Bentley Motos Limited à Crewe en Angleterre annonce la construction d’une série ultra-exclusive de 12 répliques ‘Continuation’, des autos basées sur le modèle de course légendaire : la Blower Bentley 4,5L de 1929.

En 1929 Bentley a construit 4 voitures de course sur la base du modèle à moteur 4 cylindres, de 4 500 cc, à carrosserie type tourer, et surtout équipée d’une suralimentation à compresseur, ou ‘blower’ (d’ou le nom), pour représenter la marque en course internationales au nom de l’usine. Aujourd’hui les 4 autos existent encore et sont les Bentley de collection les plus chères de tous les temps. Bentley sera le premier constructeur moderne à reconstruire des répliques exactes d’un modèle historique de l’avant guerre.

Introduite en 1927, la Bentley 4,5L ‘atmosphérique’ a été construite en 665 unités, plus 55 à recevoir le ‘blower’, jusqu’en 1931. Seulement 4 des 55 ont fait parti de l’écurie de l’usine.

Mulliner, le département chez Bentley qui execute les commandes spéciales de leur clientèle la plus exigeante, prendre à sa charge ce projet de construire les 12 répliques. Le chiffre 12 a été choisi car il représente le nombre exacte des courses internationales ou les Blower Bentley ont pris le départ à l’époque. Parmi les 4 voitures originales, Bentley en est propriétaire d’une qui est connue par son numéro de châssis : HB 3403. L’équipe de Mulliner va la démonter pièce par pièce, en faire le scan en 3D de chaque morceau et, en appliquant les méthodes d’époque avec les mêmes types de moules et de gabarits qu’à l’origine, fabriquer les 12 nouvelles et puis reconstruire en la restaurant la HB 3403.

 

Les nouvelles autos vont être des copies exactes du modèle original avec seulement quelques rajouts de sécurité. Les quatre cylindres alignés du moteur à 16 soupapes, suralimentés par le même compresseur de type-Roots, vont produire 240 chevaux à 4,200 t/m et une vitesse de pointe de plus de 220 km/h, identique à l’ancêtre. Le châssis, les amortisseurs, ainsi que les freins mécaniques à tambour surdimensionnés représentent le même équipement.

La légende des Bentley est née sur les circuits. Les ‘Bentley Boys’ ont gagné leur renommé lors des quatre victoires consécutives de la marque aux 24 Heures du Mans de 1927 à 1930. Bien que la Blower Bentley n’aie jamais gagné au Mans, c’était le modèle de course le plus rapide de la marque, plus véloce que le modèle 4,5L atmosphérique qui a gagné au Mans en 1928 et même plus rapide que les deux modèles ‘Speed Six’ qui ont remporté les 24 H du Mans en 1929 et 1930.

 

 

Reconstruire Et Non Copier

Bentley, qui appartient au Groupe Volkswagen depuis 1998, répond à un marché des automobiles de collection qui a vu les prix progresser très fortement depuis plus d’une dizaine d’années. Cela se traduit par le développement et l’introduction d’une pléthore de supercars et de hypercars de la part des constructeurs haut de gamme pour satisfaire une clientèle de plus en plus exigeante et riche. Des autos neuves proposées aux prix faramineux de millions d’euros dont les carnets de commandes se remplissent des mois, voir même des années, avant que le premier modèle construit ne sorte des usines.

La hausse des valeurs des autos de collection stimule la construction des répliques, des copies et des vraies fausses de qualité comme de facture redoutable. Il est peut-être dans l’intérêt des constructeurs de marques prestigieuses telles Bentley, mais aussi Ferrari, Jaguar, Aston Martin ou Bugatti par exemple, de faire leur propres reconstructions dites ‘continuation’.

Quelques modèles des autos les plus iconiques ont attiré la passion des collectionneurs à travers les époques, ce qui a suscité l’activité des faussaires et autres copieurs. Les autos fausses, en grand nombre des marques telles Alfa Romeo, Bugatti, Cobra, Ferrari, OSCA – la liste est longue, sont les pièges dans un champ de mines pour les collectionneurs non avertis.

Il y a eu un exemple dans les années 1930 de la reproduction de la voiture de Grand Prix la plus importante des années 1920, la Delage 15 S 8. Cette auto était tellement performante qu’un petit groupe basé en Angleterre a supplié l’ingénieur responsable de sa conception, Albert Lory, de sanctionner et de permettre la construction de deux châssis de plus en 1936. Delage en a fabriqué quatre en 1927. Robert Benoit a remporté quatre des cinq Grand Prix du championnat en 1927 au volant de sa 15 S 8 et a été sacré champion du monde. Les pilotes des autres Delage 15 S 8 ont comblé les marches des podiums à coté de Benoit. Aujourd’hui les six (dans les états divers…) existent toujours pour le bonheur de leur propriétaires et du public lors des réunions et d’autres courses historiques.

Les deux autos les plus copiées, ou ‘répliquées’, de tous les temps sont la Shelby Cobra de 1962 et la Bugatti Type 35 de 1924. La Cobra est née de l’idée du pilote de course américain, Carol Shelby, vainqueur des 24 Heures du Mans en 1959, qui a eu l’idée de mettre un moteur américain (le plus puissant possible…) dans une auto légère avec un châssis très au point comme ce qu’il voyait en Europe. La Cobra 427 c.i. de 1965 est la plus puissante et la plus emblématique de toutes ses créations, avec seulement 56 voitures construites chez Shelby America à l’époque. Aujourd’hui des milliers et des milliers de Cobra habitent les garages des collectionneurs de par le monde et il y en a seulement une petite cinquantaine de vrai.

La Bugatti Type 35 est connue comme le modèle de voiture de Grand Prix qui a gagné le plus grand nombre de course de son histoire. Ettore Bugatti a présenté ce bolide pour la première fois au Grand Prix de Lyon en 1924. L’usine n’en a construit que 640 exemplaires jusqu’en 1930. Des vrais aujourd’hui, les experts postulent pour une bonne centaine, peut-être plus. Mais combien de répliques ? Inestimable. Il est temps que Bugatti Automobiles S.A.S (appartenant également au Groupe Volkswagen) fasse son modèle Type 35 ‘Continuation’ pour fêter son centenaire en 2024. Il n’est pas trop tôt pour ouvrir le carnet de commandes.