C’est un tableau peu réjouissant que dressait il y a quelques mois le deuxième baromètre IFOP sur l’inclusion des personnes LGBT en entreprise pour l’association L’Autre Cercle. Si la prise de conscience et la normalisation s’acquièrent de jour en jour, le chemin est encore long pour l’inclusion en entreprise.

Un salarié interrogé sur dix confie avoir déjà été victime d’actes de violence physique ou sexuelle au travail. Ils sont un quart au total à affirmer avoir été victimes d’au moins une agression dans leur organisation, en lien avec leur identité sexuelle ou de genre. Mais ce sont aussi les ambiances de travail qui sont dénoncées : 22% disent avoir été témoins ou victimes de moqueries désobligeantes ou de propos vexants. Dans la France de 2020, une moitié des personnes LGBT sondées seulement affirme être “visible” au travail, c’est-à-dire ne pas cacher son identité sexuelle ou de genre. L’autre moitié vit donc dans l’évitement, parfois même le camouflage. L’Autre Cercle, acteur de référence français qui œuvre pour l’inclusion des personnes LGBT+ dans le monde professionnel, estime ainsi que ces manquements sont de véritables « poisons qui affaiblissent la performance, la richesse et l’innovation des établissements publics ou privés. » Sans surprise, les attentes des personnes LGBT demeurent une meilleure sensibilisation de l’encadrement (64 %). Parmi les autres actions espérées, la sensibilisation de l’ensemble du personnel (62 %) ou encore des prises de parole régulières des directions générales (50 %).


Le 1er dispositif de sensibilisation pour une meilleure inclusion des personnes LGBT+ au travail

En 2020, encore 32 % des personnes LGBT entendent des propos vexants ou désobligeants sur leur lieu de travail. La marge de progression reste donc assez importante pour améliorer durablement la situation. Avec l’initiative SOYONS SÉRIEUX !, l’agence Tell me the Truffe invite chacun à agir pour mieux inclure les personnes LGBT dans l’univers professionnel. « Si les entreprises communiquent assez facilement sur l’intégration professionnelle des personnes handicapées ou l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, nous constatons qu’elles ont davantage de difficulté à aborder la question de l’inclusion des personnes LGBT. Elles nous demandent souvent si le sujet ne relève pas uniquement de la sphère privée et pensent qu’il ne concerne qu’une très faible minorité de personnes », déclare David Herz, cofondateur de l’agence Tell me the Truffe.

Un enjeu de bien-être au travail et de performance économique          

SOYONS SERIEUX ! invite chacun, dans l’entreprise, à balayer ses idées reçues sur le sujet, de manière simple. Les personnes LGBT composent 5 à 10% de la population française. Elles sont nos collègues, nos managers, nos amis, des membres de notre famille… et 32% ont déjà entendu sur leurs lieux de travail des moqueries ou des propos désobligeants à l’égard des personnes LGBT, selon une étude menée par l’IFOP pour Tell me the Truffe. « De très nombreuses études le montrent : en étant elle-même au travail, un salarié se sent mieux dans son poste, est plus efficace et plus fidèle à son employeur. L’inclusion des personnes LGBT dépasse les enjeux de responsabilité sociale, c’est aussi un enjeu de performance économique », poursuit David HERZ.          

Avec une exposition, des cartes postales et une série d’emailings, SOYONS SERIEUX ! se décline simplement, dans tous types d’entreprises. « Il n’était pas question pour nous d’être “militant”, au sens où l’on entend en général, mais de montrer que les personnes LGBT sont aussi diverses que la population française et d’inviter chacun à agir, par exemple en faisant attention à ses propos. En 2020, encore 32% d’entre elles déclarent avoir entendu des propos vexants ou discriminants sur leur lieu de travail. C’est bien souvent involontaire, mais néanmoins blessant. Nous ne voulons pas culpabiliser ou faire la morale, mais inviter chacun à agir, au quotidien. C’est pour cela que la tonalité de SOYONS SERIEUX ! est en même temps joyeuse et sérieuse. Les couleurs vives et le ton positif s’inscrivent en parfaite résonnance du mot d’ordre de la Journée Mondiale de Lutte contre l’Homophobie : Break the silence ! », ajoute Elie Sic-Sic, président de Tell me the Truffe.

Ne pas faire de l’inclusion un mea culpa pour l’entreprise

Les nouvelles générations refusent de se cacher et affirment ouvertement leur orientation sexuelle. En parallèle, la société se montre plus ouverte aux revendications et à la visibilité de la communauté LGBT, mais si les entreprises s’adaptent conséquemment, le chemin est encore long. Il y a une réelle volonté de créer un environnement de travail inclusif, notamment depuis le durcissement de la loi avec la directive européenne anti-discriminations de 2000, qui a incité les grands groupes à se responsabiliser. Au-delà des motifs éthiques, cette prise de responsabilité ne peut aujourd’hui être que bénéfique en termes de marques employeur pour les petites comme les grandes entreprises, en prônant des valeurs de tolérance et de diversité.

 

<<< À lire également : La Start-Up Française Qui Révolutionne Le Marché Du Voyage Pour La Communauté LGBTQ >>>