Dans mes discours et séminaires sur la présence des dirigeants, je parle beaucoup du langage corporel : comment l’utiliser pour créer une impression positive et comment devenir plus conscient des messages non verbaux que les autres envoient. Après cette dernière section, on me pose souvent cette question : « Si je peux uniquement voir la tête de quelqu’un, comment puis-je lire le langage corporel sur Zoom ? »

 

S’il est vrai que nous perdons de nombreux indices non verbaux lorsque nous passons des interactions en personne aux interactions virtuelles, nous ne perdons pas tout. Voici quinze signaux de langage corporel qui révèlent les émotions et les intérêts des gens – et ils peuvent tous être remarqués sur Zoom :

  1. L’inclinaison de la tête est un signe d’engagement – tandis qu’un retrait lent et délibéré de la tête est un signe de désengagement.

Dans les tribus primitives, incliner la tête était un moyen d’entendre plus clairement afin d’être alerté en cas de danger. Aujourd’hui, l’inclinaison de la tête est le signe que quelqu’un est intéressé et impliqué. Mais lorsque les gens écoutent un message qui les met mal à l’aise, leur tête peut s’écarter ou s’éloigner de leur interlocuteur dans le but de créer une distance.

  1. Les baisses de tête expriment un malaise.

Si vous entendez quelqu’un vous crier « Attention ! », la posture que vous adopteriez instinctivement en réaction serait de relever les épaules et de baisser la tête entre elles. Dans un contexte professionnel, la tête baissée est un signal qui révèle souvent un malaise extrême ou une différence extrême dans le statut et la relation entre les individus. C’est une posture que j’ai vu des employés afficher lorsqu’ils interagissent avec leur patron.

  1. La tête haute indique une forme de confiance.

Il y a plusieurs années, une expérience a été menée avec un groupe d’étudiants qui fumaient des cigarettes. Après la remise des résultats d’un examen, on a observé les étudiants pour voir s’ils avaient réussi ou échoué. Les étudiants qui avaient bien réussi ont expiré leur fumée de cigarette vers le haut, tandis que ceux qui avaient mal réussi ont expiré vers le bas. Tout est une question de position de la tête. Les sentiments de grande confiance tirent inconsciemment la tête vers le haut. Les sentiments de manque de confiance l’abaissent.

  1. Les hochements de tête envoient des messages différents selon leur vitesse.

Tout comme secouer la tête d’un côté à l’autre est un geste presque universel signifiant « non » ou « je ne suis pas d’accord », les hochements de tête – le mouvement de haut en bas – sont reconnus dans la plupart des cultures comme des indicateurs d’approbation, de compréhension ou d’accord. Le hochement de tête est extrêmement important dans la communication. Lorsque quelqu’un hoche lentement la tête, cela indique généralement un intérêt constant pour la personne qui parle. Un hochement de tête rapide signale l’impatience de l’orateur ou le désir de l’auditeur d’avoir son tour de parole.

  1. Le toucher du visage est un moyen de pacification primaire.

En cas de stress, les gens s’apaisent de diverses manières. Les femmes font tourner leurs cheveux et les hommes caressent leur barbe pour se réconforter psychologiquement. Pour obtenir le soulagement le plus rapide, même dans des situations légèrement stressantes, nous touchons notre visage (menton, lèvres, joues, nez, front), là où l’effet calmant est le plus facilement accessible.

  1. Les yeux écarquillés signalent l’approbation et la surprise agréable.

Lorsque quelqu’un ouvre de grands yeux de plaisir, ses sourcils se relèvent et sa bouche s’ouvre légèrement. Vous verrez une version miniature de cette expression se produire lorsque quelqu’un discute de quelque chose ou de quelqu’un qu’il aime beaucoup.

  1. Si les gens sont émotionnellement excités par ce qu’ils voient, leurs pupilles se dilatent.

De nombreux stimuli physiques peuvent provoquer la dilatation des pupilles humaines, mais la raison la plus fascinante de cette dilatation n’est pas physique, mais émotionnelle. Des études cliniques menées par Eckhard Hess, ancien directeur du département de psychologie de l’université de Chicago, ont montré que la pupille s’élargit inconsciemment lorsque l’œil voit quelque chose d’agréable ou d’excitant. Les vendeurs performants surveillent inconsciemment la dilatation de la pupille (indiquant que le client est intéressé et prêt à acheter) et la contraction de la pupille (signalant la résistance, la colère ou la négativité). Étant donné que les changements de pupille ne sont pas contrôlés par une personne, ils fournissent une indication très fiable de l’intérêt, de l’attraction et de l’attitude émotionnelle.

  1. Le taux de clignement augmente sous la pression.

Au cours d’une conversation, le rythme normal de clignement des yeux est de six à huit par minute, et les paupières sont fermées pendant environ un dixième de seconde. Ce rythme s’accélère quand une personne est stressée. Lorsque j’étais thérapeute en cabinet privé, j’ai pris conscience de la signification d’un clignement rapide des yeux lorsqu’un patient tente de dissimuler quelque chose. (Bien sûr, je savais aussi qu’un clignement rapide pouvait être un indicateur d’un éclairage gênant dans la pièce ou d’un niveau d’anxiété élevé pour diverses raisons).

