OPINION // Sans tomber dans le greenwashing, très à la mode et pointé du doigt par ses détracteurs, la filière du luxe va au-delà de la simple communication et fait indéniablement des efforts en matière de développement durable. En témoigne par exemple le partenariat de LVMH avec l’Unesco.

 

« Les millenials souhaitent profiter pleinement de l’Eros du luxe »

Sollicitée par ses clients, l’industrie du luxe entend jouer un rôle majeur dans le grand défi de la transition écologique. La crise sanitaire et la question du « monde d’après » ne font qu’accélérer un mouvement désormais inéluctable, qui touche tous les secteurs d’activités, de la mode/maroquinerie, aux vins et spiritueux, en passant par les parfums ou les cosmétiques. Ce changement de paradigme se fait principalement sous l’impulsion des « millenials », ces nouveaux et futurs consommateurs très attentifs aux valeurs du développement durable. Ils souhaitent profiter pleinement de l’Eros du luxe, tout en supprimant les impacts négatifs qui en découlent. Et c’est tant mieux. Face aux attentes environnementales, le luxe, à juste titre considéré comme d’autres secteurs comme un gros émetteur d’émissions de CO2, se réinvente et adopte des gestes éco-responsables. 


LVMH et son plan Life 360

A commencer par LVMH qui, à travers son plan Life 360, vient d’annoncer, qu’à l’horizon 2026, ses « Maisons » n’utiliseraient plus de plastique vierge dans leurs emballages. Exit donc le plastique recyclé ou biosourcé. Cela passe par la case innovation pour le leader mondial aux 75 marques. Autre annonce qui va dans le sens de la réduction de l’empreinte carbone, à savoir dans le secteur des vêtements : LVMH souhaite à terme utiliser de la laine précieuse recyclée car « c’est 455% de carbone réduit par rapport à la laine vierge », affirme Hélène Valade, directrice Développement Environnement. Une bonne nouvelle quand on sait que ce secteur, selon WWF, est responsable de la production de 1,7 milliard de tonnes de CO2 par an. 

Concernant la biodiversité, le groupe de Bernard Arnault s’engage à ce que dans 5 ans 100% des matières premières stratégiques soient certifiées par des moyens préservant les écosystèmes et les ressources en eau (rappel, il faut entre 10 000 et 20 000 litres d’eau pour produire 1 kilo de coton). LVMH lance également des programmes d’agriculture régénératrice, tels que la reforestation des vignobles via le champagne Ruinart. Sur le climat, le groupe aux 75 marques s’engage à réduire de 50% d’ici 2026 ses émissions de carbone liées aux consommations énergétiques, par rapport à 2019, et à fournir ses boutiques et sites à 100% en énergie renouvelable. 

 

Un engagement environnemental constant

Son grand rival Kering (Gucci, Yves Saint Laurent, Boucheron…) n’est pas en reste : le Français s’est engagé à compenser intégralement les émissions de gaz à effet de serre générées par l’ensemble de ses activités, y compris sa chaîne d’approvisionnement, via notamment des programmes de protection des forêts. Le groupe affirme qu’il compense désormais toutes les émissions annuelles résiduelles comptabilisées, celles liées à l’extraction de matériaux achetés par l’entreprise, ou au transport des salariés – qui constitue souvent la part la plus importante des émissions d’un groupe.

Cette mobilisation en faveur de l’environnement ne date pas d’aujourd’hui. C’est à partir de 1992, date du sommet de la Terre organisé à Rio, que les industriels du luxe ont commencé à partir en croisade. 1992 marque en effet un tournant dans la politique environnementale de LVMH qui crée une direction de l’Environnement et commence alors à innover. De là naissent les fameux parfums rechargeables de chez Dior, les cartons en matière végétale à base de peau de raisin pour Veuve Clicquot, un accord avec le Pérou pour la préservation des vigognes dont la laine sert à produire des tissus luxueux… Le groupe de Bernard Arnault a également pris le taureau par les cornes en réduisant l’utilisation de l’énergie dans ses 4000 magasins qui représentent, au passage, 80% de sa consommation. Aujourd’hui, cette politique volontariste a permis de réduire de 12% les émissions de gaz à effet de serre du groupe et d’atteindre 19% d’énergie renouvelable dans la consommation énergétique. 

