Des recherches de l’Université de Stanford ont exploré l’impact des dirigeants narcissiques dans le milieu professionnel pendant la crise de la Covid-19. En analysant plus de 150 études antérieures sur le sujet,  les chercheurs constatent que les dirigeants narcissiques peuvent représenter un risque colossal pour toute organisation.

« Il y a des dirigeants qui peuvent être des imbéciles abusifs mais qui ne sont pas vraiment narcissiques », expliquent-ils. « La distinction est ce qui les motive. Sont-ils poussés à atteindre un objectif plus ambitieux ? Veulent-ils vraiment améliorer l’entreprise ou le pays, ou atteindre un objectif fou comme rendre les voitures électriques courantes et peut-être coloniser Mars en cours de route ? Ou s’agit-il vraiment de leur propre développement ?

Des recherches de l’Université d’État de l’Oregon suggèrent qu’une grande partie du problème réside dans le fait que les narcissiques apprennent rarement de leurs erreurs, en grande partie parce qu’ils croient qu’ils n’en font pas.


Le processus d’analyse de nos actions passées est connu sous le nom de « pensée contrefactuelle », et implique que nous imaginions des résultats différents de ceux qui se sont réellement produits. Les chercheurs suggèrent que si nous nous engageons tous dans un certain niveau de réflexion auto-protectrice, comme l’attribution de nos succès à nos propres efforts et de nos échecs à des forces extérieures, les narcissiques la portent à un tout autre niveau.

« Les narcissiques agissent ainsi davantage parce qu’ils pensent qu’ils sont meilleurs que les autres », expliquent les chercheurs. « Ils n’écoutent pas les conseils des autres, ils ne se fient qu’à leur propre opinion. Vous pouvez même leur demander : « Qu’auriez-vous dû faire différemment ? » Et il se peut qu’ils vous répondent : « Rien, tout a parfaitement fonctionné. »

 

Impact à long terme

Malheureusement, les recherches de Berkeley Haas suggèrent que l’impact d’un leader narcissique peut être durable. L’étude montre que les leaders narcissiques « corrompent » la culture de leur entreprise, ce qui entraîne une diminution de l’intégrité et de la collaboration, même après le départ de celui-ci.

Les chercheurs ont mené cinq expériences et une étude sur le terrain impliquant des PDG de grandes entreprises pour essayer de comprendre l’impact du mauvais comportement des narcissiques sur leurs entreprises. Les résultats suggèrent une série d’impacts négatifs, notamment une diminution de la collaboration et du comportement éthique, ces caractéristiques faisant partie de la culture organisationnelle au sens large.

« Les leaders narcissiques affectent les éléments fondamentaux des organisations et leur impact sur la société », expliquent les chercheurs. « Les entreprises s’organisent parce qu’elles peuvent faire ensemble quelque chose qu’aucun individu ne pourrait accomplir seul. Lorsque les leaders narcissiques détruisent la collaboration, ils réduisent par définition l’efficacité d’une organisation. Sans intégrité, une organisation risque sa survie même. »

Le comportement du dirigeant se répand alors dans toute l’organisation, car il donne un exemple clair du genre de choses qui sont non seulement attendues mais désirables de la part de l’ensemble du personnel. Cela crée une culture qui peut devenir très difficile à modifier une fois qu’elle est ancrée, même après le départ du leader narcissique.

 

Une non-intervention préjudiciable 

Les leaders narcissiques sont également très influents en raison de ce qu’ils ne font pas. Par exemple, ils peuvent choisir de ne pas mettre en place des politiques distinctes pour soutenir et régir un comportement éthique ou l’égalité des salaires, et de ne pas promouvoir la collaboration, le travail d’équipe et le respect. De ce fait, les employés qui ne respectent pas ces normes communes ne sont donc généralement pas pénalisés.

C’est une conclusion qui a été partagée par les recherches menées en début d’année par la Stanford Graduate School of Business. Les organisations dirigées par des narcissiques ont tendance à être plus compétitives, avec des niveaux d’intégrité et de collaboration plus faibles.

« Si vous avez affaire à un narcissique, cela peut être désagréable. Si vous êtes marié à un narcissique, cela peut être préjudiciable. Mais fondamentalement, les individus peuvent choisir de s’en aller », affirment les chercheurs. « Lorsque les narcissiques prennent des positions de pouvoir, leurs effets sont amplifiés. »

L’analyse a révélé que les dirigeants narcissiques étaient beaucoup moins enclins à valoriser l’intégrité dans leurs équipes et dans l’organisation au sens large. De plus, ils étaient également susceptibles de soutenir des politiques qui réduisent la probabilité de collaboration. Ces tendances se sont ensuite reflétées dans le type de personnes recrutées et promues dans l’organisation, de sorte que la culture finisse par incarner leurs valeurs déformées.

 

Le succès leur monte à la tête

Malheureusement, les recherches de l’Université de Melbourne suggèrent que le simple fait d’assumer des positions de pouvoir peut faire ressortir le narcissisme qui est en nous tous. L’opinion traditionnelle était que les narcissiques ont tendance à s’emparer du pouvoir pour eux-mêmes, mais la nouvelle étude met en doute cette opinion, suggérant plutôt que c’est le pouvoir qui crée le narcissique.

« Les narcissiques peuvent ressentir un sentiment de droit. Ils attendent et exigent le respect des autres ainsi que des privilèges particuliers », affirment les chercheurs. « Ils sont prêts à exploiter les autres pour obtenir ce qu’ils veulent. »

Cependant, lorsqu’on donne aux narcissiques un certain degré de pouvoir, les choses peuvent tourner assez mal, très rapidement, précisément parce que leur désir est profond.

« Bien que le pouvoir ne transforme pas tout le monde en tyran destructeur, il a des effets pernicieux lorsqu’il se retrouve entre les mains de ceux qui le désirent le plus », affirment les auteurs. « Le pouvoir n’augmente le narcissisme que chez ceux qui ont un taux de testostérone élevé : les personnes qui veulent atteindre et conserver des positions de pouvoir coûte que coûte. »

Cela suggère que le simple fait de ne pas engager de narcissiques au départ pourrait ne pas être une protection suffisante. Il faut également que les conseils d’administration montrent une plus grande résistance face à ces comportements perturbateurs.

En outre, comme le rappellent les recherches de Berkeley Haas, réparer les dommages que le narcissique a causés à la culture de l’entreprise peut prendre un certain temps, et donc s’opposer à de telles gestions n’est que la première étape d’un cheminement très long.

« Les conseils d’administration ne peuvent pas supposer que la simple révocation d’un dirigeant leur permettra de modifier le comportement des membres de l’organisation », concluent-ils. « La culture que les dirigeants ont contribué à créer restera ancrée dans les politiques et les pratiques qui récompensent les personnes qui donnent la priorité aux comportements non coopératifs et non éthiques. Le retournement de ce type de culture demandera un effort explicite et probablement beaucoup de temps. »

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Adi Gaskell

<<< À lire également : Le Talent Management Au Cœur Des Enjeux Business De L’entreprise >>>