TRIBUNE | La crise de la Covid-19 est une épreuve sociologique, psychologique et organisationnelle qui constitue une opportunité de faire évoluer les modes de travail et les organisations. Les réflexions sur les organisations hybrides mettent en avant les notions de Build et de Run pour définir les activités à privilégier en mode distanciel et présentiel. Ce besoin du moment ne constitue-t-il pas une nouvelle manière d’organiser le travail à partir de concepts déployés depuis une quinzaine d’années en informatique avec le mode agile ? Un travail de recherche mené par la chaire ESSEC Innovation Managériale avec une quinzaine de grands groupes donne des éléments de réponse dans l’ouvrage Organisation et Travail Hybride aux éditions Eska (2021).

 

Build & Run en mode agile

Les méthodes agiles mettent en avant les notions de Build et de Run pour la production et l’exploitation des applications informatiques. Le Build définit des fonctionnements en mode projet (Essai/erreur, intelligence collective, prototypage) pour proposer de nouvelles solutions. Le Run décrit des pratiques de productions récurrentes pour délivrer un bien ou un service avec un objectif de qualité et d’amélioration continue.

 

Organiser le travail dans le duo Build et Run

Une premiere action consiste à s’interroger sur les activités en Build et en Run dans une organisation afin d’identifier dans un service et pour les collaborateurs leur temps en Build et Run. Ensuite il convient de s’interroger sur les modalités de travail à envisager en termes de présentiel et de distanciel.

 

Les activités en Build

La création définit des temps d’innovation et de créativité collective pour créer ce qui n’existe pas et/ou améliorer de manière significative ce qui se fait. L’intelligence collective joue un rôle clé dans la créativité et nécessite une émulation en présentielle.
Le suivi d’activité permet de s’assurer du bon déroulement de la production et des projets selon les modes opératoires et les objectifs. Le suivi a une dimension de contrôle mais surtout de coordination et d’échanges rn présentiel pour s’assurer du bon fonctionnement et des actions de correction à mener. Le distanciel peut être mobilisé quand les personnes se connaissent déjà au préalable.

 

Les activités en Run

La production est un temps au cours duquel des ressources sont consommées selon une organisation pour produire des biens et des services. En fonction de l’éligibilité des activités, la production peut s’envisager en distanciel en mettant en place des dispositifs de contrôle mais aussi d’animation des personnes qui se retrouvent isolées. L’organisation vise à définir le comment, les ressources et les conditions de travail. S’interroger sur l’organisation du travail en termes de qui fait quoi quand est une forme de socialisation qui nécessite des échanges en présentiel pour une bonne compréhension et traiter des irritants potentiels.

 

Vers une matrice Build & Run

La décision est un élément clé du processus organisationnel en définissant qui doit prendre les décisions dans un schéma de gouvernance et de responsabilités. Le processus décisionnel a une fonction d’efficacité et de performance mais aussi d’équité pour les parties prenantes. La décision se manifeste dans toutes les tâches avec une importance du présentiel pour l’annonce de décisions très structurantes et nécessitant des explications.

Ces 5 macro-activités organisationnelles que l’on pourrait d’ailleurs rapprocher des 5 principes de Fayol : Prévoir (Création), Organiser (Organisation), Commander (Décision), Coordonner (Production), Contrôler (Suivi) peuvent s’envisager en mode présentiel ou distanciel tout en séparant ce qui est de l’ordre du Build et du Run comme le montre la matrice. C’est une nouvelle manière de penser les activités pour une meilleure performance tout en tenant compte de l’émergence du mode hybride.

<<< À lire également : Le SIRH une nouvelle digital workplace ? >>>