 

L’accélération du mouvement avec l’Accord de Paris

Boosté par les Accords de Paris en 2015, Kering, de son côté, promet d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Et il a inventé l’EP & L : un outil qui mesure, tout au long de la chaîne d’approvisionnement, les émissions de CO2, la consommation d’eau, la pollution de l’air et de l’eau, l’utilisation des sols et la production de déchets. En 2017, Hermès promet pour sa part que 10 % de la rémunération de son dirigeant, Axel Dumas, sera soumise à des critères RSE (responsabilité sociale et environnementale). De ces mutations découlent aussi une responsabilité accrue sur la traçabilité des filières d’approvisionnement et la certification des matières. Kering applique ainsi des « standards maison » à ses fournisseurs et travaille avec éleveurs et ONG sur place. Effet de mode ou non, le bien-être animal a également amené LVMH à ériger une charte de bonne conduite concernant ses filières d’approvisionnements. Parallèlement, en 2019 le groupe fait un don de 10 millions d’euros pour lutter contre les feux qui ravagent l’Amazonie.

Si 2019 aura été l’année de l’accélération du « green » des géants du luxe, ces derniers sont aujourd’hui encore parmi les principaux pollueurs au monde. Un problème que la filière tente de prendre à bras le corps à travers le « Fashion Pact », coalition mondiale (56 entreprises et 250 marques à ce jour), créée au Sommet du G7 de Biarritz à la demande d’Emmanuel Macron et pilotée par François-Henri Pinault. Objectifs : enrayer le réchauffement climatique, restaurer la biodiversité et protéger les océans. Chanel, membre de la coalition, a par exemple renoncé à utiliser la fourrure animale et les peaux exotiques. Kering s’est engagé à atteindre un « impact net positif » sur la biodiversité à horizon 2025 en régénérant et en protégeant une superficie six fois supérieure à l’empreinte écologique totale de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement du groupe. 

 

L’Unesco se défend de faire du greenwashing

Dernier exemple en date, en mars dernier, LVMH a dévoilé ses engagements « Biodiversité » et renforcé son partenariat avec l’Unesco en voulant atteindre la «neutralité biodiversité » d’ici à 2030. « Le luxe est à l’intersection de la nature et de la créativité : nous avons besoin de la nature pour fabriquer nos produits de haute qualité, et la nature doit être restaurée et protégée. Nous avons entrepris de faire de la protection de la biodiversité une priorité absolue et d’être un acteur exemplaire, audacieux, créatif et exigeant du changement pour construire un avenir plus durable », a déclaré Antoine Arnault, Image et Environnement LVMH.

C’est la raison pour laquelle l’Amazonie, poumon vert de la planète, reste un enjeu crucial pour le groupe qui s’engage à ne pas utiliser des matières premières en provenance de zones à fort risque de déforestation ou de désertification. Mieux, l’ambition est de régénérer d’ici 10 ans l’équivalent de cinq millions d’hectares d’habitat de la faune et de la flore. Audrez Azoulay, présidente de l’Unesco, s’explique : « notre coopération n’est pas du greenwashing. L’Unesco a été pionnière sur cet enjeu – notre premier programme biodiversité remonte à 1971 – et il est crucial que des grands groupes privés s’engagent sur ce sujet, car ils ont un rôle majeur et un effet d’entraînement. Nous jouons pleinement notre rôle de passerelle entre scientifiques et décideurs, politiques comme économiques ». 

 

Tribune rédigée par Olivier Durin, Directeur de publication du Monde de l’énergie

 

<<< À lire également : Le Comité Colbert Veut Faire Entendre La Voix Du Luxe Français Dans Le Monde >>>