Le nouveau drame policier de Ridley Scott, House of Gucci, a divisé les critiques et le public depuis sa sortie aux États-Unis la semaine dernière, mais un groupe est sans équivoque quant à son aversion pour le film : la famille Gucci elle-même, qui a publié une déclaration condamnant la représentation de la famille comme une « insulte » et « loin d’être exacte ».

 

Principaux faits

  • Les descendants du patriarche Aldo Gucci, qui a été président de la maison de couture de 1953 à 1986 et qui est représenté par Al Pacino dans le film, ont déclaré à l’agence de presse italienne ANSA que le film dépeint Gucci et sa famille comme « des voyous, ignorants et insensibles au monde qui les entoure, attribuant aux protagonistes des événements un ton et une attitude qui ne leur ont jamais appartenu ».
  • Selon une traduction anglaise de la déclaration publiée par Variety, les membres de la famille ont déclaré qu’ils étaient « déconcertés » par House of Gucci, et qu’ils n’avaient pas été consultés par les réalisateurs.
  • Ils ont critiqué le « ton indulgent » utilisé pour le personnage de Lady Gaga, Patrizia Reggiani, qui a été condamnée pour le meurtre de son ex-mari Maurizio Gucci et a passé 16 ans en prison.
  • Les Gucci ont déclaré qu’il était « inadmissible » que Patrizia Reggiani soit dépeinte comme une « victime » essayant de naviguer dans « une culture d’entreprise masculine et machiste ».

 

Le contexte

House of Gucci est un récit dramatisé de la façon dont Patrizia Reggiani avait planifié le meurtre de son mari, Maurizio Gucci, le neveu d’Aldo, interprété par Adam Driver. Il s’agit d’une adaptation du livre The House of Gucci : A Sensational Story of Murder, Madness, Glamour, and Greed de Sara Gay Forden. La famille Gucci a longtemps critiqué le film, le qualifiant d’ « horrible » et de « laid » lorsqu’il était encore en phase de production. Patrizia Reggiani s’est également exprimée contre le film, déclarant à l’ANSA qu’elle était « agacée » que Lady Gaga ne l’ait pas rencontrée avant de l’incarner à l’écran. « Cela n’a rien à voir avec l’argent, car je ne prendrai pas un seul centime du film », a déclaré Patrizia Reggiani. « C’est une question de bon sens et de respect ».

Le réalisateur Ridley Scott a balayé les critiques formulées à l’encontre de House of Gucci. « Vous devez vous rappeler qu’un Gucci a été assassiné et qu’un autre est allé en prison pour fraude fiscale, alors vous ne pouvez pas me parler de faire du profit », a-t-il déclaré à la BBC.

De nombreux spectateurs ont également critiqué l’accent italien des acteurs dans le film. Lady Gaga a apparemment passé neuf mois à travailler son accent devant et hors caméra, mais un coach dialectal qui a travaillé sur le film a admis au Daily Beast « qu’il sonnait plus russe ».

 

Critique importante

Dans l’ensemble, les avis sur le film ont été résolument mitigés, les critiques le qualifiant de « babiole coûteuse et complaisante », de « gâchis glorieux et brillant » et de « feuilleton titillant, ridicule et totalement captivant”. La performance de Lady Gaga a toutefois été largement saluée et suscite un engouement pour les Oscars à l’approche de la saison des prix.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Téa Kvetenadze

 

<<< À lire également : Gucci et Dior surfent sur la vague du digital en marge de la Milan Fashion Week >>>