Les Directions des Ressources Humaines sont en première ligne pour faciliter la mise en place de l’IA en anticipant ses impacts humains.

Il n’est pas forcément naturel pour un professionnel de travailler avec un système cognitif (…). Compte tenu de l’importance de cet impact, il est indispensable d’accompagner les collaborateurs et de leur apprendre à utiliser ce type de système’[1]

 Les RH sont confrontées à 5 défis majeurs :

  1. Comprendre les spécificités des transformations dues à l’IA pour chaque entreprise, en fonction de leur taille et de leur maturité sur le digital et la data, et prendre en compte l’ampleur des ruptures envisagées. Il est primordial d’en faire un objet de discussion au sein des équipes de direction, mais aussi de débat collectif et de dialogue social dans l’entreprise.
  2. Anticiper, car la multiplicité des impacts va poser une question de cohérence d’ensemble au niveau des sites, des entreprises, des branches, des territoires comme au niveau national : ampleur des mouvements en moyenne, guerre des talents qui se prépare sur certains profils, désertification de certaines compétences en région, ampleur des restructurations sur des profils peu ou moyennement qualifiés, requalification à grande échelle des salariés… Les entreprises qui auront anticipé seront celles qui profiteront de la transformation IA.
  3. Créer une culture de confiance avec les salariés, en mettant en place les conditions d’une éthique de l’IA. Renforcer la fonction éthique au sein des entreprises, qui devra aller bien au-delà des sujets de règlementation mais porter sur les valeurs que nos entreprises veulent promouvoir.
  4. Plus fondamentalement encore, il s’agira de donner du sens au déploiement de l’IA : adapter la culture de l’entreprise, accompagner les évolutions des identités professionnelles, mais aussi réinventer l’expression des salariés, notamment, mais pas uniquement, par le dialogue social, pour accompagner des formes d’organisation plus plates, plus transparentes, moins hiérarchiques et plus coopératives.
  5. Enfin, la fonction RH sera elle-même profondément disruptée par les opportunités offertes par l’IA. Le « DRH augmenté » devra prendre en compte la généralisation du binôme homme-machine, et devra intégrer l’apport des machines pour remplir efficacement son nouveau rôle[2].

Ce niveau d’enjeu fait de l’IA un sujet de Direction Générale, dont les DRH seront le bras armé. Ces derniers prennent conscience du vaste chantier qui s’ouvre pour leurs équipes : éclairer les domaines respectifs des tâches humaines et des tâches de l’IA, mettre en place les garde-fous pour encadrer la collaboration homme-machine, renforcer les aspects relationnels des emplois impactés, mettre en place les indicateurs qui permettront de comprendre finement les impacts de la généralisation de l’IA dans le travail… Répondre à ces enjeux suppose de lancer très vite un nombre important d’actions, dans des domaines variés.

 

[1] Jean-Philippe Desbioles, Vice-Président Cognitives Solutions, IBM Watson, Conférence EBG Mars 2018

[2] BCG Intelligence Artificielle et Capital Humain – Mars 2018

 

https://www.dunod.com/entreprise-economie/entreprise-disruptee-defis-ia-pour-ressources-humaines

 

.. Ces informations sont le fruit de mon expérience, mes lectures et ma réflexion, elles ne reflètent que mes opinions.