De nouvelles recherches suggèrent que les anglophones émettent plus de gouttelettes dans l’air lorsqu’ils parlent, ce qui pourrait les rendre plus susceptibles de propager le Covid-19. Étant donné que le nouveau coronavirus se propage par aérosol, le fait qu’une langue fasse émettre des gouttelettes peut contribuer à différents taux de la maladie. Tout se résume à ce qu’on appelle les consonnes aspirées, c’est-à-dire les sons que nous produisons et qui pulvérisent davantage de postillons dans l’air.

 


À l’université, tout le monde savait quels professeurs postillonnaient le plus lorsqu’ils donnaient des cours. Les premières rangées de leurs classes étaient toujours vides après le premier jour de cours, car les élèves qui s’y asseyaient avaient été baignés dans les gouttelettes de salive du professeur. Lorsqu’un cours était particulièrement ennuyeux, les étudiants pouvaient être fascinés par la façon dont la lumière du soleil captait les postillons, suspendus en l’air autour du professeur.

 


Le souvenir des professeurs qui parlaient fort sont une chose. Pourtant, nous savons maintenant que le simple fait de parler anglais peut signifier que nous postillonnons sur les gens qui nous entourent.

 

Le coronavirus se propage par des particules d’aérosol

Nous savons tous que la toux ou les éternuements propagent des germes, c’est ainsi que nous attrapons le rhume et la grippe chaque année. Cette propagation se produit parce que la toux et l’éternuement projettent à grande vitesse des gouttelettes pleines de virus depuis notre nez et de notre gorge dans l’air qui nous entoure. C’est pourquoi on nous dit de tousser dans nos coudes et de nous laver les mains fréquemment depuis le Covid-19.

Puis l’avènement de la pandémie de coronavirus a conduit les recherches à la conclusion que non seulement la toux et les éternuements, mais aussi le simple fait de parler produisent des virus en aérosol dans l’air. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles il est recommandé à tout le monde de porter un masque et de rester à 1,80 mètre de distance. Il semble maintenant que les discours ne produisent pas tous la même quantité de postillons dans l’air. Au contraire, cela dépend de la langue utilisée par le locuteur.

L’un des premiers indices d’une différence dans la manière dont les virus se propagent en fonction de la langue est venu d’observations faites en Chine. ON remarquera que cela ne s’est pas produit pendant la pandémie de Covid-19, mais pendant la première épidémie de SRAS avec le CoV-1 dans le sud de la Chine. Ce virus a créé plus de 8000 cas enregistrés dans 26 pays.

À l’époque, il y avait beaucoup plus de touristes japonais que de touristes américains en Chine du Sud, mais les Américains comptaient 70 cas de SRAS-CoV-1 et le Japon n’avait aucun cas. Comment était-ce possible ? À l’époque, une des explications des scientifiques concernait le langage. Comme le personnel des magasins chinois était généralement multilingue, il s’adressait généralement aux acheteurs américains en anglais, tandis qu’il s’adressait aux touristes japonais en japonais. Et c’est important car l’anglais est plein de consonnes aspirées alors que le japonais en a peu.

 

Les consonnes aspirées jettent des gouttelettes dans l’air

Alors que le japonais a peu de consonnes aspirées, ce qui amène les locuteurs à produire peu de postillons lorsqu’ils parlent, l’anglais en a trois. Plus précisément, les consonnes [p] [t] et [k] sont aspirées en anglais. La production de ces sons projette dans l’air une myriade de minuscules gouttelettes provenant des voies respiratoires du locuteur, créant ainsi un nuage de gouttelettes. Si cette personne est porteuse d’un virus, l’air est alors rempli de particules virales.

Jusqu’à présent, la perspective d’un bavard qui postillonne pouvait être dégoûtante, mais nous n’avions jamais considéré que cela pouvait nous mettre en danger de contracter une maladie mortelle. Le Covid-19 a changé tout cela, c’est pourquoi les chercheurs de l’université RUDN ont étudié si les personnes qui parlent des langues avec des consonnes aspirées ont un taux plus élevé d’infection par le nouveau coronavirus.

L’étude a examiné les données de 26 pays comptant plus de 1000 cas de Covid-19 au 23 mars 2020. C’est une période bien choisie, car elle se situe avant que le port du masque ne soit généralisé. Les pays ont été regroupés selon que les langues majoritairement parlées contenaient ou non des consonnes aspirées.

Il y avait en effet plus de cas d’infection par le coronavirus dans les pays qui parlaient des langues avec des consonnes aspirées. Ces pays présentaient 255 cas de Covid-19 pour 1 million de résidents, tandis que les pays où les langues comportaient peu de consonnes aspirées présentaient 206 cas de Covid-19 pour 1 million de résidents. Techniquement, ces chiffres ne sont pas significatifs d’un point de vue statistique, mais l’observation est néanmoins intéressante.

L’étude a cité des limites expérimentales, telles que la formulation d’hypothèses sur l’origine linguistique des locuteurs (ce qui pourrait avoir un impact sur la quantité de consonnes aspirées). La mise en place de mesures de distanciation sociale à des rythmes différents pourrait également avoir eu un impact sur ces résultats. Les auteurs se réfèrent à leur document comme à une hypothèse, mais une hypothèse forte et appellent à des études plus approfondies.

Le ramener à la maison ? Le port de masques est un moyen pratique d’atténuer ce problème. Lorsque nous parlons avec des masques, nous gardons nos postillons pour nous.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Alison Escalante

 

<<< À lire également : Coronavirus : Vers Une Politique Vaccinale Européenne ? >>>