DETOX | En Allemagne, jeûner est un art depuis le ‘miracle Otto Buchinger’ il y a un siècle. Ce médecin philosophe allemand que l’on disait condamné a trouvé son salut en se soumettant à un jeûne. Quatre générations après, la méthode Buchinger Wilhelmi est devenue la référence mondiale en la matière. Chefs d’Etat, entrepreneurs et artistes y prennent leur quartier pour des retraites régénérantes. Forbes est allé à la rencontre des gardiens du temple au lac de Constance. 

 

Pourriez-vous nous présenter les principaux bienfaits du jeûne scientifiquement prouvés ?


Dr Françoise Wilhelmi de Toledo : Nous avons tous un programme de jeûne en nous, inscrit dans nos cellules. Il vient du fait que l’être humain n’a pas en permanence la même offre de nourriture disponible. Ainsi l’Homo sapiens a développé un processus complexe pour survivre à ces périodes de disette. Nous pouvons donc activer ce mode au besoin. Grâce au jeûne, l’organisme, qui n’a plus à gérer l’assimilation énergivore des aliments, peut se consacrer à l’élimination des toxines, à la régénération cellulaire. Si le jeûne est accompagné, comme dans nos cliniques où il existe une structure d’encadrement médical spécialisé, il peut être recommandé à 3 grands groupes d’indications. Citons d’abord les personnes qui ont été dans l’excès (alimentaire, surmenage, manque de sommeil ou d’activités physiques…), autant de facteurs de risque pour les pathologies cardiovasculaires (hypertension, diabète de type 2, obésité…). La pause alimentaire va opérer un reset métabolique permettant de sortir de la zone à risques des maladies cardiovasculaires. Cette diète entraîne une perte de poids significative, réduit le tour de taille et normalise le métabolisme des lipides et des glucides.

Second bienfait, la diminution de l’inflammation chronique (arthrite, colite, gastrite, hépatite… Toutes les maladies en ‘-ites’), et des allergies, pour lesquelles, le jeûne diminuera la symptomatique. Dans certains cas, il peut provoquer l’éradication de la maladie. Pourquoi ? Depuis Otto Buchinger, nous avons découvert que le jeûne activait la voierie cellulaire, en d’autres termes, vous éliminez littéralement les cellules vieilles ou endommagées (phénomène de l’autophagie). Concrètement, le corps ‘s’auto-digère’ laissant place à de nouvelles cellules jeunes (processus de juventologie).

Dernier groupe, les personnes sujettes à des pathologies neurologiques et problématiques d’épuisement. L’abstinence alimentaire leur permet d’accéder au calme intérieur, à une vitalité accrue et des prises de conscience. Plus serein, le jeûneur se sent mentalement libéré, voit son humeur améliorée. Il y a une dimension inspirationnelle qui résulte de cette détoxification alimentaire avec des bénéfices notoires pour le cerveau (plus grande créativité, inspiration, lucidité…).

Aujourd’hui, que vient-on chercher chez Buchinger Wilhelmi en priorité ?

Dr F.W.D.T : Nos hôtes viennent souvent stopper un phénomène de prise de poids, signe d’un déséquilibre de vie (surmenage notamment). Ces personnes veulent en général interrompre cette spirale. Elles se sentent sur la voie du burn-out et souffrent d’une forte charge émotionnelle. Elles viennent à Buchinger Wilhelmi pour remettre les pendules à l’heure, retrouver un nouvel élan physiologique et psychique. Le jeûne donne un véritable coup de fouet physique et mental. Il permet de mettre les choses en perspective.

Autre groupe, les personnes atteintes de maladies telles que le diabète, le cholestérol, l’hypertension, le cancer. Ainsi qu’évoqué précédemment, une recherche de pointe a pu observer que le processus d’abstinence alimentaire freine la prolifération tumorale et défavorise la survie des cellules cancéreuses par rapport aux cellules saines. Des études montrent aussi que les effets secondaires de la chimiothérapie sont diminués lorsque le malade jeûne durant le traitement selon un protocole très précis encore expérimental.

Enfin, en cette ère de pandémie mondiale, nous observons plus récemment une envie de renforcer ses défenses immunitaires. Car le jeûne thérapeutique réduit les principaux facteurs de risques favorisant le développement d’une forme sévère du coronavirus, tout en renforçant le système immunitaire au maximum. D’ailleurs, un nombre grandissant de Français s’adresse à nous pour suivre notre programme Immunity+. Au lendemain de l’annonce de reconfinement en octobre dernier, il y a eu un pic de réservations venant de France en prévision de la fermeture des frontières.