  1. Les yeux fermés sont une forme de protection.

Nos yeux ont évolué pour devenir le principal moyen d’obtenir des informations sur le monde qui nous entoure. Mais les yeux qui laissent entrer les informations peuvent aussi les bloquer. En fait, le blocage des yeux est un mécanisme de survie qui a évolué pour protéger le cerveau de la vision d’images indésirables ou menaçantes. Le blocage des yeux consiste à fermer les yeux, à les frotter et à les couvrir avec les mains ou des objets. Fermer les yeux est un geste inconscient que les gens utilisent pour vous exclure pendant une conversation en vous empêchant de voir.  

  1. Les yeux larmoyants signalent une forte émotion.

Au niveau le plus élémentaire, le larmoiement est une réponse physique aux allergies, aux particules étrangères dans l’œil, aux fumées, aux blessures ou à la douleur. Mais les larmes sont bien plus que cela. Elles disent souvent ce qui ne peut être exprimé de manière adéquate par des mots. Les larmes sont une déclaration éloquente que quelque chose d’intensément émotionnel est en train de se produire.

  1. Lever les sourcils peut être un signe de soumission ou une demande d’approbation.

Lorsque quelqu’un n’est pas sûr d’être cru ou qu’une action est sur le point d’être acceptée, vous verrez souvent les sourcils se lever et s’arrêter – même si ce n’est que momentanément. Il s’agit d’une demande non exprimée : « Ai-je bien fait les choses ? » « Que pensez-vous de ce que je viens de dire ? » Le geste de hausser les sourcils lentement, pendant quelques secondes, accompagné d’une inclinaison de la tête, intervient généralement à la fin d’une phrase, comme une demande non verbale pour savoir si l’auditeur a compris.

  1. Les sourires peuvent être faux.

Un faux sourire est l’expression faciale la plus courante utilisée pour masquer d’autres émotions. Une personne qui ne veut pas que ses véritables sentiments soient révélés (en particulier si elle veut dissimuler son mécontentement ou sa colère) peut « afficher un visage heureux ».

Un faux sourire est facile à produire. Il suffit d’une seule série de muscles pour créer un sourire. Mais un faux sourire est également facile à détecter. Un véritable sourire de joie n’affecte pas seulement les coins de la bouche ; il modifie l’ensemble du visage. Les yeux s’illuminent, le front se plisse, les muscles des joues se relèvent, la peau autour des yeux et de la bouche se plisse, et enfin la bouche se redresse. Les gens utilisent le faux sourire dans les milieux d’affaires lorsqu’ils ne ressentent pas de proximité émotionnelle avec ceux qui les entourent ; le vrai sourire est réservé à ceux qu’ils aiment vraiment.

  1. Les lèvres serrées sont presque toujours associées à des émotions négatives.

Une personne serre les lèvres l’une contre l’autre lorsqu’elle est en colère, frustrée, consternée ou qu’elle essaie de retenir des informations. C’est l’une des raisons pour lesquelles les lèvres pleines sont bon signe – elles sont inconsciemment interprétées comme un signal indiquant que les gens nous répondent de manière positive.

  1. L’inclinaison du menton est un signe de colère.

Une personne qui est en colère ou sur la défensive a tendance à pencher le menton vers l’avant. Vous pouvez observer cette inclinaison du menton chez les petits enfants qui ne veulent pas faire quelque chose. Juste avant de crier « Non ! », ils tendent le menton vers l’avant. Vos collègues de travail peuvent adopter un comportement similaire lorsqu’ils sont en colère, qu’ils ont l’impression d’avoir été lésés ou qu’ils sont sur le point de réprimander quelqu’un.

  1. La déglutition montre l’anxiété ou le stress.

La déglutition est particulièrement visible chez les hommes, avec le mouvement de haut en bas de la pomme d’Adam. Ce mouvement est un signe d’anxiété émotionnelle, de gêne ou de stress. Par exemple, j’ai remarqué lors de réunions d’affaires que la pomme d’Adam d’un auditeur peut bouger par inadvertance s’il n’aime pas ou n’est pas du tout d’accord avec la suggestion, la perspective ou le point de vue d’un orateur.

Comme ces signaux non verbaux donnent un aperçu précieux de notre état émotionnel, la communication en souffre. Si vous n’utilisez pas les mouvements de la tête et les expressions faciales, les gens risquent de ne pas vouloir vous parler. Un de mes clients se demandait pourquoi ses conversations d’affaires donnaient si rarement les résultats qu’il recherchait. Mais après l’avoir observé pendant quelques minutes, c’était évident. Il parlait et écoutait avec très peu d’animation physique. Cela dérangeait tellement ses collègues qu’ils évitaient les conversations avec lui – et raccourcissaient celles qu’ils étaient obligés d’avoir !

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Carol Kinsey Goman

<<< À lire également : Zoom sur Mister Menuiserie, une success-story à la française >>>