Admirant l’Arc de Triomphe depuis la chambre d’une bonne dans un appartement parisien, l’artiste bulgare de 23 ans n’avait qu’une idée en tête, l’empaqueter ! Son nom ; Christo Vladimirov Javacheff ! L’artiste était encore inconnu et également apatride, ayant fui la Bulgarie communiste en train. L’idée d’empaqueter l’un des plus célèbres monuments de Paris, en utilisant une technique qu’il développait pour recouvrir de petits objets tels qu’un cheval de bataille et une poussette, était tout aussi farfelue car elle était vraiment sans précédent.

Le monument sera empaqueté en 2021, douze ans après la mort de Jeanne-Claude et un an après la mort de Christo lui-même. En prélude, le centre Pompidou a récemment ouvert une importante rétrospective de l’œuvre parisienne de Christo dans les années 1950 et a publié un catalogue conséquent, à la dimension de l’oeuvre de l’artiste.


La petite taille des premières œuvres de Christo se prête bien à une exposition dans un musée. Bien que les dessins et les maquettes qu’il a réalisés pour servir de plans pour des projets monumentaux soient de l’art à part entière, ils demeurent secondaires par rapport aux empaquetages éphémères des bâtiments et des paysages qu’ils illustrent.

Ses sculptures des années 1950 sont littéralement et métaphoriquement autonomes, permettant un niveau d’examen impossible aujourd’hui dans Wrapped Reichstag et de Running Fence, qui ont disparu depuis longtemps. Cela ne sera même pas possible lorsque les gens pourront se promener dans L’Arc de Triomphe, Wrapped en septembre 2021.

Dans une récente interview accordée au New York Times, Sophie Duplaix, conservatrice au centre Pompidou, a parfaitement saisi l’une des qualités qui ressort de la présence de ces premières sculptures. « Il dessinait avec du fil et de la corde », a-t-elle expliqué. Les pièces du musée montrent comment il a délibérément défini la forme des sculptures enveloppées. De plus, l’artiste prépare le spectateur à apprécier une maîtrise graphique équivalente à celle qu’il a déployée à l’échelle architecturale.

Une note de bas de page dans la biographie de Christo contribue à renforcer ce point, et à montrer à quel point le langage du dessin est utile lorsqu’on considère son œuvre sculpturale. En 1959, un an après son arrivée à Paris, Christo a visité l’atelier d’Alberto Giacometti, où il a vu certains des modèles en plâtre d’Alberto Giacometti empaquetés dans un tissu humide pour les empêcher de sécher. Cette vue a inspiré Christo des expériences d’empaquetage de corps – de personnes vivantes comme de statues – qui se sont révélées avoir certaines des qualités esthétiques des dessins d’Alberto Giacometti.

Mais aussi utile que cela puisse être de considérer les sculptures des années 1950 en regardant cette œuvre épique – et de reconnaître le processus d’empaquetage comme une traduction transitoire dans l’espace bidimensionnel grâce à l’ingéniosité topologique – il est tout aussi important de considérer ce changement lorsque Christo et Jeanne-Claude ont étendu leur pratique. Les grands travaux ont nécessité de gros efforts impliquant de nombreuses circonscriptions. Bien qu’éphémères, il s’agissait essentiellement de travaux ayant un impact sociétal.

Même si Christo avait des pouvoirs surnaturels, il n’aurait pas pu accomplir cela seul. Lorsque sa femme et lui ont bloqué une rue de Paris avec une pile de barils en 1962, l’action non autorisée a été interprétée comme une protestation politique plus que comme de l’art. Et l’empaquetage d’une statue dans les jardins de la Villa Borghèse, qu’il a réussi à obtenir en 1963, n’a guère été remarqué pendant plusieurs mois.

La qualité publique des œuvres ultérieures – leur présentation en tant qu’art public – a fourni un contexte essentiel aux publics qui les ont rencontrées. Que les œuvres aient été aimées ou détestées, les gens étaient prêts à les considérer comme des œuvres d’art.

Il est néanmoins important de reconnaître que ces sculptures n’étaient pas seulement physiques, mais aussi sociales. De la collecte de fonds aux évaluations environnementales en passant par l’approbation du président français, la création de L’Arc de Triomphe, Wrapped a enveloppé des gens qui n’auraient peut-être jamais eu de raison de se rassembler autrement. L’intention purement artistique derrière cette ambition partagée a le pouvoir de créer une nouvelle culture.

En hommage à l’originalité de la vision du jeune Bulgare de 23 ans, c’est aussi une raison pour laquelle il ne faut pas laisser mourir avec lui la manière de faire de l’art Christo. Les emballages physiques resteront à jamais sa signature. Mais la volonté collective de créer des monuments éphémères aux nouvelles relations sociales – eh bien, cela doit vraiment durer.

 

<< Article traduit de Forbes US – Auteur (e) : Jonathon Keats >>

<<< A lire également :  Chez Monsieur Bleu, Vue Sur la Tour Eiffel Au son D&#8217;Un DJ !  >>>