Au cours de l’année passée, certains mots ont connu un énorme regain de popularité : « coronavirus », « quarantaine » et « pandémie », pour n’en citer que quelques-uns. Pourtant, dans le domaine des affaires, le mot-clé le plus utilisé a été l’acronyme « VICA ». Ce concept a été inventé par l’U.S. Army War College et visait à décrire le monde après la guerre froide. Aujourd’hui, il semble être une excellente explication de l’environnement économique et politique et du leadership nécessaire pour y naviguer efficacement.

 

Que signifie VICA ?

Derrière la signification de VICA se cachent quatre adjectifs : volatile, incertain, complexe et ambigu. Ce terme évoque un sentiment de confusion.
La volatilité se caractérise par des changements rapides, généralement violents et incontrôlables. De plus, il est pratiquement impossible de prévoir leur durée. En termes de gestion de projets, l’imprévisibilité rend la planification à long et moyen termes délicate en raison des changements dynamiques. Il est très fréquent de mettre fin ou de réorienter des développements avant de les finaliser. Certains des spécialistes les plus acharnés affirment que plus on investit de temps dans la planification, plus il y a de chances que le plan soit dépassé au moment de sa présentation.
L’incertitude inhérente aux changements empêche les gens d’utiliser les expériences passées et les leçons apprises. Dans un tel environnement, non seulement les règles deviennent rapidement obsolètes, mais il est impossible d’agir en raison du nombre écrasant d’incertitudes. Prévoir et prédire les résultats de toute action et se préparer à l’avenir est un défi et un risque.

La complexité interrompt le cycle de base des actions et de leurs conséquences, car il est très difficile de décoder les relations de cause à effet. Elle découle du fait que nous sommes entourés de big data ingérables : une quantité énorme de connaissances, de nombreuses variables et d’éléments interconnectés. Se faire une idée avec autant d’informations est difficile à maîtriser. C’est pourquoi les gens soulignent souvent qu’avec tant d’évènements qui se passent, les choses peuvent souvent sembler chaotiques et confuses.
Concernant l’ambiguïté, notre monde actuel est rempli de variable inconnues. Il n’existe aucun précédent dans la plupart des événements. Nous manquons de clarté, et nous ne savons pas quelle est généralement la cause profonde de notre problème. Lorsque les relations et les connexions entre les éléments deviennent obscures, il est extrêmement facile de surinterpréter la signification des faits et d’arriver à une conclusion erronée.
La seule constante de la réalité VICA est le changement rapide et imprévisible. L’un de mes clients a même déclaré que dans le monde VICA, on perd tout espoir de pouvoir un jour prévoir l’avenir et qu’il faut plutôt se concentrer sur une adaptation efficace aux conditions changeantes. Heureusement, cette agilité peut être développée et entraînée. Si vous ne voulez pas réagir aux changements soudains d’action par la réaction de fuite ou de combat, essayez d’expérimenter certaines des suggestions ci-dessous. Considérez-les comme des exercices permettant à votre cerveau de s’adapter plus rapidement.

C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Comme Rome ne s’est pas construite en un jour, les nouvelles capacités ne le sont pas non plus. L’adaptation au changement est une compétence. Commencez par mettre en œuvre de petites modifications pour faciliter la gestion des problèmes VICA. Cela vous aidera à vous adapter lorsque de grands changements surviendront. Ces modifications permettront à votre cerveau de se reconnecter et de construire de nouveaux chemins neuronaux. La meilleure nouvelle est que l’expérience de la nouveauté et le fait d’être mis au défi mentalement vous rajeunissent.

Soyez fier de votre parcours. Pour être courageux face à l’inattendu, travaillez sur votre confiance en vous. Soyez honnête et notez tous les changements, prévus et inattendus, auxquels vous avez fait face. Qu’est-ce qui vous a aidé ? Il est étonnant de voir combien de personnes développent une mentalité de victime, alors que lorsqu’elles se penchent sur une histoire factuelle, elles sont vraiment de grands survivants. À partir de maintenant, reconnaissez et appréciez chaque pas dans l’inconnu.

Recadrez votre langage. Si un mot neutre comme « changement » vous fait reculer et augmente votre niveau de stress, recadrez votre langage pour modifier votre perspective. Aventure, transformation, changement, amélioration : vérifiez quels mots sont pleins de possibilités. J’aime utiliser des mots tels que « changement » ou « transformation », car je les associe à une progression. Utilisez un vocabulaire qui vous rend curieux du voyage, et réajustez votre vision des possibilités.

Informez-vous. Bien qu’il y ait une infinité de façons dont les choses peuvent évoluer, une réaction aux transitions est nécessaire. Il s’agit d’un cadre qui vous aide à naviguer en territoire inconnu. Par exemple, Elizabeth Kubler-Ross a décrit le deuil comme un chemin passant par différentes étapes : le déni, la colère, le marchandage, la dépression et, enfin, l’acceptation. William Bridges a affirmé qu’un changement externe s’accompagne d’une transition interne, qui consiste en des fins, une zone neutre et de nouveaux départs. À chaque étape du voyage, vous pouvez faire des choix.

Au lieu de :

– dramatiser, vous devez vous concentrer sur les faits et la façon dont ils affectent votre réalité actuelle.

– vous accrocher au passé, vous pouvez apprécier ce qui était bon et passer à l’aventure suivante.

– ne rien faire et vous plaindre, vous pouvez soit accepter radicalement la situation actuelle, soit vous concentrer sur des choses dans d’autres domaines de votre vie que vous pouvez contrôler.

– ruminer le passé, vous pouvez traiter vos pensées et changer votre état d’esprit en tenant un journal personnel, en faisant la méditation ou en ayant des conversations avec des personnes de confiance.

Pensez petit

Il y aura toujours des changements que vous ne pouvez ni prévoir ni planifier. Pourtant, essayez de limiter certaines transformations que vous avez planifiées aux périodes où les niveaux d’imprévisibilité sont les plus élevés. Par exemple, au début du premier confinement de 2020, beaucoup de gens ont essayé de convaincre les autres que rester à la maison était une excellente occasion d’entreprendre un projet qu’ils avaient repoussé depuis longtemps. Écrire un livre ! Commencer un nouveau régime sportif ! Développer de nouvelles habitudes saines ! Pour réduire les tensions, je préfère suivre la suggestion d’Adam Grant et dresser la liste des choses que nous n’avons pas à faire à cause d’une situation stressante. Vous aurez le temps de suivre vos objectifs lorsque vous aurez retrouvé votre équilibre émotionnel. La pandémie et le confinement ont été des évènements décourageants et déstabilisants. Vous n’avez pas besoin d’en rajouter. 

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Inga Bielińska

 

<<< À lire également : Comment lire le langage corporel sur Zoom >>>