Hublot a dévoilé la Classic Fusion Takashi Murakami All Black, marquant sa première collaboration avec le célèbre artiste contemporain japonais. Pour ce lancement en édition limitée (seulement 200 pièces ont été produites), Takashi Murakami prête sa vision – et son symbole emblématique de la fleur souriante – à la signature de Hublot, Classic Fusion.

 

De la conception de bouteilles d’eau en édition spéciale pour Perrier aux collaborations colorées avec Louis Vuitton et des marques de streetwear comme Supreme, Takashi Murakami est surtout connu pour ses peintures et sculptures aux animations vibrantes. L’artiste renommé fusionne les techniques traditionnelles japonaises avec le pop art japonais moderne, ce qui donne des éclats de couleurs psychédéliques qui donnent vie à ses fleurs souriantes mondialement connues, ainsi qu’à d’autres personnages comme les champignons, les crânes et les méduses.

Mais pour le partenariat avec Hublot, l’artiste originaire de Tokyo a choisi le noir absolu. « Les gens pensent à la fleur souriante quand ils pensent à Takashi Murakami, c’était donc un choix évident », explique l’artiste de 58 ans.

« La seule chose que j’ai demandée, c’est que notre première collaboration soit tout en noir », poursuit-il. « C’est parce que la toute première impression que j’ai eue lorsque j’ai découvert Hublot a été sa ceinture en caoutchouc noir, qui est sa signature. Et ils ont réalisé mon souhait ».

La Takashi Murakami All Black (27 300 dollars) a un boîtier en céramique noire polie de 45 mm avec des courroies en caoutchouc et une réserve de marche de 72 heures.

La fleur caractéristique de Takashi Murakami, souriante, orne le cadran de la montre qui a une épaisseur de 13,45 mm. Mais au lieu de la palette arc-en-ciel ou de l’or habituels, la fleur à 12 pétales sera mise en valeur sur une esthétique de céramique entièrement noire, sertie de 456 diamants noirs. La montre a un niveau d’étanchéité de 50 mètres.

Les pétales se balancent et bougent, interagissant avec chacun des mouvements du porteur de la Hublot.

La collaboration avec Takashi Murakami est la dernière itération de la devise de longue date de Hublot, « l’art de la fusion », un terme inventé par l’ancien PDG Jean-Claude Biver en 2004.

Son successeur et l’actuel PDG de Hublot, Ricardo Guadalupe, a repris le principe de la fusion, qui célèbre les procédés de fabrication traditionnels, modernisés par des matériaux innovants comme le « Magic Gold » de Hublot (un mélange d’or et de céramique).

Pour rester dans la modernité, la marque de LVMH s’appuie également sur des créateurs d’autres disciplines pour apporter une touche particulière à chaque montre. En tant que collaborateur en série avec des artistes, les récents ambassadeurs de Hublot incluent Richard Orlinski (sculpteur Pop Art surtout connu pour sa série de gorilles « Wild Kong ») et Shepard Fairey (fondateur de la campagne artistique OBEY Giant et créateur du portrait iconique « Hope » du président Barack Obama).

Miwa Sakai, directrice régionale de Hublot pour la région Asie-Pacifique, explique que si le processus de conception de la montre Classic Fusion de Takashi Murakami a officiellement démarré en 2018, il a fallu des années pour que le partenariat se consolide. « Il a refusé tant de fois, il a refusé trois à cinq fois auparavant, mais je n’ai jamais abandonné parce que c’était mon rêve de travailler avec lui depuis 2004 », dit-elle, en référence à la première fois qu’elle a rencontré Takashi Murakami à Baselworld. « Finalement, il a dit : « Pouvons-nous faire quelque chose de spécial et de très original ? » J’ai répondu : « Pourquoi pas ? » ».

« Mon souhait était de m’impliquer dans l’horlogerie à un niveau où je pourrais concevoir une pièce complètement originale, et ma décision dépendait de la possibilité de le faire », dit Takashi Murakami. Il a enfin pu visiter le siège social de Hublot en Suisse en 2020.

« J’ai été absolument époustouflé de voir à quel point il englobe à la fois la très haute technologie et les techniques et valeurs artisanales », dit-il. « J’étais convaincu qu’il serait possible pour eux de réaliser le type de montre que j’avais imaginé, et j’ai donc humblement décidé d’aller de l’avant avec la collaboration ».

En accordant à Takashi Murakami une totale liberté artistique, on a obtenu une montre entièrement noire et cloutée, à la fois animée et élégante. Et bien que Takashi Murakami se plonge souvent dans l’art commercial, qu’il soit de haut ou de bas niveau, il espère que chacune de ses créations colorées sera intemporelle. « Je pense que notre travail en tant qu’artistes est de toujours s’efforcer d’être comme un signe de ponctuation dans l’histoire », dit-il. « Je vise à ce que chacune des idées et des techniques que je crée devienne un jalon historique, en me concentrant sur la façon dont elles seraient perçues après ma mort. Je pense aux dates d’expiration de mes œuvres d’art dans l’espace de 100 ou 200 ans ». Ou, dans ce cas, dans les heures, minutes et secondes d’une journée donnée.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Tanya Klich

 

<<< À lire également : Hublot : Une Nouvelle Big Bang Où Se Camoufle Yohji Yamamoto >>>