Dr Otto Buchinger, le père du jeûne thérapeutique

 

Le portrait-robot de vos partisans, ce sont donc souvent des personnes très impliquées professionnellement ?

Leonard Wilhelmi : En effet, nous accueillons un grand nombre d’entrepreneurs et de décideurs de haut niveau, autant de personnes qui aiment l’action et à qui incombent d’éminentes responsabilités. Ici, les entrepreneurs assistent à un remue-ménage à l’intérieur de leur corps, à une remise en phase des cycles biologiques. Ils apprécient cette idée de repousser leurs limites en mobilisant leur maîtrise de soi. Le jeûne booste leurs capacités neurologiques, un précieux stimulus qui les amène à trouver des idées créatives et des solutions à leurs problématiques professionnelles. Nous recevons, aussi, beaucoup d’artistes et c’est notre grand bonheur ! Ces dernières années, les jeunes (étudiants ou jeunes actifs) affectés par le stress se réfugient également dans nos deux centres en Allemagne et à Marbella. Ces Millennials entreprennent par la même occasion une cure de détox digitale à travers le jeûne. Le cadre de nos cliniques est propice à la sérénité et à la déconnexion. En quête d’expériences initiatiques, cette génération s’essaie au jeûne en vue d’entrer dans la vie professionnelle.

Depuis plusieurs années, les retraites détox prônant le jeûne essaiment de partout. De quel œil regardez-vous ces nouveaux gourous ?

Dr F.W.D.T : (Rires). Beaucoup de ces personnes qui se lancent dans ce concept sont passées par chez nous en repérage… Elles basent souvent leur philosophie sur ce que nous prônons depuis 100 ans : le jeûne, la marche, le yoga, la nature. Les gens ont compris l’impérieuse nécessité de rééquilibrer leur vie, d’entretenir leur capital santé. Certains centres vont jusqu’à faire usage du label « Buchinger Wilhelmi », alors bien sûr, nous nous sommes posé la question d’éventuelles actions juridiques. Cependant, notre méthode pionnière de jeûne thérapeutique et de médecine intégrative, éprouvée depuis des décennies, demeure incomparable. Il n’est pas utile de se perdre dans des querelles stériles. Nous nous concentrons davantage sur la publication d’études médicales dans de grandes revues scientifiques. Encore récemment, nous avons publié dans le Journal of American Heart Association les résultats d’une recherche sur l’hypertension. Nous avons documenté chez 1610 personnes le lien entre baisse de la pression artérielle et jeûne thérapeutique. Les hypertendus peuvent diminuer les médicaments sans que la pression ne remonte.

Certains de ces nouveaux centres font du bon travail, d’autres hélas ne sont pas sérieux.

L.W : La prudence doit rester de mise car l’on touche à la santé. Tous les sujets n’ont pas la même réponse métabolique au jeûne, c’est pourquoi il faut s’entourer de médecins pour le suivi. Ce n’est pas le cas de ces établissements s’appuyant le plus souvent sur un réseau de naturopathes ou de coach de vie. Après un siècle d’expertise, nous savons exactement – selon le type de personne, sa condition physique et son passif médical – ce qu’il se passe chez elle à chaque jour de jeûne. Nos cliniques sont en mesure d’apporter des solutions thérapeutiques selon les paramètres qui doivent être corrigés. Il faut toujours adopter une approche individualisée.

La saga Buchinger Wilhelmi c’est aussi une belle histoire de transmission familiale, ici le passage de relais entre la troisième et la quatrième génération : de gauche à droite : Raimund Wilhelmi, Katharina Rohrer-Zaiser, Victor Wilhelmi, Leonard Wilhelmi et Dr Françoise Wilhelmi de Toledo

 

Comment soulager les effets secondaires des premiers jours observés chez certains (maux de tête, sommeil agité, nausées…) ?

