Pour la première fois, le nouveau PDG du grand réseau mondial de jeunes dirigeants, Young Presidents Organization, est un Français. Et il compte bien développer le network dans son pays natal où YPO reste méconnu. Rencontre.

Qui connait YPO en France ? Pas grand monde, assurément, alors qu’il s’agit de l’un des réseaux de dirigeants le plus important au monde. À quoi sert YPO ? Question encore plus difficile. Car ce network qui compte quelque 28 000 membres ne pratique pas le lobbying comme on pourrait s’y attendre. Pas plus qu’il ne booste le business entre ses adhérents. Au sein de YPO, on ne sollicite pas ses pairs pour faire des affaires, c’est ordinaire et même déplacé. En revanche, on échange infos et expériences sur son métier, sur son environnement, on se coache les uns les autres avec compétence et, surtout, bienveillance. Car les membres de l’association sont tous bienveillants, selon son nouveau PDG, Xavier Mufraggi. « On s’en assure lors des entretiens avec les candidats », dit-il. De même qu’on les sonde sur leur aptitude à respecter une totale confidentialité. À l’intérieur des « forums » de huit personnes auxquels on s’associe par centres d’intérêt ou affinités, on doit pouvoir en effet tout dire sans risquer de voir ses problèmes étalés sur la place publique.

C’est quoi un YPO ?

Pour devenir un « gentil membre » de YPO, il faut être un dirigeant d’entreprise âgé de moins de 44 ans, et d’une entreprise qui réalise un CA conséquent. Après avoir été coopté, réussi son entretien d’admission et s’être acquitté d’une cotisation annuelle de 7 000 dollars, on rejoint un « chapitre » de 100 membres maximum, en clair, sa section locale. À Paris, par exemple, il existe un chapitre, et un second pourrait voir le jour si Xavier Mufraggi atteint ses objectifs. « Nous avons 130 membres en France, explique-t-il, ce qui est trop peu pour un pays de cette importance, membre du G8. Il en faudrait au moins 300. » YPO ne recherche cependant pas la croissance à tout prix car un mastodonte peut devenir difficile à bouger. « En revanche, nous tenons à notre diversité de secteurs et à notre ancrage géographique mondial. » Ainsi, quand un dirigeant souhaite des contacts dans n’importe quelle partie du globe, en envoyant un message aux membres de la zone concernée, il est certain d’obtenir des réponses dans les 48 heures. Deux fois par an, les membres de YPO ont l’occasion de se rencontrer physiquement lors de meetings internationaux rassemblant près de 5 000 personnes.

Une fois intégré à un chapitre et familiarisé à son forum, le « young president » participe à des ateliers thématiques, un peu comme cela se pratique dans les loges maçonniques, ou à des réunions plus informelles. « Ce qui nous différencie d’autres cénacles, confie le nouveau PDG, c’est qu’après une réunion sur tel ou tel sujet, il y a un suivi pour s’assurer que ce qu’on y a appris a bien été mis en place dans les entreprises des participants à la réunion. Quand on est à YPO, c’est que l’on veut progresser, en termes de management ou de ressources humaines par exemple. » Autres thématiques mises à l’ordre du jour par l’association, la mixité dans l’entreprise, la diversité, l’écologie, le développement durable et la paix. « Il y a un intérêt particulier pour le conflit moyen-oriental, remarque le “dirigeant des dirigeants”. Il y a quelques années, avait d’ailleurs été organisée une sorte de voyage d’étude en Israël et dans les territoires palestiniens, à l’initiative de notre chapitre israélien. »

« Ce qui m’intéresse, assure-t-il, c’est de peser à mon niveau sur le destin d’un maximum de personnes. Dans mes nouvelles fonctions, mon action concernera plus de 10 millions de gens !

Xavier Mufraggi a obtenu le poste de PDG de YPO après avoir été un membre actif pendant plus d’une décennie. « Je me souviens qu’à mon arrivée, j’ai tout de suite été épaté par l’accueil. À peine admis, j’ai reçu un coup de fil d’un membre s’occupant des nouveaux entrants qui s’est inquiété de savoir si j’avais besoin de quelque chose et qui m’a proposé un rendez-vous dans les 15 jours. J’ai regardé qui était cette personne aussi chaleureuse et disponible : il s’agissait d’un patron à la tête d’une entreprise de 7 000 salariés qui ne devait pas avoir une minute pour respirer dans ses journées ! » À l’époque, le sémillant quadra dirige le département Amérique au Club Med dont il deviendra, quelques années plus tard, l’influent PDG Europe, Afrique et Moyen-Orient (EMEA), département qui réalise un CA colossal. C’est ce poste qu’il a quitté pour rejoindre YPO avec enthousiasme et détermination. Pourquoi un tel choix ? « Ce qui m’intéresse, assure-t-il, c’est de peser à mon niveau sur le destin d’un maximum de personnes. Dans mes nouvelles fonctions, mon action concernera plus de 10 millions de gens ! Par ailleurs, je me sens très à l’aise dans une structure comme YPO car je suis un citoyen du monde. Enfant, j’ai suivi mon père qui a occupé de nombreux postes à l’étranger. Moi-même, j’ai les nationalités française et américaine et mon épouse est britannique. Mes filles ont trois passeports ! » Xavier et sa famille s’installeront en janvier 2021 à Dallas, siège de l’association, d’où il pilotera les opérations avec ses équipes de près de 500 collaborateurs et un budget de 210 millions de dollars. 

De YPO, ce sportif accompli (il pratique le triathlon) pourrait parler des heures durant tant il semble passionné. Mais un atout maître accordé aux membres lui allume littéralement le regard, l’« emergency meeting ». Quand on se trouve face à une difficulté à résoudre de toute urgence, on peut appeler ses partenaires de forum qui se doivent de répondre en moins d’une heure. « Je m’en suis moi-même servi assez récemment, lorsque j’ai participé à un show de télé-réalité sur les entreprises, explique-t-il. J’avais besoin d’entrer en contact avec quelqu’un qui avait participé à cette émission, pendant la même saison que moi, ce qui était compliqué à dénicher avant le tournage prévu le lendemain. En moins de deux heures de temps, l’un des membres de mon forum m’a mis en contact avec le coach d’un candidat ! J’ai pu préparer mon intervention avec toutes les cartes en main. Exceptionnel. »

<<< A lire également : Quels Genres De Dirigeants Sont Les Plus Populaires ? >>>