroyable expansion aujourd’hui valorisée à plus de 800 milliards de dollars. Ils ont également contribué à faire d’Amazon le deuxième employeur privé du pays“, conclut l’auteur de l’enquête, Will Evans. Si l’entreprise est désormais attendue sur le terrain d’une politique plus soucieuse de ses employés, elle doit également faire face à d’autres révélations concernant des pratiques fiscales douteuses. En France, le député et ancien secrétaire d’Etat à l’économie numérique Mounir Mahjoubi vient de mettre en garde le gouvernement sur la destruction d’emplois liée à l’arrivée d’Amazon en France, où pour un emploi créé par le géant de Seattle, 2,2 seraient supprimés dans le commerce de proximité…