Dr F.W.D.T : Avant d’entrer dans un jeûne, il y a une préparation en amont que nous partageons avec nos patients avant de les accueillir. Dans les grandes lignes, il convient de diminuer sa consommation de sucre, de caféine et passer moins de temps devant les écrans. Plus de 60% des participants jeûnent régulièrement. Ces derniers ont souvent opéré des changements dans leur style de vie en vue de préparer leur prochain passage au jeûne. Je prends souvent l’exemple d’une voiture hybride qui switche d’un carburant à l’autre (nous possédons une mémoire musculaire capable de faciliter le passage au mode jeûne). J’insiste aussi pour dire qu’il ne faut s’obliger à rien les premiers jours de jeûne, sinon d’écouter le langage de son corps.

Comment gérez-vous les états d’addiction au sucre, à la nicotine ou à l’alcool ?

Dr F.W.D.T : Nous ne sommes pas une clinique spécialisée dans l’addiction. Le jeûne peut accélérer l’état de désintoxication, puisqu’ici vous faîtes à la fois un nettoyage métabolique tout en réalisant un rééquilibrage mental. Toutefois, le repose digestif ne va pas guérir une addiction mais il peut conduire à une accélération dans le sevrage de la substance.

Pourquoi la France est-elle moins en avance que l’Allemagne dans le développement de cette thérapie par le jeûne ?

L.W : Parmi les explications, nous pouvons citer le système de subventions du gouvernement allemand qui considérait bénéfique médicalement d’envoyer les fonctionnaires en “cures jeûne”. C’est dans notre culture. Aujourd’hui, ce sont les médecins généralistes qui le font lorsqu’un patient est sur la voie du burn-out ou souffre de douleurs articulaires chroniques. Historiquement aussi, il y a le fait que mon arrière-grand-père, Otto Buchinger, a conçu un programme de jeûne unique : une voie alternative lui ayant sauvé la vie.

Je dirai qu’en France, la thalassothérapie est la pratique qui est préférée à notre ‘jeûne thérapeutique’. Enfin, difficile d’omettre la tradition épicurienne de nos chers voisins, l’Hexagone étant la patrie de la gastronomie… mais cela n’est pas contradictoire !

D’Otto Buchinger à aujourd’hui, il y a quatre génération. Parlez-nous du défi de la transmission ?

L.W : Nous sommes résolument une institution familiale et nous aspirons à le rester. C’est pourquoi nous continuons à fonctionner de façon collégiale. Avec mon frère Victor et ma cousine Katharina Rohrer-Zaiser, la quatrième génération, nous travaillons à garder le leadership en matière de jeûne thérapeutique. Nous nous employons à ouvrir toujours plus de passerelles avec le monde de la recherche scientifique. Demain, nous pensons que le jeûne sera recommandé par la communauté médicale, comme peut l’être aujourd’hui l’activité physique. Ceci étant posé, nous resterons les garants d’une méthode axée sur l’humain et serons toujours ‘high touch’ plutôt qu’high tech. Le challenge est aussi de répondre à la forte demande mondiale (nous accueillons plus de 60 nationalités) en nous préparant à d’autres implantations.

Enfin, j’aimerais pouvoir voir dans quelques années tout à chacun partir en jeûne pendant ses vacances, et entendre les collègues, amis et familles lui dire : « Quelle chance, j’aimerais pouvoir y aller aussi ! ». C’est le legs que je voudrais faire à la prochaine génération.

© Buchinger Wilhelmi Constance

La success story Buchinger Wilhelmi, en chiffres : 

1920 : Dr. Otto Buchinger traite son premier patient avec succès à  Witzenhausen 

1953 : Création de la clinique à Überlingen face au Lac de Constance

1973 : Maria Buchinger, la fille, inaugure une seconde clinique à Marbella

2020 : Publication de la plus vaste étude sur le jeûne dans les plus prestigieuses revues scientifiques et médicales

250 000 patients traités en un siècle

60 nationalités différentes parmi les curistes

Contact & informations : 

www.buchinger-wilhelmi.com
Wilhelm-Beck-Str. 27

88662 Überlingen, Allemagne

Tél : +49 7551 807-0

• Programme Classic 21 nuitées, à partir de : 5 649 €
• Classic Light 14 nuitées, à partir de : 3 766 €
• Compact 10 nuitées, à partir de : 2 690 €
• Mi-temps 7 nuitées, à partir de : 2 463 €
• Relax 3 nuitées, à partir de : 1 044 €

<<< À lire également : Noom, L’Application De Régime Alimentaire Et De Perte De Poids Qui Cartonne >>>