Au moment de choisir sa carrière professionnelle, les Français se résignent davantage à suivre la voix du pragmatisme que celle de leur vocation ou de leurs aspirations professionnelles.

C’était en 2018. Une publicité clamait dans les métros parisiens : “Entrez rêveur, sortez manageur.” Ce slogan, censé séduire des potentiels candidats à l’intégration de l’Inseec Business School, une grande école de commerce française, a plutôt eu l’effet inverse : faire un parallèle entre le suivi d’une carrière “sérieuse” et rémunératrice et l’abandon de ses rêves et de ses aspirations professionnelles. A l’heure où les jeunes générations sont en quête de davantage de sens et d’épanouissement personnel au travail,  qu’en est-il vraiment des employés Français ? Ont-ils sacrifié leurs aspirations en vu d’un emploi sécurisant ? Selon une récente étude Indeed intitulée “Choix de carrière : quand le pragmatisme des Français enterre leurs aspirations professionnelles”, il semblerait que oui. 


Si les Français ont de vrais aspirations et de réelles attentes vis à vis de leur vie professionnelle en théorie, les facteurs pragmatiques prennent nettement plus d’importance au moment de faire leurs choix de carrière. Indeed a analysé cette contradiction.

Epanouissement VS Nécessité alimentaire 

Les auteurs de l’étude observent un clivage net entre des attentes professionnelles propres à chacun d’une part, et des choix de carrière reposant sur des critères pratiques d’autre part.

En effet les Français désirent un emploi intéressant (88%) et adapté à leurs compétences (87%). Ils sont également 85% à vouloir exercer un emploi comptable avec leurs valeurs personnelles, et 83% veulent un travail épanouissant. Finalement, les Français assurent opter plutôt pour un emploi permettant de répondre à une nécessité alimentaire (84%) et proche géographiquement de leur logement (79%). 

Ce paradoxe se retrouve dans la reconversion professionnelle. De nombreux Français refusent de sauter le pas pour des raisons pratiques et matérielles, alors que leurs motivations initiales sont souvent inhérentes à leur bien-être professionnel. 

Les Français envisagent une reconversion professionnelle car ils recherchent davantage d’épanouissement dans leur emploi (70%) et sont en quête d’un travail plus intéressant (68%) que leur précédente expérience. Mais hélas, ce n’est pas si facile : 90% des Français sont freinés par la réalité du marché de l’emploi français – la certitude de trouver du travail après reconversion est une condition indispensable -, ainsi que par la peur de manquer de revenus (87%). L’épanouissement au travail, c’est pas si facile. 

 

Méthodologie

Menée entre le 7 et le 9 mai 2019, cette enquête a été réalisée auprès de 3281 personnes représentatives de la population française et âgées d’au moins 18 ans. La méthode des quotas et redressement ont été appliqués à plusieurs critères tels que le sexe, l’âge, la catégorie socioprofessionnelle et la région.