Vous êtes peut-être un sportif du dimanche, qui pratique parfois un sport le week-end sans pour autant en faire une habitude régulière. Si c’est le cas, soyez attentifs, car il s’avère que la pratique occasionnelle d’un sport pourrait en réalité être dangereuse.

Christopher C. Dodson, docteur en médecine, a prodigué récemment quelques conseils précieux sur le sujet lors du Forbes Healthcare Summit. Selon lui, être un sportif du dimanche pourrait vous exposer à un risque beaucoup plus important de blessures telles que les élongations musculaires, les déchirures des ligaments ou les tendinites.


 

sportif du dimanche

 

Christopher C. Dodson est chirurgien du sport à l’Institut orthopédique Rothman et professeur agrégé de chirurgie orthopédique à l’Université Thomas Jefferson. Il s’occupe de certains des plus grands sportifs du monde, puisqu’il est médecin-chef d’équipe pour les 76ers de Philadelphie et chirurgien orthopédiste en chef pour les Eagles de Philadelphie. Mais la plupart de ses patients ne sont pas les meilleurs sportifs du monde, bien au contraire, ce sont plutôt des sportifs occasionnels comme vous et moi. 

Le conseil principal de Christopher C. Dodson si vous êtes un sportif du dimanche ? Ne soyez pas un sportif du dimanche. L’humain n’est pas un boule de pâte à pain que l’on peut étirer dans tous les sens après une longue période de repos et en attendre qu’elle retrouve toute son élasticité immédiatement. Lorsque l’on est encore un nourrisson, le corps est certes très souple, mais par la suite tout cela tout cela se dégrade. Le médecin du sport explique qu’avec le temps et le vieillissement du corps, les tissus ont moins d’eau et certaines parties du corps sont donc moins souples.

Par conséquent, vos muscles doivent progressivement s’habituer à plusieurs types d’activité physique. C’est pour cette raison que les sportifs de haut niveau continuent à faire du sport et à pratiquer une activité physique chaque jour de la semaine et même hors-saison. Alors que faire si vous n’êtes ni Teddy Riner, ni Kevin Mayer, ni Laure Manaudou et que vous n’êtes pas payé pour faire du sport tous les jours ?

Christopher C. Dodson encourage chacun à rester actif tout au long de la semaine, par tous les moyens possible. Qu’il s’agisse de marche rapide, de course à pied ou même du bricolage, chaque détail compte. Si vous savez que votre week-end promet un match intense ou une course, essayez d’atteindre progressivement ce niveau d’activité physique le plus tôt possible dans la semaine.

 

sportif du dimanche

 

Le médecin du sport rappelle également quelques conseils de base qu’il ne faut néanmoins pas oublier :

  • S’échauffer
  • S’étirer
  • Utiliser des techniques et du matériel adéquats
  • Trouver un programme d’exercices adapté
  • Ne pas négliger la douleur.

Vous connaissez certainement la célèbre expression « No pain, no gain » (sans efforts, pas de résultat). En fait, tout cela n’est pas tout à fait exact, puisque la douleur est un message envoyé par le corps pour dire que quelque chose ne va pas. À ce sujet, Christoper C. Dodson a d’ailleurs établi une liste des signes qui peuvent indiquer une blessure grave :

  • « J’ai entendu un crac »
  • Enflement ou ecchymoses importants
  • Impossibilité de marcher ou de bouger une jambe
  • Déformation.

Pour le premier signe, le corps n’est pas un bol de Rice Krispies et n’est pas censé craquer. Pour le deuxième, toute ecchymose importante devrait vous inquiéter, surtout lorsque vous ne vous êtes pas cogné. Cela pourrait indiquer des dommages internes, comme une déchirure d’un ligament. Le troisième signe fonctionne aussi avec d’autres parties du corps, alors soyez inquiet si vous ne pouvez pas utiliser une partie de votre corps comme vous le faites d’habitude. Le dernier signe s’applique à presque tous les degrés de déformation, car même des changements apparemment mineurs dans l’angle ou le contour de vos parties du corps peuvent être inquiétants.

Pour les blessures moins graves, Christopher C. Dodson recommande d’essayer d’abord la méthode RICE, un acronyme qui signifie :

  • Rest (repos).
  • Ice (glace) avec des glaçons placés dans une serviette sur la zone blessée pendant 10 à 20 minutes, au moins 3 fois par jour.
  • Compression avec une bande élastique pour réduire l’enflement, sans trop serrer.
  • Elevation (hauteur), en plaçant la zone blessée au-dessus du cœur, afin de réduire l’enflement.

Christopher C. Dodson précise que si la blessure ne se résout pas au bout d’une semaine, il faut alors consulter un médecin. Il ajoute aussi qu’il constate une augmentation considérable du nombre de blessures sportives : « Je vois maintenant des blessures comme les déchirures du ligament croisé antérieur plusieurs fois par semaine, alors qu’elles étaient beaucoup moins fréquentes avant ».

Il souligne par ailleurs que le problème du sportif du dimanche n’a pas d’âge, ce qui signifie que même les jeunes enfants peuvent en souffrir. Il ajoute : « La spécialisation sportive a empiré les choses et pourrait être responsable de l’augmentation constatée du nombre de blessures. Quand les gens ne pratiquent qu’un seul sport, ils font un usage excessif de certaines parties de leur corps. Il vaut mieux pratiquer régulièrement différents types d’activités physiques. Quand vous ne faites qu’un seul sport, vous avez plus de chances de vous blesser ».

Certains sportifs du dimanche sont parfois motivés par les performances des sportifs de haut niveau qu’ils voient  à la TV le week-end et s’adonnent à l’activité concernée immédiatement après. Mais il suffit de regarder de plus près les athlètes professionnels pour comprendre les dangers de cette pratique occasionnelle : « Il ne faut pas oublier que les sportifs de haut niveau prennent leur retraite dès que leur corps ne peut plus pratiquer leur sport au même niveau qu’avant. Leur corps n’en peut plus. En vieillissant, il faut changer ses attentes, que l’on ait ou non fait partie de l’élite ».