Huit Français sur 10 sont adeptes des bonnes résolutions de début dannée, mais après une année marquée par la crise sanitaire et le confinement, la tradition rime légèrement avec frustration.

 

Le passage à la nouvelle année marque une rupture avec le passé. Il nous donne – paraît-il – l’occasion de renaître et de devenir de meilleures personnes… Avec la menace d’un nouveau confinement cette tradition qui date de l’antiquité (les Babyloniens avaient pris l’habitude de promettre à leurs dieux de rembourser leurs dettes et de commencer la nouvelle année sous de meilleurs auspices…), peut sembler superflue aux Français. Dans un sondage BuzzPress France* pour Gymlib, on observe que les promesses au top du classement sont directement liées aux principales frustrations qu’a engendré le confinement, comme faire plus de sport (51%), manger moins ou mieux pour maigrir (38%) et l’envie d’évasion et de voyage (29%) en troisième position. Certaines bonnes résolutions comme arrêter de boire (11%) ou devenir éco-responsable (15%) ont été reléguées au second plan.

Ce sondage a également interrogé les Français sur le taux de réussite totale des bonnes résolutions de l’année passée. Sans grande surprise, il n’a pas dépassé les 6 % en 2020. Moral en berne ? Manque de foi en l’avenir ? Selon une enquête réalisée par OpinionWay et l’institut Solidaris pour la mutuelle MGEN, le moral des Français (-53,3) est au plus bas niveau depuis 5 années. 

 

Nouvel an : pourquoi prendre des bonnes résolutions ?

Il est en effet plus difficile aux Français de se projeter lorsque leur état psychologique a été malmené par une année de privations et de peur de l’autre. Pourtant le philosophe Stéphane Floccari – invité sur RTL – considère qu’il est bon de prendre des résolutions au Nouvel An car elles sont prises « pour mettre fin à quelque chose ». Et d’ajouter « Le Nouvel An peut être l’occasion d’enlever avec une certaine douceur, un petit caillou qu’on a sous le pied et qui nous abîme la chair tout au long de l’année. Le plus important est la santé, une chose sur laquelle nous avons prise. ». Rappelons qu’au fond, ces défis ne sont lancés qu’à nous-mêmes, et que pour bon nombre de nos souhaits cela consiste un peu à croire au Père Noël : ils sont presque faits pour ne pas être tenus. Il est donc inutile d’être trop exigeant envers soi-même mais cela nous aide à poser un regard nouveau et porteur d’espoir vers l’avenir.

 

*Méthodologie : enquête réalisée entre le 4 et le 10 décembre 2020 auprès de 10 602 personnes représentatives de la population nationale française selon la méthode des quotas. Sondage effectué en ligne, sur le panel propriétaire BuzzPress France regroupant  24 789 personnes. 

 

 

<<< A lire également : Le Top 10 Des Mauvaises Résolutions de Début D’Année >>>