Après 2 mois de confinement, les Français ont, en tourisme, encore plus envie de nature et de grands espaces. Avec un pic de réservation pour la haute montagne, la carte de France des vacanciers prend des nouveaux contours. Des nouvelles envies et une prise de conscience auxquelles les professionnels tentent de s’adapter au plus près. Interview de Sébastien Venturini, CEO de Weekendesk*, expert en tourisme local et séjours thématiques.

 

Ce regain de réservations de vacances pour la montagne est-il lié au covid-19 ?

Clairement, les Français ont témoigné d’un fort intérêt pour la montagne depuis la sortie du déconfinement : +288% de visites de nos séjours pour la montagne vs LY. Depuis le début du mois de juin, les réservations de séjour à la montagne sont en croissance de 7% par rapport à l’année dernière. Les Français ont besoin d’un grand bol d’air frais comme en témoignent  les massifs montagneux les plus plébiscités : les Alpes suivies des Vosges et du Jura.

L’année dernière, quelle était la tendance ?

Nous constatons quelques changements de comportement par rapport à l’année dernière. Les Alpes restent le massif privilégié des Ffrançais mais celui-ci est en baisse de 14% depuis l’année précédente avec les départements de Savoie et Haute-Savoie qui sont également en décroissance de 27%. Et à l’inverse les Hautes-Alpes sont en forte croissance avec + de 156 %. Nos clients ne partent pas au même endroit, ou plutôt ils sont à la recherche de plus grands espaces encore pour se ressourcer comme en Corrèze (+104%) , dans l’Allier (+48%), ou les Pyrénées Orientales (37%). Plus bas, le Jura est en forte baisse (-45%).

Quel est le profil du vacancier cet été à la montagne ?

91% partent en couple en montagne et 59% ont réservé pour une nuit,  26% pour deux nuits et 14% pour 3 nuits et +. Ils réservent dans des hôtels haut de gamme (51% des hôtels 3* et 36% pour des hôtels 4*) avec un panier moyen plus élevé que la moyenne : 270€ (+25%).

Observez-vous d’autres signes particuliers dans les réservations à la montagne:  plus de trek, plus de restaurant gastronomique, etc… ?

Oui, nous observons des “insights” intéressants sur les réservations à la montagne avec la progression des packs Bien-Etre et/ou spa (32%) avec des réservations d’autres activités associés à une forme d’hédonisme comme le jacuzzi, les offres avec massages et soins, et même des séjours insolites.

Qui sont vos concurrents ?

Weekendesk est basé sur le couplage d’une prestation hôtelière à des activités, afin d’offrir aux clients une sélection de packages « clés en main ». Nous répondons à la problématique de manque de temps et d’idées où il n’est pas toujours évident de programmer un séjour, et cela finit souvent par rester à la maison. Mais nos concurrents sont Wonder Weekend, Very Chic, Voyage privé, Evasions secrètes, et plus indirectement Booking.com.

Quelle expérience Weekendesk a-t-il fait du confinement ?

L’adaptabilité a été le maître mot de ce confinement. Aussi, les besoins des clients ont changé et par conséquent, nous devions leur apporter une réponse qui correspondait à ces besoins. Nous avons adapté notre communication auprès de nos clients à travers, par exemple, la multiplication de contenus inspirationnels en proposant des contenus liés à l’évasion tout en étant confinés. Nous avons également adapté notre organisation pour apporter une réponse aux interrogations des clients en ces temps difficiles et avons gardé un contact constant avec nos clients et nos partenaires pour préparer la sortie de crise. Aujourd’hui, et avec grand plaisir, nous constatons une forte envie et un soutien sans faille de nos clients et de nos partenaires pour relancer l’économie et notamment le secteur touristique.

Avez-vous dû vous adapter à la demande ?

Par notre cœur de métier, nous avons la chance d’être positionnés sur le court séjour et sur le tourisme local. Le confinement a eu un impact important sur le tourisme lointain qui, la plupart du temps, fait appel au secteur aérien. Par conséquent, notre positionnement local est réellement considéré dans ce moment de sortie de crise. Cette période de confinement a accéléré les besoins et attentes des clients : des mesures d’hygiène plus strictes, de grands espaces verts, des séjours proches de chez eux et une plus grande accessibilité.  Ces besoins ont toujours fait partie de notre ADN.

Les attentes ont changé ?

Avec cette période de confinement, on a noté également une prise de conscience sur l’environnement et l’impact carbone des voyages. En partant près de chez eux, sans avoir recours au transport aérien, l’impact sur l’environnement est grandement limité et c’est tant mieux !

Quels sont vos projets de développement ?

En cette sortie de crise, la prochaine étape sera l’accompagnement. Nous mettons tout en œuvre pour accompagner au mieux nos clients dans la préparation de leurs prochains séjours tout en répondant aux nouvelles exigences liées à la situation actuelle: des mesures d’hygiène plus importantes, suggestion de séjours en plein air avec de grands espaces près de chez eux.

Quel est le modèle économique de Weekendesk ?

Notre modèle économique repose sur une commission sur les ventes.

*Weekendesk
Expert du tourisme local et de proximité depuis plus de 15 ans, Weekendesk a bâti sa réputation depuis 2001 à travers son concept innovant de courts séjours thématiques proches de chez soi. Présent en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Espagne et en Italie.

 

<<< À lire également : Les Hébergements Les Plus Insolites En Montagne >>>