Vous avez peut-être vu une publication Twitter amusante, devenue virale, du politicien de Floride KW Miller (actuellement candidat au Congrès), affirmant de façon insensée que Beyoncé n’est pas réellement afro-américaine, mais est secrètement… Italienne ?

 


Le post, rempli de hashtags de conspiration « QAnon », prétend que les chansons pop de la chanteuse sont remplies de messages cachés et de symboles insidieux ; même une déclaration anodine comme « Becky with the good hair » fait apparemment partie du code secret.

Beyoncé et son mari, Jay Z, font depuis longtemps l’objet de théories du complot et de fantasmes fous ; l’idée est que les deux sont membres des « Illuminati » et qu’ils inaugurent secrètement une révolution, un nouvel ordre mondial, en lavant le cerveau au public par le biais de clips et de chorégraphies.

Pour démêler les complexités de la conspiration des Illuminati, il faudrait un article distinct, mais en résumé, les théoriciens du complot affirment que le monde est dirigé par une ancienne cabale de sectes, qui communiquent par des signaux secrets, parfois dissimulés dans des clips. C’est un peu étrange de penser que ces personnes soi-disant toutes-puissantes ne peuvent pas simplement se parler en privé, ou s’envoyer des SMS, mais c’est l’idée.

Cette théorie détourne les adeptes de problèmes réels comme les inégalités économiques et le changement climatique, en faisant valoir l’idée que des informations précieuses peuvent être glanées dans des phrases comme « Becky with the good hair », plutôt que de s’informer par exemple sur la politique et la dynamique du pouvoir.

Depuis plusieurs années, Jay Z fait, lors de ses concerts, un signe de la main qui forme un triangle. Celui-ci est censé représenter un diamant, et est devenu synonyme de Jay Z et de sa maison de disques. À l’occasion, Beyoncé fait également ce signe de la main, probablement pour soutenir son mari.

Mais la forme triangulaire est, pour certains, associée à « l’Œil de la Providence » (généralement enfermé à l’intérieur d’un triangle, ou d’une pyramide). Cet œil est lié à un large éventail de systèmes de croyance, dont les francs-maçons et les Illuminati, ainsi qu’aux nombreuses théories du complot qui les entourent. Récemment, le terme « Pizzagate » a également été associé à la forme triangulaire.

Ainsi, les théoriciens de la conspiration pensent que le signe de la main emblématique de Jay Z est, en secret, le signe de sa dévotion aux Illuminati.

Mais le problème d’attacher une telle importance à une forme simple, c’est que des triangles peuvent être trouvés partout et que, très rapidement, les théoriciens peuvent trouver tout un récit en regardant un clip avec un « symbolisme secret ».

Le fait que Beyoncé et son équipe créative utilisent autant d’iconographie religieuse dans ses prestations et ses vidéos n’aide pas – leur représentation de Beyoncé comme une déesse musicale moderne garantit que les théoriciens du complot ne seront jamais à court de matériel. En faisant de simples associations entre les formes, les décors et les chorégraphies, les théoriciens du complot peuvent concocter des récits spectaculairement étranges.

Beyoncé et Jay Z sont bien conscients des théories de plus en plus bizarres qui les entourent – Beyoncé les aborde directement dans Formation, comme l’indiquent ses paroles : « Y’all haters corny with that Illuminati mess ».

Alors, comment « Beyoncé fait secrètement partie des Illuminati » est-il devenu « Beyoncé est secrètement italienne ? ». La source de cette théorie semble provenir d’un seul commentaire sur Instagram.

Au-delà de cela, l’identité italienne imaginaire s’ajoute à l’idée que Beyoncé est issue d’une puissante lignée de fidèles Illuminati, ainsi que de théoriciens avides de découvrir une nouvelle supercherie.

En faisant de Beyoncé une Rachel Dolezal approuvée par les Illuminati, remettant en question son identité culturelle, les théoriciens du complot cherchent à délégitimer Beyoncé et à la dépeindre comme une personne dangereusement trompeuse.

Compte tenu du fait que les paroles et les images de Beyoncé sont si favorables au mouvement Black Lives Matter, il est difficile de considérer cette conspiration comme une illusion innocente – elle semble être un effort, délibéré ou non, pour présenter l’ensemble du mouvement comme une fraude.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Dani Di Placido

 

 

<<< À lire également : COVID-19 : Bill Gates Victime D’Une Nouvelle Théorie Du Complot >>>