Les experts-comptables souffrent d’une image de désuétude, d’une faible présence dans les médias et d’un désintérêt du grand public qui ne la comprend pas. Pourtant, les experts-comptables ont toujours joué un rôle important dans l’économie. Pour conserver ce rôle et le renforcer, la profession doit évoluer à plusieurs titres : l’indépendance numérique, la formation et l’attractivité.

Avec son positionnement central entre législateurs et entrepreneurs, l’expert comptable a un rôle pivot. “C’est une évidence qu’il convient de rappeler.  Nous connaissons l’entreprise dans ses moindres détails. Connaître l’entreprise c’est connaître l’économie et donc connaître un pan entier de notre société. C’est pourquoi notre rôle doit être valorisé. Pas seulement en faire le vœu mais être reconnu par les faits”, affirme Aymane Krhili, Expert-comptable associé au cabinet C2MB.


Pour transformer ce vœu en réalité, l’expertise-comptable doit se réinventer et innover à bien des égards.

Aymane Krhili, expert-comptable associé au cabinet C2MB.

Digitalisation et indépendance numérique

Aujourd’hui l’innovation est laissée entre les mains des profils technologiques, scientifiques et aux entrepreneurs innovateurs de profession. Mais selon Lionel Canesi, Président Conseil Régional de l’Ordre des Experts Comptables Provence Alpes Côte d’Azur (CROEC PACA), “les innovations doivent être co-créées avec les experts-comptables afin que les solutions innovantes correspondent aux besoins réels du marché.” C’est dans ce sens qu’il a créé Inko, un incubateur-accélérateur spécialisé dans l’AccounTech, qui a pour vocation de repérer et d’accompagner les startups orientées intelligence artificielle, blockchain ou deep learning. “Prenons le sujet des datas, notre profession est productrice d’une quantité énorme de données au sujet des petites et moyennes entreprises, nous devons pouvoir les analyser et les convertir en informations fiables et prédictives”, nous dit-il.

Pour A.Krhili, “L’expert-comptable produit des données, les traite, les analyse et les exploite. Mais c’est dans cette dernière phase qu’il crée de la valeur pour le client”. Selon lui, “Connaître l’histoire c’est améliorer l’avenir. L’exploitation des données comptables permet donc d’établir des stratégies qu’elles soient économiques, financières, sociales ou fiscales“. La digitalisation du traitement des données permettrait donc de renforcer les experts-comptables dans leur rôle de conseillers stratégiques, tâche à très haute valeur ajoutée.

Lionel Canesi, Président du Conseil Régional de l’Ordre des Experts-Comptables, Provence-Alpes-Côte d’Azur

Formation dans l’ère du temps

Pour devenir expert-comptable, il faut obtenir trois diplômes successifs : le DCG (diplôme de comptabilité et de gestion) de niveau licence, le DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et gestion) de niveau master et le DEC (diplôme d’expertise-comptable) à bac + 8. Chaque niveau de diplôme donne accès à des métiers différents dans la comptabilité, la finance et la gestion. Ce cursus d’élite est hautement sélectif. Problème, il n’a que “peu évolué au cours des dernières décennies et se trouve aujourd’hui en décalage avec certains nouveaux besoin de la profession” témoigne A.Krhili.  “Il faut définir les nouveaux profils pour dix ans et créer une école de la profession en conséquence”, poursuit L. Canesi. Ce dernier entend de cette formation “qu’elle inclue des cours de marketing, de management, de business et de communication numérique”, compétences de plus en plus essentielles à tout entrepreneur, experts-comptables inclus.

Communication axée sur la valeur ajoutée

La première étape d’une bonne communication est la prise de parole. “Il faut arrêter de se cacher” affirme L. Canesi. Ce dernier souhaite que les experts-comptables “inondent les médias pour s’exprimer lorsqu’une nouvelle loi touche l’entreprise afin d’en faire la critique et d’apporter des propositions”. Pour le Président du CROEC PACA “les journalistes sont demandeurs de notre expertise. Dès lors que l’on apporte de la valeur concrète, l’envie suffit pour les intéresser”.

A l’ère de la communication, certains experts-comptables l’ont bien compris, “grâce aux réseaux sociaux, notamment Linkedin, tout expert-comptable peut s’exprimer directement à une audience et ainsi répondre au besoin de pédagogie des clients et plus largement du grand public.” affirme Aymane Krhili.

L’indépendance numérique, la formation et l’attractivité sont donc les éléments clés pour que la profession d’experts-comptables retrouve son prestige et se positionne en acteur incontournable pour accompagner les entreprises vers l’innovation et développement économique.