Personio, une start-up allemande qui aide une armée de petites entreprises à travers l’Europe à gérer les tâches RH courantes telles que l’intégration et la paie, a levé 270 millions de dollars lors d’un tour de table à une valorisation de 6,3 milliards de dollars. La valeur de la start-up munichoise a explosé depuis janvier, date à laquelle elle a levé 125 millions de dollars pour une valorisation de 1,7 milliard de dollars, et intervient dans un contexte de boom des investissements dans les start-ups européennes.


 

La start-up aide actuellement les départements des ressources humaines d’environ 5 000 entreprises européennes qui seraient trop petites pour travailler avec des géants américains des logiciels RH comme Workday, ServiceNow ou ADP, à rester au top du recrutement et des effectifs. Hanno Renner, cofondateur et PDG de Personio, affirme que le nouveau financement alimentera une poussée vers l’automatisation d’autres tâches RH de routine comme l’ouverture et la fermeture de l’accès à des plateformes comme Slack ou Salesforce pour les nouvelles recrues ou lorsque le personnel change d’équipe.

« Nous numérisons essentiellement l’ensemble du cycle de vie des employés, du recrutement à l’intégration, au développement des employés, à la paie… et au moment où les différentes personnes d’une entreprise interagissent avec les RH pour leur demander un congé ou une fiche de paie », explique M. Renner. « Ce que nous faisons avec l’automatisation du workflow des personnes, c’est surcharger cette plateforme en ajoutant un paramètre qui connecte d’autres outils et automatise ces processus à travers ces différents outils. »

La croissance de la start-up, qui comptait 3 000 petites et moyennes entreprises en janvier et qui génère désormais des revenus récurrents annuels « à deux chiffres de millions », selon Renner, pourrait expliquer le bond de la valorisation de la start-up.

La poussée de Personio dans l’automatisation du lieu de travail, qui pourrait tisser ensemble et rationaliser les douzaines d’applications comme Slack, Salesforce et Microsoft Teams que les petites entreprises ont adoptées pendant la pandémie, était également susceptible d’attirer les investisseurs. L’un des leaders dans ce domaine de l’automatisation du lieu de travail, la société roumaine UiPath, qui utilise des bots pour automatiser les tâches de comptabilité et de tenue de livres, est entrée au New York Stock Exchange en avril dans l’une des plus grandes introductions en bourse de l’histoire des technologies, avec une valeur boursière de 28 milliards de dollars.

Le dernier tour de table de Personio a été mené par Greenoaks, Altimeter Capital et le fonds spéculatif new-yorkais Alkeon. La start-up basée à Munich avait déjà levé environ 230 millions de dollars auprès d’un groupe de bailleurs de fonds de renom, dont Accel, Lightspeed Venture Partners, Index Ventures et Northzone.

« Alors que les petites entreprises constituent l’épine dorsale de l’économie européenne, elles ont été mal desservies et négligées par les acteurs traditionnels pendant trop longtemps. Personio démocratise les capacités des entreprises et apporte un changement radical dans la productivité », a déclaré Neil Mehta, fondateur et associé directeur de Greenoaks.

Les investisseurs en capital-risque ont injecté 54,4 milliards de dollars dans les start-ups européennes au cours du premier semestre 2021, dans un contexte de boom des start-ups dans des centres tels que Londres, Berlin et Paris, éclipsant les 52,1 milliards de dollars investis en 2020, selon les données de Pitchbook. Ce boom des investissements a contribué à combler l’écart de valorisation entre les start-ups européennes et leurs rivales américaines et asiatiques, mais il a également permis de quadrupler la valeur des favoris du capital-risque, comme la start-up suédoise Klarna, qui achète et paie plus tard, et la fintech londonienne Revolut, qui a été multipliée par six en moins d’un an. 

Renner a déclaré qu’une introduction en bourse, ou une cotation directe, était à l’horizon mais qu’il faudrait probablement attendre deux à trois ans. « J’ai l’intention de me concentrer sur le développement de Personio pour de nombreuses années à venir, et cela viendra bien sûr avec une introduction en bourse, mais pas encore l’année prochaine, car nous sommes maintenant bien capitalisés », a déclaré Renner.

Renner, un ancien de Forbes 30 Under 30, a fondé l’entreprise avec trois partenaires en 2014 après qu’un ami, qui travaillait comme directeur technique dans une petite entreprise, a demandé de l’aide pour gérer les systèmes de paie et de recrutement qui fonctionnaient à partir de feuilles de calcul Microsoft Excel. « Vous m’avez demandé quel était notre principal concurrent et c’est vraiment encore Microsoft Excel, qui est l’endroit où la plupart des entreprises collectent la plupart de leurs données sur les personnes et essaient de les gérer », dit-il.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Iain Martin

 

<<< À lire également : Avenue des investisseurs explique l’investissement en bourse >>>