Le mois dernier, Louis Vuitton a dévoilé en avant-première ses dernières créations en matière de haute horlogerie dans les salons de la marque Place Vendôme, à l’abri de la pandémie et avant le salon du luxe Watches & Watches qui se déroule en direct de Genève du 7 au 13 avril.

 

Les diamants pavé d’une reproduction de la mascotte Vivienne ont scintillé sous le soleil printanier, avant de s’écarter pour dévoiler le cadran en nacre de la montre Bijoux Secret Vivienne, une représentation moderne de la tradition des « montres à secret » en haute joaillerie. Puis vient le tour de la ligne Tambour, épine dorsale de l’offre horlogère de Louis Vuitton. La Tambour Street Diver affiche un style plus urbain, tandis que la Tambour Moon PDG Sapphire comprend un boîtier en verre saphir, une première pour l’horlogerie Louis Vuitton.

Toutefois, le fleuron de cette présentation était la Tambour Carpe Diem. Cette montre est le fruit de deux ans de développement et de 320 heures d’un travail minutieux de construction, de gravure, d’émaillage et de sertissage. Louis Vuitton a déjà créé des montres à jacquemarts (des montres à automates, NDLR.) sur mesure pour des clients privés, mais la Tambour Carpe Diem est la première de ce type à sortir des ateliers de La Fabrique du Temps Louis Vuitton pour être proposée au public. Par ailleurs, c’est un chef-d’œuvre d’ingénierie dont le thème principal est l’art des Vanités.

Historiquement, les jacquemarts (ou jacquemard) sont des automates d’art représentant un personnage sculpté en bois ou en métal, qui indique les heures en frappant une cloche avec un marteau. En horlogerie, ils revêtent généralement un intérêt décoratif plutôt que fonctionnel. Ils figurent à côté des aiguilles pour donner l’heure. Les automates de la Tambour Carpe Diem sont toutefois différents, car ils donnent l’heure à la demande dans un style spectaculaire : « Nous désirions apporter au jacquemart notre vision du XXIe siècle avec toute la fougue et la créativité qui caractérisent notre Maison depuis qu’elle a investi l’horlogerie en 2002 », déclare Michel Navas, Maître Horloger à La Fabrique du Temps Louis Vuitton.

Une pression sur le poussoir en forme de reptile, à droite du boîtier, déclenche un tableau de 16 secondes qui donne vie au serpent sur le cadran. La tête du serpent se lève pour dévoiler le guichet des heures placé sur le front du crâne, tandis que la queue du crotale, enroulée autour d’un diamant taille brillant, oscille en direction des minutes. Parallèlement, l’un des yeux du crâne s’ouvre pour révéler une Fleur de Monogramme, signature de la Maison, et sa mâchoire, dotée d’une dent en or, s’abaisse pour révéler le clou du spectacle : les mots « Carpe Diem » qui, selon les vers du poète Horace, invitent l’homme à profiter de chaque jour qui passe.

L’esthétique reprend le thème des Vanités, l’art symbolique représentant le caractère éphémère de la vie, notamment le crâne comme symbole de la certitude de la mort et le sablier pour dénoter la brièveté de la vie. Pourtant, visuellement cette esthétique est tout sauf macabre grâce aux 50 heures de travail d’émaillage méticuleux, réalisé par l’artiste suisse Anita Porchet, qui a su insuffler au serpent et au crâne un réel mouvement et une note d’humour. Le graveur Dick Steenman est à l’origine du poussoir en forme de crotale minutieusement détaillé et des fleurs du Monogramme Louis Vuitton tatouées sur le crâne.

Le boîtier en or rose de 14 mm d’épaisseur repose élégamment sur son bracelet en alligator noir, une touche gothique contemporaine. Au dos du boîtier, le calibre LV 525, une prouesse de haute horlogerie, a été monté en forme de crâne, en écho à la Vanité du cadran. En outre, la Tambour Carpe Diem combine quatre complications : une heure sautante, une minute rétrograde, un affichage de la réserve de marche et le mécanisme des animations de l’automate. Selon Michel Navas, cela n’a jamais été fait auparavant : une nouvelle preuve de l’extraordinaire savoir-faire de la section haute horlogerie de la première maison de luxe mondiale.

L’ensemble est d’une extrême sophistication, de l’élégant indicateur de réserve de marche en forme de sablier au serpent Monogramme miniature, avec un soupçon de subversion grâce au crâne souriant aux dents minutieusement émaillées. La Tambour Carpe Diem est une création exceptionnelle de Louis Vuitton, qui allie l’art historique de l’automate aux prouesses du design du XXIe siècle et qui nous rappelle opportunément de saisir l’instant présent.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Kate Matthams

<<< À lire également : Quatre montres exceptionnelles que vous allez aimer ! >>>